HIROSHIMA MON AMOUR, film de Alain Resnais

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un film qui brise tous les tabous

Bien que très soutenu par André Malraux, ministre d'État chargé des Affaires culturelles, le film ne représente pas officiellement la France au festival de Cannes de l'année 1959, où triomphe Les Quatre Cents Coups. Mais il est programmé hors compétition et impressionne favorablement la critique internationale pour son audace formelle. Grâce à ces louanges unanimes, Hiroshima peut être distribué dans un important circuit de salles et, en particulier, sur les Champs-Élysées. Il bénéficie d'un succès public inattendu et totalise plus de 250 000 entrées en exclusivité.

L'audace du film tient autant à son sujet qu'à son mode d'expression et à son style, alors très nouveaux. Il n'était pas évident, dans la France de l'après-guerre, de choisir comme héroïne une femme « tondue », victime de l'épuration populaire. Il était encore plus audacieux d'évoquer son calvaire personnel en le reliant à une aventure sexuelle présentée plutôt crûment, si l'on se réfère aux normes esthétiques de 1959. Une aventure, qui plus est, entre une femme libre et un homme marié, appartenant à une autre culture. Marguerite Duras et Alain Resnais ont volontairement bravé les tabous moraux de l'époque.

Hiroshima mon amour, A. Resnais

Photographie : Hiroshima mon amour, A. Resnais

Photographie

Tout à la fois documentaire et poème lyrique, Hiroshima mon amour joue d'un montage virtuose et de la voix des deux acteurs, Emmanuelle Riva et Eiji Okada, pour mieux nous entraîner dans le labyrinthe de la mémoire. 

Crédits : Argos/Como/Pathe/Daiei/ The Kobal Collection/ Aurimages

Afficher

Plus encore, ils ont donné à ce poème lyrique une structure révolutionnaire, entièrement fondée sur les retours en arrière et un montage libre qui accompagnent un texte ostensiblement littéraire, psalmodié d'une voix incantatoire : « Tu n'as rien vu à Hiroshima »... « J'ai tout vu à Hiroshima, les deux cent mille morts et les quatre-vingt mille blessés en neuf secondes... ».

Au départ, le film entremêle un univers fictionnel, celui des deux amants, à un discours de type documentaire, le montage sur le musée d'Hiroshima. Les premiers échanges dialogués se développent linéairement, puis, progressivement, les images de l'aventure de jeunesse, enfouies dans la mémoire de l'héroïne, vont se disséminer dans le présent de la ville japonaise moderne. Ces réminiscences culminent dans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  HIROSHIMA MON AMOUR, Alain Resnais  » est également traité dans :

MUROBUSHI KŌ (1947-2015)

  • Écrit par 
  • Thomas HAHN
  •  • 1 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une renommée mondiale »  : […] Dans le butō, où le solo est très répandu, Murobushi recherche toujours la rencontre. Le duo est pour lui la forme la plus à même représenter ses visions artistiques. Dans beaucoup de ses œuvres, il met en scène le dialogue avec un univers opposé à la culture japonaise. Il se nourrit de littérature occidentale aux accents sulfureux (Lautréamont, Sade, Artaud, Genet, Bataille, Nietzsche, etc.). Dan […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

RESNAIS ALAIN (1922-2014)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 3 822 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps à l'œuvre »  : […] Alain Resnais est né le 3 juin 1922 à Vannes, dans le Morbihan. Très tôt, il se prend de passion pour le cinéma. Il filme, avec une caméra 8 mm achetée en 1935 dans une boutique du passage Pommeraye de Nantes, un Fantômas dont ses camarades sont les interprètes. Cette passion ne se démentira pas. La vidéothèque « idéale » qu'il compose soixante ans après pour la revue Vogue comporte des raretés […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MARIE, « HIROSHIMA MON AMOUR, film de Alain Resnais », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hiroshima-mon-amour/