HIPPODAMOS DE MILET (Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe, théoricien politique, architecte, urbaniste, Hippodamos de Milet représente, au début du ~ ve siècle, le type achevé des descendants de l'école philosophique de Milet, dont Thalès, au ~ vie siècle, apparaît comme l'inspirateur. Nourri de cette tradition, ayant exercé sa réflexion sur les règlements et les constitutions promulguées au siècle précédent par les législateurs de l'Ouest et de l'Est, Hippodamos de Milet est devenu, en quelque sorte, le symbole des urbanistes classiques. D'après Aristote, il fut essentiellement un théoricien, celui qui inventa la division des villes et adapta leur tracé aux conceptions philosophico-politiques de ces penseurs dont Platon devait tirer beaucoup de ses préceptes.

Il s'agissait de fournir aux citoyens, dans le cadre d'une communauté politique bien définie et harmonieuse, les éléments essentiels de leur vie privée et de leur vie commune. D'abord, leur nombre est limité (5 040, au maximum) et le cadre urbain doit être équilibré et ne saurait s'étendre à l'infini. Les fonctions de la ville (politiques, économiques, sociales, religieuses) s'expriment dans un plan clairement organisé, où toutes les zones reçoivent une destination dont l'emplacement et l'étendue sont fixés d'après leur fonction. Le plan est tracé par des axes principaux, les plateiai, que recoupent des transversales. Le damier, ainsi défini, donne des zones résidentielles, et un certain nombre d'îlots sont réservés suivant les meilleures conditions topographiques qu'ils offrent pour les sanctuaires, les agoras et places marchandes, les édifices de représentations et de concours, théâtres, gymnases, etc., les édifices à caractère politique et administratif.

Le nom d'Hippodamos de Milet symbolise moins le plan urbain orthogonal, au tracé régulier, connu bien avant lui, que le principe d'une division fonctionnelle du tissu urbain, prévoyant des zones réservées et adaptées aux fonctions essentielles de la communauté pour laquelle il est implanté et défini.

Cet architecte aux conceptions révolutionnaires — qu'Aristote décrit comme un dilettante cherchant à se faire remarquer par sa longue chevelure et le luxe de ses vêtements, les mêmes en hiver qu'en été (La Politique, liv. XI) — eut l'audace de raisonner sur la « totalité de la nature » et même de proposer une constitution politique. Le caractère fort inhabituel du passage qui le concerne dans l'œuvre aristotélicienne a conduit certains à mettre en doute son authenticité. Hippodamos, qui s'était déjà signalé à l'attention en « découpant le Pirée en damiers », émet des idées politiques qui reflètent, elles aussi, l'apport de l'école milésienne à la mathématique : sous l'influence de Thalès, le penseur, de faiseur de théogonies, s'était mué en savant, en géomètre. Conforme à l'esprit de géométrie est, en effet, la division que propose Hippodamos de la cité idéale en trois classes : artisans, agriculteurs, combattants ; ainsi que la triple division du territoire : la première partie étant sacrée, la deuxième publique (avec les combattants), la troisième privée (avec les agriculteurs). Triples encore sont les motifs engendrant les litiges auxquels doivent correspondre trois sortes de lois. L'élection des magistrats se fait par les trois classes de citoyens. Le projet d'Hippodamos comprend, en outre, l'idée d'une réforme dans la manière de rendre les sentences en justice, une proposition de conférer certains honneurs à ceux qui font quelque découverte utile à la cité ; une autre stipulant que les orphelins de guerre seront élevés aux frais du trésor public.

Pour ironiques que soient à leur sujet les propos d'Aristote, les idées d'Hippodamos n'en ont pas moins fait date. Au sein d'une population assez importante pour l'Antiquité, le Milésien préconise une différenciation en classes et une attribution modulée du sol, correspondant l'une et l'autre aux fonctions. La spécialisation fonctionnelle des classes se calque sur la spécification des lieux : centre religieux, centre administratif, zone économique. La réforme de Clisthène, en établissant le bouleuterion — siège de l'assemblée, au centre de l'agora avec le foyer commun —, s'efforçait de faire prévaloir, dans l'organisation spatiale de la cité, un principe territorial sur le principe antérieur de la famille aristocratiq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HIPPODAMOS DE MILET ( V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

AGORA

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 1 322 mots
  •  • 1 média

À la fois « forme et esprit », l'agora, généralement située à un carrefour important du réseau urbain, matérialise remarquablement la notion de cité grecque. Elle incarne de façon si évidente cette notion que, dans sa Périégèse (X, iv , 1), Pausanias hésite à donner le nom de cité à Panopeus de Phocide car « cette ville ne possède ni bureaux d'administration, ni gymnases, ni théâtre, ni agora, ni […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 577 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Architecte et société dans la Grèce antique »  : […] Dans le monde de la cité où se développe la civilisation grecque, le rôle et la place de l'architecte sont en relation avec la vie de la communauté, de la polis. Comme il est naturel, c'est d'abord aux progrès de la technique que sont associés les noms des premiers architectes. Toxios serait l'inventeur des techniques de construction en argile et en brique crue ; Euryalos et Hyperbios auraient in […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  La période hellénistique »  : […] Rien n'est plus factice, lorsqu'on considère le développement de l'art, que de séparer nettement la période hellénistique de celle qui l'a précédée immédiatement. La mort d'Alexandre en 323 ne change rien aux tendances déjà décrites, et Lysippe comme Apelle ont continué après la disparition de leur protecteur à former des élèves et à produire. Cependant, par la suite, la fondation de grands royau […] Lire la suite

HABITAT - L'habitat gréco-romain

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 6 563 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Villes anciennes et villes nouvelles jusqu'au ive siècle avant J.-C. »  : […] En Grèce, l' urbanisation se développe au vii e  siècle sous deux formes : dans les agglomérations anciennes, par agglutination spontanée des maisons, désormais orthogonales ; dans les colonies nouvellement fondées, par une division systématique de l'espace en terrains égaux, qui préfigure l'urbanisme rationaliste du v e  siècle. Il en résulte avec le temps deux types de villes, d'aspect très diff […] Lire la suite

RHODES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 3 095 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rhodes unifiée »  : […] Le plan de la nouvelle ville aurait été établi, selon Strabon (XIV, 2, 9), par Hippodamos de Milet – ce qui revient à conférer à ce dernier une longévité peu vraisemblable, même si l'on accepte la date haute de 408 avant J.-C., que propose Diodore de Sicile (XIII, 75) pour la fondation de Rhodes. Toujours est-il qu'elle procède de cet urbanisme rationaliste dont on attribue l'invention à Hippodamo […] Lire la suite

URBANISATION DANS LE MONDE GRÉCO-ROMAIN

  • Écrit par 
  • Pierre CHUVIN
  •  • 8 275 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fondations et refondations »  : […] Alexandre le Grand, conquérant insatiable dont le règne ouvre la « période hellénistique », fut un prodigieux fondateur de cités. On lui en attribuait soixante-dix ; les historiens en retrouvent environ la moitié dont plus de vingt Alexandrie. Et il a été amplement imité par ses successeurs, immédiats (les «  diadoques ») et lointains. Les souverains ont adapté un procédé qui avait été élaboré à l […] Lire la suite

URBANISME GRÉCO-ROMAIN

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 139 mots

Centres modestes d'unités politiques parfois petites mais toutes farouchement attachées à leur autonomie, capitales fastueuses et turbulentes de monarchies rivales ou métropole gloutonne d'un monde méditerranéen enfin unifié, à toutes les étapes de l'histoire du monde gréco-romain, on trouve ce même moteur : la ville, avec une différenciation plus ou moins marquée des fonctions – politique, commer […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARTIN, Marie-Rose MAYEUX, « HIPPODAMOS DE MILET (Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hippodamos-de-milet/