HILAIRE DE POITIERS (315 env.-env. 367)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exil et les controverses en Orient

L'exil d'Hilaire en Phrygie fut pour lui l'occasion de précieuses découvertes intellectuelles. Mis en contact avec l'épiscopat oriental, il approfondit sa connaissance du grec, étudia la littérature chrétienne grecque, notamment Origène, s'initia à une pensée théologique qui jusque-là lui était restée étrangère. Au cours de ses loisirs forcés, il entreprit la rédaction d'une grande œuvre théologique, destinée à réfuter sous tous ses aspects l'hérésie arienne. La tradition appela cet ouvrage De Trinitate, titre assez impropre, car Hilaire, semble-t-il, n'emploie jamais le mot trinitas. Les trois premiers livres, qui ont dû être composés en 357-358, montrent comment la doctrine orthodoxe de la Trinité s'appuie sur la formule baptismale et cherchent à définir la manière dont le Père et le Fils sont, suivant l'expression évangélique, intérieurs l'un à l'autre.

À la fin de l'année 358, Hilaire doit interrompre son œuvre à la suite de graves événements. Une partie de l'épiscopat oriental, rassemblée autour de Basile d'Ancyre, s'est opposée ouvertement à Ursace et à Valens. Au synode d'Ancyre, pour la fête de Pâques 358, Basile fait approuver une lettre dogmatique qui dénonce le caractère hérétique et arianisant de la profession de foi qu'Ursace et Valens avaient rédigée en 357. Pendant l'été 358, au cours d'un synode réuni en présence de l'empereur Constance à Sirmium, il présente un volumineux dossier qui comprend les anathèmes promulgués au synode d'Ancyre, plusieurs symboles de foi correspondant à sa propre tendance doctrinale, enfin une nouvelle lettre doctrinale dans laquelle il introduit, à la place de la notion de consubstantialité proposée à Nicée en 325, celle de similitude de substance entre le Père et le Fils. Hilaire s'empresse alors de tenter un rapprochement entre l'épiscopat occidental hostile à Ursace et Valens et le parti de Basile d'Ancyre. C'est le sens de son ouvrage De synodis, dans lequel il commente les différentes pièces du dossier que celui-ci venait de faire approuver à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HILAIRE DE POITIERS (315 env.-env. 367)  » est également traité dans :

SATURNIN D'ARLES (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 123 mots

Huitième évêque d'Arles, chef du parti arien en Gaule. Saturnin présida le synode de cette ville en 353. Ce synode, tenu en présence de l'empereur Constance, condamna Athanase et exila Paulin de Trèves. Saturnin, qui bénéficiait de l'appui de l'empereur, ainsi que des évêques Ursace et Valens, dut cependant subir les attaques d'Hilaire de Poitiers. Il parvint, à l'occasion d'un synode qu'il présid […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « HILAIRE DE POITIERS (315 env.-env. 367) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hilaire-de-poitiers/