HÉRODIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancienne forteresse palestinienne située à une douzaine de kilomètres au sud-est de Jérusalem. Hérodium fut construite, vers ~ 20, par Hérode le Grand, qui voulut en faire une forteresse militaire communiquant par signaux lumineux avec les autres forteresses hérodiennes (Massada, Cypris, Alexandrion) en même temps que son mausolée. Hérode lui-même choisit de la bâtir à l'emplacement de sa victoire contre l'invasion des Parthes en ~ 40 (Flavius Josèphe, La Guerre juive, I, 265), et c'est dans ce mausolée que, conformément à sa volonté, fut déposée sa dépouille mortelle transportée solennellement de Jéricho où il mourut (ibid., I, 667-673).

Durant la guerre juive, les Zélotes l'utilisent comme une forteresse refuge, mais elle est prise, en 70, par le légat Lucilius Bassus (ibid., VII, 163). Lors de la seconde révolte juive, en 132-135, cette forteresse devient à nouveau un des centres de la résistance dirigée par Simon Bar Kokhba, et on la trouve mentionnée à ce titre dans les papyrus de Murabbaat publiés par Joseph Thadée Milik.

Le tell Fureidis, qui contenait les ruines de la forteresse, a été fouillé de 1962 à 1967 par une expédition archéologique italienne dirigée par V. Corbo. Ces fouilles ont dégagé la plus grande partie des ruines de la forteresse, faisant apparaître son plan circulaire, ses quatre tours, ses bains et son palais résidentiel de l'époque d'Hérode, ainsi que la synagogue de la première ou seconde révolte et quelques habitations monastiques de l'époque byzantine. De 1970 à 1987, des fouilles israéliennes, dirigées par Ehud Netzer, ont permis de mettre au jour une partie de la ville basse avec un bassin et de nombreux monuments, ainsi qu'un réseau de tunnels, creusés lors de la guerre de Bar Kokhba et reliant la ville basse à la forteresse-mausolée.

—  André LEMAIRE

Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire, École pratique des hautes études, correspondant français de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  HÉRODIUM  » est également traité dans :

HÉRODE PALAIS D'

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 415 mots

L'époque d'Hérode le Grand (~ 37-~ 4) est l'ère des grandes constructions en Palestine. Outre la reconstruction du Temple de Jérusalem, deux forteresses construites à son propre usage se rattachent à son nom : Hérodion et Massada. Hérodion, qui devait servir de refuge en cas de fuite, se situe à 5 km au sud de Bethléem. Suivant Flavius Josèphe ( La Guerre juive , I, 673) cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-d-herode/#i_20525

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les deux derniers siècles de la Jérusalem juive : de la prise de la ville par Pompée (63 av. J.-C.) à la fin de la « Guerre d'Hadrien » (135 apr. J.-C.) »  : […] Après la prise de Jérusalem par Pompée, la royauté n'est conférée à aucun des prétendants juifs ; nommé seulement grand prêtre et ethnarque, Hyrcan II (63-40) doit payer tribut aux Romains, et se soumettre au contrôle du gouverneur romain de Syrie ; en outre, les villes de la côte, celles du nord de la Transjordanie, et plusieurs autres cités, comme Samarie, lui sont enlevées. Quant à Aristobule, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_20525

Pour citer l’article

André LEMAIRE, « HÉRODIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/herodium/