MULLER HERMANN JOSEPH (1890-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologiste et généticien américain né à New York. Élève de E. B. Wilson dont le laboratoire était voisin de celui de T. H. Morgan, Muller entra dans le laboratoire de celui-ci, la fameuse « fly-room » ; ensuite, avec les autres collaborateurs de Morgan, il fut engagé dans le « fly-work », c'est-à-dire les recherches centrées sur l'hérédité chez la drosophile.

Il a été successivement professeur à l'université du Texas (1925-1939), à l'Institut de génétique et de biologie médicale de Moscou (1933-1937), puis à celui d'Édimbourg (1938-1940) et à l'université de l'Indiana (1945). En 1916, il étudie principalement les mécanismes du linkage et du crossing-over (enchaînement et enjambement) et les pourcentages de recombinaison ; il met en évidence une double relation entre le nombre haploïde de chromosomes et le nombre de groupes de gènes liés et entre le nombre de gènes et les dimensions relatives des chromosomes. Le pourcentage de recombinaison des gènes est fonction de leur distance linéaire et réciproquement le taux plus ou moins élevé de crossing-over indique la distance séparant les gènes considérés. En 1918, il analyse les processus des mutations spontanées et normales. En 1927, il prouve expérimentalement que, chez la drosophile, les radiations ionisantes augmentent considérablement la fréquence des mutations et des aberrations chromosomiques : selon son expression, il a réalisé « une transmutation artificielle du gène ». Le taux de mutation est augmenté de quinze cents fois dans la descendance de drosophiles dont les mâles ont été exposés à des doses élevées de rayons X. Il découvre des mutations létales dans le chromosome X et introduit la notion de caractères létaux balancés. L'augmentation expérimentalement réalisée par Muller du taux des mutations suscita une série de travaux pour chercher les divers facteurs qui étaient capables de produire des mutations identiques aux mutations spontanées.

Se [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : membre de l'Académie nationale de Metz, directrice honoraire à l'École pratique des hautes études, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  MULLER HERMANN JOSEPH (1890-1967)  » est également traité dans :

EUGÉNISME

  • Écrit par 
  • André PICHOT, 
  • Jacques TESTART
  • , Universalis
  •  • 4 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un succès fondé sur la non-scientificité »  : […] Ce sont les lois hygiéniques pastoriennes (vaccinations, déclarations des maladies contagieuses, quarantaines, etc.) qui servirent de modèle aux législations eugénistes. Cependant, si les bases scientifiques de l'hygiénisme pastorien étaient bien établies, celles de l'eugénisme étaient imaginaires et fantasmatiques. Outre les préoccupations économiques, la dimension idéologique était primordiale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugenisme/#i_7315

ÉDITION DES GÉNOMES

  • Écrit par 
  • Gilles SAUCLIÈRES
  •  • 3 922 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De nouvelles mutations, outils nécessaires de la génétique »  : […] Chercher à introduire des caractères nouveaux dans une espèce n’est pas une idée particulièrement novatrice. De toute antiquité, on a observé les différences entre individus d’une même espèce et on a cherché à comprendre et influencer leur transmission. Sans doute la première tentative rapportée – sans préjuger de son contenu symbolique – peut être celle de Jacob triant les moutons blancs des mou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-des-genomes/#i_7315

Pour citer l’article

Andrée TÉTRY, « MULLER HERMANN JOSEPH - (1890-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-joseph-muller/