ARCHIPENKO ALEXANDRE (1887-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste américain d'origine ukrainienne. Après un passage à l'école d'art de Kiev, sa ville natale, où, de 1902 à 1905, il étudie la peinture puis la sculpture, et un séjour à Moscou, où il poursuit ses études, Archipenko s'installe à Paris en 1908.

L'enseignement académique de l'École des beaux-arts le rebute très rapidement et il choisit d'étudier seul les antiques du Louvre. Dès 1910, il participe activement au mouvement cubiste. Les problèmes plastiques qu'aborde alors sa sculpture sont résolument neufs : volumes pleins, rapports entre les vides et les pleins (Femme marchant, 1912), volumes en creux. Dans La Boxe (1913), l'artiste tente de traduire l'énergie brutale du sport par des formes abstraites. Par cette libération de la forme, Archipenko rompt avec la sculpture traditionnelle et s'affirme comme un des maîtres de l'avant-garde. Il renoue avec un genre négligé depuis le xviie siècle par la sculpture occidentale, la polychromie. En 1912, il exécute Medrano I, premier assemblage de divers matériaux peints (verre, bois et métal) et des « sculpto-peintures », reliefs en plâtre peint. Membre de la Section d'or, Archipenko expose avec le groupe. La critique se déchaîne contre ces œuvres révolutionnaires ; seul Apollinaire le défend dans ses rubriques de L'Intransigeant ou dans des préfaces de catalogues. En 1921, Archipenko s'installe à Berlin où il enseigne la sculpture jusqu'en 1923, date à laquelle il émigre aux États-Unis où il mourra. Il ouvre plusieurs écoles d'art, en particulier à New York et à Woodstock. De 1937 à 1939, il est instructeur associé à la New Bauhaus School of Industrial Arts de Chicago. En 1960 paraît Archipenko : Fifty Creative Years 1908-1958, ouvrage rédigé par Archipenko lui-même et cinquante historiens d'art, et qui comprend des textes importants du sculpteur sur la création artistique.

—  Viviane MARKHAM

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARCHIPENKO ALEXANDRE (1887-1964)  » est également traité dans :

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Brancusi, Archipenko, Duchamp-Villon »  : […] esthétique est radicalement distincte de la fragmentation des surfaces et du mode de construction des plans spécifiques du cubisme. Alexandre Archipenko (1887-1964) est, au contraire, un sculpteur américain qui reste toute sa vie fidèle à une esthétique cubiste, qu'il invente à Paris en 1912. La Femme drapée (bronze, 1911, Musée national d'art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/#i_8371

RUCHE LA

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 817 mots
  •  • 1 média

La Ruche est à Montparnasse ce que le Bateau-Lavoir fut à Montmartre : un foyer d'artistes (souvent misérables) rassemblés pendant la première moitié du xxe siècle dans des ateliers improvisés. Le Bateau-Lavoir a été détruit par un incendie en 1972 alors qu'il venait d'être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-ruche/#i_8371

Pour citer l’article

Viviane MARKHAM, « ARCHIPENKO ALEXANDRE - (1887-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-archipenko/