TYRRELL GEORGE (1861-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La principale figure du modernisme catholique anglais. Irlandais, de famille ouvrière pauvre, George Tyrrell se convertit au catholicisme à dix-huit ans et entra peu après chez les Jésuites. Prêtre en 1891, nommé professeur de philosophie morale, il fut écarté de sa chaire en 1896, ses supérieurs le jugeant trop « thomiste ». C'est alors qu'il se lia avec le baron von Hügel et l'abbé Bremond. Ses publications aggravèrent peu à peu ses difficultés avec la Compagnie de Jésus, dont il fut exclu en 1906, et avec Rome, qui le priva des sacrements l'année suivante, après l'encyclique Pascendi. Retiré chez une Anglaise moderniste, de vieille et noble famille catholique, miss Petre, il y fut emporté par la maladie en 1909 sans s'être rétracté. Rome lui fit refuser les funérailles catholiques.

Tyrrell n'était pas un exégète ni un historien : plutôt un spirituel et un essayiste apprécié du public. Deux de ses controverses montrent bien son orientation d'esprit. À un de ses articles intitulé Théologisme, un jésuite français, le père Lebreton, répondit Catholicisme ; et au cardinal Mercier qui l'avait pris à partie dans sa lettre pastorale intitulée Modernisme, il répondit lui-même : Médiévalisme. Il avait demandé que, sur sa tombe, fût marquée sa qualité de prêtre catholique.

Certains, à tort, l'ont pris pour un « pur sceptique » ; d'autres ont jugé que, si Hügel fut le saint du modernisme, Tyrrell en avait été le martyr. Ce fut certainement un esprit vif, agile et excessif, déjà touché par la maladie au temps de ses tribulations, mais profondément religieux. On en peut juger notamment par les documents que représentent son autobiographie, inachevée mais continuée par miss Petre (Autobiography and Life of George Tyrrell, 1912) ou par ses Lettres à Henri Bremond, publiées en 1971.

—  Émile POULAT

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  TYRRELL GEORGE (1861-1909)  » est également traité dans :

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « À l'étranger »  : […] Ce processus ne pouvait se limiter à la France. En Allemagne, il s'était développé beaucoup plus tôt mais moins radicalement, dans un climat de libéralisme universitaire et de réformisme catholique qui a marqué au xix e  siècle toute l'histoire de ce pays, très en marge du mouvement qui s'est fait jour chez ses voisins. Ses problèmes sont différents, et on constate peu d'échanges intellectuels, pe […] Lire la suite

PETRE MAUDE (1863-1942)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 284 mots

Miss Petre, ainsi qu'elle était et demeure connue, a été, avec l'Italienne Antonietta Giacomelli, l'une des deux femmes du modernisme catholique. Elle appartenait à une vieille et noble famille catholique anglaise où, de tradition, la fidélité à l'Église romaine et la haute culture s'alliaient à une allergie pour l'ultramontanisme. Entrée dans une congrégation religieuse, dont elle fut pendant plu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Émile POULAT, « TYRRELL GEORGE - (1861-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-tyrrell/