HÜGEL FRIEDRICH VON (1852-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un diplomate autrichien et d'une Écossaise, Friedrich von Hügel, né à Florence, suivit ses parents à Bruxelles d'abord, puis en Angleterre. Son éducation se fit en dehors des universités, grâce à des précepteurs distingués. Une surdité assez prononcée, due à une fièvre typhoïde, développa son goût de l'étude, mais ne l'empêcha pas de nouer de nombreuses amitiés dans des milieux très divers et de jouer un rôle très actif dans l'histoire du catholicisme.

Bien avant la crise moderniste, il s'était fait remarquer par des travaux d'exégèse, auxquels il s'était préparé en apprenant l'hébreu. Dans un écrit de 1891, il revendique pour chaque science une structure autonome ; il demande qu'on étudie librement la personnalité, le milieu culturel des auteurs sacrés, avec un esprit ouvert, mais sans subir de contrainte théologique : « Tandis que l'homme tisse une trame ordinaire d'ordre naturel, Dieu tisse en même temps une chaîne extraordinaire d'ordre surnaturel. » Il applique ses principes à l'examen de l'Hexateuque dans une communication à un congrès catholique à Fribourg, en 1897.

Un autre centre d'intérêt pour le baron von Hügel, et plus important encore à ses yeux, a été dès cette époque la réflexion philosophique et théologique sur la vie intérieure, et tout spécialement sur la vie mystique, comme le prouvait déjà une étude de 1889 sur la spiritualité du père Grou, disciple de Fénelon.

Le modernisme catholique a été, à la fin du xixe siècle et au début du xxe, un effort audacieux de renouveau exégétique et de philosophie religieuse. Le baron était prédestiné à en être sinon l'« évêque laïc », du moins le « père Mersenne ». Toutefois, s'il se montre favorable aux recherches critiques de Loisy, qu'il défendra avec une courageuse persévérance, il s'écarte de bien des modernistes par sa foi assurée en la transcendance divine. D'où la complexité de ses convictions, qui rend difficile de le classer dans un parti. Ses relations à travers l'Europe, ses visites au Vatican firent de lui l'avocat d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  HÜGEL FRIEDRICH VON (1852-1925)  » est également traité dans :

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « À l'étranger »  : […] Ce processus ne pouvait se limiter à la France. En Allemagne, il s'était développé beaucoup plus tôt mais moins radicalement, dans un climat de libéralisme universitaire et de réformisme catholique qui a marqué au xix e  siècle toute l'histoire de ce pays, très en marge du mouvement qui s'est fait jour chez ses voisins. Ses problèmes sont différents, et on constate peu d'échanges intellectuels, pe […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice NÉDONCELLE, « HÜGEL FRIEDRICH VON - (1852-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-von-hugel/