BREMOND HENRI (1865-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bremond et le discours mystique

Dès le départ, aussi, l'enquête historique est animée par l'intention d'en dégager une philosophie : « le côté littéraire » n'est pour lui « qu'une amorce » ; si l'oraison mystique est « union silencieuse avec Dieu », il a l'ambition de « découvrir partout » ce phénomène, « (à l'état d'ébauche, d'étincelle rapide), de montrer que nous sommes tous mystiques, comme tous poètes, tous inspirés, et de ramener tout à cette rencontre ou longue et constante (chez les mystiques proprement dits) ou rapide (chez tout le monde) avec Dieu ». De cette philosophie, il avait déjà esquissé les grands thèmes dans une introduction à l'Histoire (« L'Échelle mystique », ou « Poésie, dévotion, extase ») qu'à la dernière minute il jugea plus prudent de ne pas publier, mais qu'il remploiera ailleurs (en particulier, dix ans plus tard, dans Prière et poésie) et qu'il ne cessera de vouloir reprendre sur une base plus large. Cette ambition théorique explique la panne qui semble affecter la publication de l'Histoire du sentiment religieux entre 1922 et 1928, puis le changement de cap qu'elle opère. La réputation de Bremond, qui a été élu en 1923 à l'Académie française, atteint alors un plus vaste public. Il rompt des lances en faveur du romantisme contre un groupe de jeunes disciples de Maurras – Henri Massis, Jacques Maritain, Henri Ghéon – qui se proclament néo-classiques en littérature, néo-thomistes en philosophie. Surtout, un discours lu le 24 octobre 1925 à la séance publique des cinq Académies (la poésie est en son essence une « magie recueillante, comme parlent les mystiques, et qui nous invite à une quiétude où nous n'avons plus qu'à nous laisser faire, mais activement, par un plus grand et meilleur que nous » ; les arts « aspirent tous, mais chacun par les magiques intermédiaires qui lui sont propres, à rejoindre la prière ») suscite dans le monde littéraire un débat passionné sur la poésie pure. Ces apparents « divertissements » représentent en fait des fragments échappés au naufrage d'un livre que Bremond [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur à l'université des sciences humaines de Strasbourg

Classification


Autres références

«  BREMOND HENRI (1865-1933)  » est également traité dans :

HISTOIRE LITTÉRAIRE DU SENTIMENT RELIGIEUX EN FRANCE (H. Bremond)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 1 040 mots

L'événement que constitue cette nouvelle édition augmentée de l'Histoire littéraire du sentiment religieux en France (Jérôme Millon, Grenoble, 2006), menée à bien par une équipe d'historiens de la spiritualité, se trouve marqué du signe d'une absence. Celle-là même d'Émile Goichot, l'interprète incontesté de l'importante œuvre d'Henri Br […] Lire la suite

BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 1 698 mots

Célèbre de son vivant, Bérulle tomba dans l'oubli après sa mort et passa de mode assez vite. Ses Œuvres complètes publiées en 1644 ne connurent que deux rééditions au xvii e  siècle. Mais Henri Bremond a réhabilité, au début du xx e  siècle, « le maître de tant de saints, le docteur de tant de docteurs ». L'historiographie actuelle, nuançant et corrigeant parfois les jugements de Bremond, continue […] Lire la suite

ÉCOLE FRANÇAISE DE SPIRITUALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 788 mots

Il est devenu courant, depuis la parution du tome III de l' Histoire littéraire du sentiment religieux d'Henri Bremond (1925), de parler d'une « école française de spiritualité », aux limites chronologiques et typologiques assez imprécises, mais située au xvii e siècle et dans la mouvance du cardinal de Bérulle et de l'Oratoire de France. Bremond prend le mot « école » au sens rigoureux, parlant […] Lire la suite

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « En France »  : […] En France, de façon schématique, on peut distinguer trois tendances majeures : les progressistes se persuadent qu'une telle conversion se limite à la maîtrise d'une discipline, sans mettre en cause l'édifice théologique (Mgr Batiffol, le père Lagrange, le père de Grandmaison) ; les modernistes pensent qu'elle impose une révision profonde des idées reçues et, corrélativement, du « régime intellect […] Lire la suite

POÉSIE PURE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 678 mots

« La fille de Minos et de Pasiphaé... », « La blanche Oloossone et la blanche Camyre... » Ces deux vers, selon le Bloch de Marcel Proust ( Du côté de chez Swann ), ont pour eux d'être « assez bien rythmés », et surtout « le mérite suprême de ne signifier absolument rien ». Avant Henri Bremond, mais non sans ironie, Proust avait mis le doigt sur cette poésie pure qui agita le milieu littéraire ent […] Lire la suite

Pour citer l’article

Émile GOICHOT, « BREMOND HENRI - (1865-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bremond/