Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BREMOND HENRI (1865-1933)

Bremond et le discours mystique

Dès le départ, aussi, l'enquête historique est animée par l'intention d'en dégager une philosophie : « le côté littéraire » n'est pour lui « qu'une amorce » ; si l'oraison mystique est « union silencieuse avec Dieu », il a l'ambition de « découvrir partout » ce phénomène, « (à l'état d'ébauche, d'étincelle rapide), de montrer que nous sommes tous mystiques, comme tous poètes, tous inspirés, et de ramener tout à cette rencontre ou longue et constante (chez les mystiques proprement dits) ou rapide (chez tout le monde) avec Dieu ». De cette philosophie, il avait déjà esquissé les grands thèmes dans une introduction à l'Histoire (« L'Échelle mystique », ou « Poésie, dévotion, extase ») qu'à la dernière minute il jugea plus prudent de ne pas publier, mais qu'il remploiera ailleurs (en particulier, dix ans plus tard, dans Prière et poésie) et qu'il ne cessera de vouloir reprendre sur une base plus large. Cette ambition théorique explique la panne qui semble affecter la publication de l'Histoire du sentiment religieux entre 1922 et 1928, puis le changement de cap qu'elle opère. La réputation de Bremond, qui a été élu en 1923 à l'Académie française, atteint alors un plus vaste public. Il rompt des lances en faveur du romantisme contre un groupe de jeunes disciples de Maurras – Henri Massis, Jacques Maritain, Henri Ghéon – qui se proclament néo-classiques en littérature, néo-thomistes en philosophie. Surtout, un discours lu le 24 octobre 1925 à la séance publique des cinq Académies (la poésie est en son essence une « magie recueillante, comme parlent les mystiques, et qui nous invite à une quiétude où nous n'avons plus qu'à nous laisser faire, mais activement, par un plus grand et meilleur que nous » ; les arts « aspirent tous, mais chacun par les magiques intermédiaires qui lui sont propres, à rejoindre la prière ») suscite dans le monde littéraire un débat passionné sur la poésie pure. Ces apparents « divertissements » représentent en fait des fragments échappés au naufrage d'un livre que Bremond rêve alors d'écrire et qu'il aurait intitulé Emmaüs, « volume de théorie sur les trois expériences, mystique, religieuse, poétique », cette dernière permettant comme les autres, mais sous une forme plus fugitive, d'apercevoir « le fond de l'âme s'ouvrant en éclair au don de présence ». Dans la même perspective, mais en restreignant cette fois prudemment le champ, les volumes suivants de l'Histoire (La Métaphysique des saints, t. VII et VIII, 1928), ceux qui provoqueront les polémiques les plus vives, abandonnent le récit historique pour dégager « une synthèse proprement doctrinale, une théorie, une métaphysique de la prière chrétienne [...], toute construite déjà par nos vieux spirituels » : l'essence de cette prière se ramène à un « amour pur » totalement désintéressé et « théocentrique », un « laisser-faire à Dieu » qui s'éprouve plus nettement dans les états de sécheresse et de foi nue où il ne risque pas d'être altéré par les « consolations sensibles ». Mais en dernière instance, pour Bremond, comme il l'écrivait à Loisy (car il ne cessa vis-à-vis de celui-ci, non seulement de témoigner sa fidélité amicale, mais de souligner ce qui rapprochait leur « philosophie spirituelle », leur « conception du mysticisme »), « la perception du divin, cette expérience première d'où sont nées toutes les religions, est a- ou supra-orthodoxe par définition, puisqu'elle n'est pas d'ordre discursif ». Plus globalement, il se refuse à introduire une différence de nature (sinon de degré) entre formes « religieuses » et « profanes » de cette expérience fondamentale.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur à l'université des sciences humaines de Strasbourg

Classification

Pour citer cet article

Émile GOICHOT. BREMOND HENRI (1865-1933) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HISTOIRE LITTÉRAIRE DU SENTIMENT RELIGIEUX EN FRANCE (H. Bremond)

    • Écrit par Charles BALADIER
    • 1 038 mots

    L'événement que constitue cette nouvelle édition augmentée de l'Histoire littéraire du sentiment religieux en France (Jérôme Millon, Grenoble, 2006), menée à bien par une équipe d'historiens de la spiritualité, se trouve marqué du signe d'une absence. Celle-là même d'Émile Goichot, l'interprète...

  • BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

    • Écrit par Jean DELUMEAU
    • 1 707 mots

    Célèbre de son vivant, Bérulle tomba dans l'oubli après sa mort et passa de mode assez vite. Ses Œuvres complètes publiées en 1644 ne connurent que deux rééditions au xviie siècle. Mais Henri Bremond a réhabilité, au début du xxe siècle, « le maître de tant de saints, le docteur de...

  • ÉCOLE FRANÇAISE DE SPIRITUALITÉ

    • Écrit par Jean-Robert ARMOGATHE
    • 786 mots

    Il est devenu courant, depuis la parution du tome III de l'Histoire littéraire du sentiment religieux d'Henri Bremond (1925), de parler d'une « école française de spiritualité », aux limites chronologiques et typologiques assez imprécises, mais située au xviie siècle et...

  • MODERNISME, catholicisme

    • Écrit par Émile POULAT
    • 5 231 mots
    ...détermination des réseaux d'affinités tels qu'on peut les observer : on voit alors s'imposer des noms d'hommes qui n'étaient ni tous catholiques ni tous savants (Paul Sabatier, Paul Desjardins, Émile Nourry-Saintyves ; Mgr Lacroix, l'abbé Henri Bremond, etc.), mais tous préoccupés de culture religieuse.
  • POÉSIE PURE

    • Écrit par Jacques JOUET
    • 679 mots

    « La fille de Minos et de Pasiphaé... », « La blanche Oloossone et la blanche Camyre... » Ces deux vers, selon le Bloch de Marcel Proust (Du côté de chez Swann), ont pour eux d'être « assez bien rythmés », et surtout « le mérite suprême de ne signifier absolument rien ». Avant ...

Voir aussi