LORENTZ HENDRIK ANTOON (1853-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La transformation de Lorentz

Lorentz arriva à l'un de ses résultats les plus importants par l'étude des phénomènes électromagnétiques dans les milieux matériels en mouvement. Ce résultat couronnait une série de tentatives pour expliquer l'expérience célèbre d'Albert A. Michelson de 1881, qui, permettant la mesure des vitesses de propagation de la lumière perpendiculairement et parallèlement au mouvement de la Terre sur son orbite autour du Soleil, avait prouvé que ces deux vitesses étaient égales ; or, elles seraient différentes dans l'hypothèse d'un référentiel absolu de l'espace. Lorentz suppose que les corps en mouvement se rétrécissent : c'est la contraction de Lorentz (1892).

En 1904, il réussit à montrer que les équations de Maxwell restent invariantes par rapport à une certaine transformation des coordonnées de l'espace et du temps. Cette « transformation de Lorentz » indique comment les trois coordonnées de l'espace et celle du temps dans un certain système référentiel sont liées aux coordonnées correspondantes dans un autre système référentiel qui se déplace par rapport au premier. Ainsi, Lorentz était venu tout près de la théorie de la relativité, mais le pas décisif restait à faire. Lorentz ne quittait pas l'idée de l'espace et du temps absolus. La remarque de Henri Poincaré que la transformation inverse de celle de Lorentz était elle-même une transformation de Lorentz allait déjà un peu plus loin. Il était pourtant réservé à Einstein de formuler, en 1905, le principe fondamental de la relativité, selon lequel n'importe quelle loi de la physique doit être invariante sous une transformation de Lorentz.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LORENTZ HENDRIK ANTOON (1853-1928)  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'atome de Thomson-Lorentz »  : […] Ce ne fut qu'à la fin du xix e siècle que la notion d'atome comme particule indivisible fut mise en doute. Les expériences sur les décharges électriques dans les gaz raréfiés et l'étude des rayons cathodiques ont amené à la découverte de très légères particules, chargées électriquement, les électrons . Dotés d'une charge né […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_3295

DIPOLAIRES MOMENTS

  • Écrit par 
  • Jean BARRIOL
  •  • 4 811 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cas des liquides »  : […] Une difficulté essentielle dans le cas des liquides réside dans le fait que le champ effectif R agissant sur une molécule donnée – et qui intervient dans l'évaluation de μ – est distinct du champ électrostatique E qui figure dans la relation (1). Cet important problème du champ effectif, qui apparaît dans de nombreuses théories d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moments-dipolaires/#i_3295

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La théorie de Lorentz »  : […] Par ses publications de 1892 et 1895, Henrik Antoon Lorentz (1853-1928) édifia une théorie des électrons en associant à chacune des charges un champ électrique et un champ magnétique, et ce à une échelle microscopique où peuvent s'appliquer les conceptions de Maxwell. Quand Stoney avait proposé le mot «   électron », il désignait seulement une quantité d'électricité élémentaire sans y associer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_3295

ÉTHER

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 5 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérimentation en échec »  : […] Malheureusement, les résultats des très nombreuses expériences similaires effectuées au cours du xix e  siècle furent tous négatifs. Autrement dit, les effets d'un vent d'éther ne se manifestaient par aucun effet du premier ordre. Bientôt, on devait montrer que l'expression de l'entraînement partiel de l'éther, prévue par Fresnel, constituait la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ether/#i_3295

FITZGERALD GEORGE FRANCIS (1851-1901)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 330 mots

Physicien théoricien irlandais. Son père, pasteur protestant à Dublin au moment de sa naissance le 3 août 1851, deviendra évêque de Cork puis de Killaloe. À l'âge de seize ans, Fitzgerald commence de brillantes études supérieures en mathématiques et en sciences expérimentales au Trinity College de Dublin. Impressionné par la publication en 1873 du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-francis-fitzgerald/#i_3295

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'électron classique »  : […] La mesure du rapport  e / m du « corpuscule cathodique » ou de l'« ion oscillant », effectuée respectivement par J. J. Thomson et par P. Zeeman, est fondée sur l'une des lois de H. A. Lorentz mise au point lors de l'élaboration d'une interprétation de l'électromagnétisme de Maxwell (cf.  électricité  - Histoire de l'électricité) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_3295

RELATIVITÉ - Relativité restreinte

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] La remarquable synthèse de l'électromagnétisme opérée à la fin du xix e  siècle, en particulier par Michael Faraday et James Clerk Maxwell, semblait imposer l'existence d'un « éther luminifère », hypothétique substance dans laquelle se propageraient les ondes lumineuses. Conçue pour détecter le mouvement de la Terre par rapport à cet éther, l'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativite-relativite-restreinte/#i_3295

ZEEMAN EFFET

  • Écrit par 
  • Jean MARGERIE
  •  • 5 760 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie quantique »  : […] Aussitôt après la découverte de Zeeman, Lorentz en a donné une interprétation dans le cadre de la mécanique et de l'électromagnétisme classiques. La théorie de Lorentz ne rend compte que d'une partie des phénomènes observés (effet Zeeman dit normal , cf. chap. 2, Effet Zeeman linéaire ) et elle est complètement abandonnée de nos jours au profit d'une in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-zeeman/#i_3295

Voir aussi

Pour citer l’article

Sybren R. de GROOT, Christiaan G. VAN WEERT, Leendert G. SUTTORP, « LORENTZ HENDRIK ANTOON - (1853-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hendrik-antoon-lorentz/