Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HÉLÈNE DE TROIE

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris

« Le blâme ne peut rétribuer Troyens et Achéens aux bonnes jambières de souffrir de si longs maux autour d'une telle femme : elle ressemble trop terriblement aux déesses immortelles », murmurent les Troyens en voyant Hélène aux bras blancs s'avancer sur leurs remparts (Homère, L'Iliade, III). Hélène, née d'un œuf comme Castor, Pollux et Clytemnestre, est la fille de Léda et de Zeus-cygne, et du mortel Tyndare. C'est la plus belle des femmes, comme Aphrodite est la plus belle des déesses au jugement de Pâris ; c'est en vertu de cette analogie qu'elle est promise par Aphrodite à ce dernier, en récompense de son jugement. Sa légende, infiniment remaniée par presque tous les poètes grecs depuis Homère, fait d'elle, après un éventuel enlèvement par Thésée, la femme du blond Ménélas, « favori d'Arès », choisi parmi tous les prétendants qu'Ulysse a unis par le serment de secourir l'élu. Enlevée par Pâris, à qui Aphrodite l'avait promise en remerciement, c'est donc pour Hélène que la guerre de Troie oppose Danaéens et Achéens liés par la foi jurée — elle, l'Achéenne de Troie, qui sait ce qu'est le cheval et imite la voix des femmes des guerriers grecs, reconnaît Ulysse déguisé, agite le flambeau sur la citadelle. Pourtant, de trahison en trahison, dès L'Iliademême, Hélène est innocente : « Tu n'es pour moi cause en rien, les dieux seuls pour moi sont causes », lui dit Priam, avant que la lutte ne s'engage (L'Iliade, III, 164). Plus tard, Stésichore, en la louant, recouvre la vue qu'il avait perdue après l'avoir blâmée, et Gorgias, chantant le « cosmos » — qui est à la fois parure, monde et ordre —, fait l'éloge d'Hélène « qui échappe à l'accusation » : c'est que le destin exemplaire d'Hélène, pur affrontement entre l'amoureuse Aphrodite et la légitime Héra, manifeste tout destin humain, comme pesé dans la balance divine. Et la beauté d'Hélène, la femme, n'est même rien qu'un nom autour duquel combattent les lances, qu'un fantôme gonflé de vent pour qui s'entretuent les hommes, ainsi que le proclame l'Hélène fantastique d'Euripide dans son premier monologue, ou qu'une apparition à la fin d'une pièce de Shakespeare. Aussi, la tradition principale veut qu'Hélène, la fille de Zeus, enfin rendue à elle-même et à Ménélas, finisse vertueusement ses jours auprès de son cher époux.

— Barbara CASSIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris

Autres références

  • EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)

    • Écrit par Édouard DELEBECQUE
    • 4 634 mots
    • 2 médias
    ...aussi bien que la faiblesse du corps, rompt cet ordre qui doit régler les rapports des époux. En dernière analyse, même innocente, surtout innocente, Hélène reste dangereuse par sa beauté génératrice de catastrophes, familiales puis nationales. La déesse née des flots n'est pas bienfaisante, mais redoutable...
  • GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

    • Écrit par André-Jean FESTUGIÈRE, Pierre LÉVÊQUE
    • 20 084 mots
    • 8 médias
    ...de la Grèce remontent à l'époque mycénienne. Bien plus, ils sont liés à tel ou tel site mycénien important : les Perséides et les Atrides à Mycènes ; Hélène à Lacédémone ; Nestor à Pylos ; Œdipe à Thèbes ; Thésée à Athènes. Nombre de héros des royaumes achéens se retrouvent dans la...
  • HOMÈRE

    • Écrit par Pierre CARLIER, Gabriel GERMAIN, Michel WORONOFF
    • 12 014 mots
    • 5 médias
    ...religion homérique unit deux courants : cette tradition, qui conserve quelque chose du passé indo-européen, et un substrat asiatico-égéen où les divinités féminines tiennent une place prépondérante. Il n'est guère douteux, par exemple, qu'Hélène ait été à l'origine une petite divinité agraire.
  • ILIADE, Homère - Fiche de lecture

    • Écrit par Jean-François PÉPIN
    • 974 mots
    L'Iliade appartient au récit légendaire de la guerre de Troie. Selon celui-ci, Pâris, fils du roi de Troie Priam, enlève Hélène, femme du roi de Sparte Ménélas. Afin de venger l'outrage, les souverains grecs rejoignent avec leurs troupes l'armée d'Agamemnon, roi d'Argos et frère...

Voir aussi