HEINE HEINRICH (1797-1856)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paris

Il était aux bains de mer, sur le rocher nu et rouge d'Héligoland, quand lui parvint la nouvelle des journées de juillet 1830 et du changement de régime à Paris. Patriote et libéral comme l'était alors la jeunesse universitaire allemande, victime de la politique de restauration qui lui avait fermé une porte après l'autre, se sentant à l'étroit dans le cadre provincial des cités dynastiques d'Allemagne, Heine regardait depuis longtemps vers Paris. C'était la capitale des lettres et de la liberté, la patrie d'élection des exilés, des révoltés et des prophètes. Après avoir, encore une fois, échoué dans une candidature à un emploi à Hambourg, Heine prend la route de Paris où il arrive au début de mai 1831 ; il devait y passer le reste de ses jours.

Plus facilement que dans aucune ville allemande d'alors, on pouvait mener à Paris la vie libre d'un homme de lettres. Ses bons mots, son esprit lui ouvrent les salles de rédaction, et il devient rapidement une figure des cafés littéraires. Sur les boulevards et dans les salons du monde de la finance, il passe pour « l'homme le plus spirituel de l'Europe moderne ». « Quoiqu'il y eût encore en sa parole un restant d'accent tudesque, les maîtresses de maison suppliaient leurs amis de l'amener », rapporte ce même témoin qui a parlé aussi de la griserie de Heine quand il s'est vu introduit dans le milieu romantique parisien. Théophile Gautier a été son ami le plus sûr, il a été lié durablement aussi avec Gérard de Nerval qui a traduit ses poèmes en français. Ses amis parisiens parlent de lui comme d'un demi-dieu moqueur et douloureux : « Beau comme la beauté, avec un nez un peu juif ; c'est, voyez-vous, Apollon mélangé de Méphistophélès », a dit Théophile Gautier ; et Philarète Chasles : « Quand ces yeux bleus germaniques riaient de concert avec cette bouche qui mordait, on découvrait l'amertume de tant de gaieté. » L'auteur des lieder touchants et troublants du Livre des chants est aussi celui d'âpres satires, et il devait chanter les grisettes du Palais-Royal après avoir adoré Lorel [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HEINE HEINRICH (1797-1856)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Un demi-siècle de pénombre »  : […] Le sentiment que Henri Heine exprime, peut-être avec un peu d'ironie, « Goethe n'est plus. Les dieux sont morts », est partagé par l'Allemagne entière. Après un demi-siècle d'invention et de richesse, on éprouve tout à coup le vide. Les talents, bien entendu, ne disparaissent pas pour autant ; mais ils sont isolés, calfeutrés au fond des provinces, sans ambition collective et sans « écoles ». Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_6282

BIERMANN WOLF (1936- )

  • Écrit par 
  • M. NUGUE
  •  • 690 mots
  •  • 1 média

Fils d'un communiste assassiné à Auschwitz par les nazis, élevé dans la tradition communiste, membre des Jeunes Pionniers, puis du Parti socialiste unifié, Wolf Biermann , né à Hambourg en 1936 et passé à l'Est en 1953, disposait de tous les atouts permettant d'espérer une carrière paisible dans le pays qu'il avait choisi. Après avoir étudié, de 1957 à 1959, l'économie politique, il collabore pend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolf-biermann/#i_6282

HEYM STEFAN (1913-2001)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 955 mots

Le parcours de Stefan Heym épouse tous les méandres de l'histoire du xx e  siècle. Né en 1913 dans une famille de commerçants juifs de Chemnitz, sous le nom de Helmut Flieg, il manifeste très tôt, alors qu'il est encore lycéen, ses dispositions littéraires et non conformistes, en publiant en 1931 un poème antimilitariste qui lui vaut d'être renvoy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stefan-heym/#i_6282

MÜLLER WILHELM (1794-1827)

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN
  •  • 801 mots

Sans l' Intermezzo lyrique de Heinrich Heine et sans les deux cycles de lieder, La Belle Meunière et Le Voyage d'hiver , de Franz Schubert, qui se souviendrait encore aujourd'hui — hors des limites du monde germanique — du nom et du rôle du poète de l'école souabe, Wilhelm Müller ? Bien que né à Dessau, c'est sous le nom de « Müll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-muller/#i_6282

PLATEN AUGUST VON (1796-1835)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 347 mots

Républicain par ses idées, aristocrate dans sa recherche de la beauté formelle, August von Platen est avant tout poète lyrique. Admirateur de l'Antiquité et de la Renaissance, il considère la poésie comme une véritable mission. Mi-Tristan, mi-don Quichotte, il refuse le trivial et le laisser-aller. Sa philosophie se fonde sur une esthétique :    Celui qui a vu la beauté de ses yeux    Est déjà liv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-von-platen/#i_6282

ROMANCERO, Heinrich Heine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 881 mots
  •  • 1 média

Le Romancero (1851), dernier grand recueil lyrique de Heinrich Heine (1797-1856), l'écrivain allemand exilé à Paris, expose dans une veine grinçante et radicale le bilan d'un rapport singulièrement déchiré avec le genre poétique. Dès le Livre des chants (1827), Heinrich Heine avait discrètement sapé les fondements de la poésie romantique allemande en si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero-heinrich-heine/#i_6282

TRANSFERTS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Michel ESPAGNE
  •  • 4 517 mots
  •  • 3 médias

Par transfert culturel on entend la dynamique de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre. Pareilles transformations concernent tant des textes transposés ou traduits que des objets matériels, des œuvres d’art ou encore des traces archéologiques du passé, modèles architecturaux dont le déplacement dans l’espace ou le temps modifie la valeur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transferts-culturels/#i_6282

Pour citer l’article

Pierre GRAPPIN, « HEINE HEINRICH - (1797-1856) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-heine/