Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROHANI HASSAN (1948- )

Au service de la défense nationale

Inquiété à plusieurs reprises par la police politique, la Savak, dans les années 1970, interdit de prêche, Hassan Rohani quitte l’Iran pour échapper à la prison et s’installe en Écosse. Il rejoint l’ayatollah Khomeyni à Neauphle-le-Château en 1978 et rentre en Iran peu après la révolution islamique de 1979.

De 1980 à 1983, il préside le conseil de direction de la radio-télévision iranienne. Alors que les révolutionnaires redoutent un coup d’État militaire, il reçoit une première mission dans le domaine de la défense nationale, qu’il ne quittera plus. De 1982 à 1988, il est membre du Conseil suprême de défense. Parallèlement, de 1983 à 1985, il est adjoint du commandant en chef des opérations militaires, Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, dont il devient l’un des trois représentants lors des négociations secrètes avec les États-Unis et Israël, en 1988-1989, relatives aux livraisons d’armes. Après la création du Conseil suprême de sécurité nationale, il représente le Guide de la révolution en son sein (1989-2013), et en exerce la présidence sous les mandats des présidents Rafsandjani et Khatami, de 1989 à 2005, qu’il conseille tous deux pour les affaires de sécurité nationale. En outre, il est le négociateur de la République islamique lors des pourparlers sur le nucléaire avec l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni de 2003 à 2005. Hassan Rohani est ainsi l’un des personnages clés de la sécurité nationale iranienne.

Député de 1980 à 2000, il préside la commission de la Défense (1992-1996), puis la commission des Affaires étrangères (1996-2000) du Parlement, dont il devient alors vice-président. De 1992 à 2000, il est également élu à l’Assemblée des experts, et membre du Conseil du discernement de la raison d’État depuis 1991.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chargée de recherche au Centre d'études et de recherches internationales de Sciences Po
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Hassan Rohani, 2016

Hassan Rohani, 2016

Autres références

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

    • Écrit par Universalis, Claude FOHLEN, Annick FOUCRIER, Marie-France TOINET
    • 33 218 mots
    • 60 médias
    ...la région, mais il n’obtient pas de résultats probants. Puis il se rallie à une politique de sanctions, plus efficace économiquement que politiquement. L’élection à la tête de la République islamique, en 2013, de Hassan Rohani, plus ouvert à la négociation, permet la signature à Vienne d’un accord...
  • IRAN - Histoire et politique

    • Écrit par Christian BROMBERGER, Universalis, Robert MANTRAN
    • 22 388 mots
    • 10 médias
    ...guide (Saïd Jalili, le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf, l’ancien ministre des Affaires étrangères Ali Velayati), mais, contre toute attente, c’est Hassan Rohani qui, ayant bénéficié du retrait du réformateur Mohammad Reza Aref, remporte l’élection, dès le premier tour, avec 50,68 % des voix....
  • RAFSANDJANI ALI AKBAR HACHEMI (1934-2017)

    • Écrit par Fariba ADELKHAH
    • 1 100 mots
    • 1 média

    Président de la République islamique d’Iran de 1989 à 1997, Ali Akbar Hachemi Rafsandjani naît le 15 février 1934 à Bahraman (province de Kerman) au sein d’une famille aisée de propriétaires terriens, et décède le 8 janvier 2017 à Téhéran.

    Dès ses études religieuses, Rafsandjani...

Voir aussi