RAFSANDJANI ALI AKBAR HACHEMI (1934-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République islamique d’Iran de 1989 à 1997, Ali Akbar Hachemi Rafsandjani naît le 15 février 1934 à Bahraman (province de Kerman) au sein d’une famille aisée de propriétaires terriens, et décède le 8 janvier 2017 à Téhéran.

Dès ses études religieuses, Rafsandjani milite dans l’opposition à la dictature pahlavi qui se met en place après le renversement de Mohammad Mosaddegh, en 1953. Il est à l’écoute des leaders radicaux, tels que Navvab Safavi (1924-1955). Il se situe à l’intersection de la revendication islamique et de la mobilisation nationaliste. Il joue aussi un rôle majeur dans l’organisation de l’aile persanophone de l’opposition cléricale au régime, qui fait contrepoids à son aile turcophone que domine l’ayatollah Seyyed Mohammad Kazem Shariatmadari. À ce titre, il contribue à l’ascension de l’ayatollah Rouhollah Khomeyni, dont il est un agent de liaison pendant son exil en Irak (1964-1978). Incarcéré à plusieurs reprises dans les années 1960 et 1970, il côtoie en prison les différentes sensibilités politiques, islamistes, nationalistes et marxisantes, qui portent la révolution en 1978-1979, et dont il incarne une forme de synthèse durant sa longue carrière politique.

Rafsandjani est l’un des organisateurs de l’accueil à Téhéran de l’ayatollah Khomeyni, à son retour d’exil, en février 1979. Il est un acteur discret, mais déterminant, de la transition entre l’ancien régime et le gouvernement provisoire de Mehdi Bazargan. Membre de la Société du clergé combattant dès sa création en 1977, il est l’un des cinq fondateurs du Parti de la République islamique, en 1979. Contrairement à Ali Khamenei, plus intellectuel, il s’est toujours engagé politiquement, et sa thèse consacrée au grand vizir réformateur du xixe siècle Amir Kabir montre qu’il s’est préoccupé de longue date des affaires de l’État. Ce qui ne l’a pas empêché d’être un homme d’affaires avisé, au point de posséder l’une des plus grosses fortunes du pays.

Rafsandjani devient l’une des principales chevilles ouvrières de la République islamique, dont il occupe tour à tour les grandes fonctions. Président du Parlement de 1980 à 1989, il représente simultanément l’imam Khomeyni au sein du Haut Conseil de la défense et, dans les faits, il exerce le commandement en chef des armées. À ce titre, durant la guerre Iran-Irak (1980-1988), il organise sans doute la riposte terroriste au soutien que la France accorde à l’Irak, mais n’hésite pas à négocier avec celle-ci la livraison secrète d’armes, tout comme avec Israël et les États-Unis. Partisan de la poursuite de la guerre après la reprise de Khorramchahr, en 1982, il impose la conclusion d’un cessez-le-feu en 1988 pour éviter l’effondrement militaire. Critique de l’orientation socialisante du gouvernement Moussavi (1981-1989), il ne l’appuie pas moins au nom de l’union sacrée contre l’ennemi.

Rafsandjani est un homme du « peuple du milieu », ce qui ne fait pas forcément de lui un modéré. Il « marche entre les deux lignes », celle de l’islam et celle de la nation. Avec l’appui de l’imam Khomeyni, il fait prévaloir la prééminence de l’État sur la religion et joue un rôle clé dans la création du Conseil du discernement, en 1987, organisme qu’il préside sans discontinuer jusqu’à sa mort et qui est le vrai lieu de l’arbitrage entre les institutions et de l’exercice collégial du pouvoir par l’élite républicaine.

À la mort de l’imam Khomeyni, il appuie la désignation d’Ali Khamenei comme nouveau Guide de la révolution plutôt que la constitution d’un collège de jurisconsultes. Devenu président de la République en 1989, réélu en 1993, Rafsandjani constitue un « gouvernement de travail » dévoué au redressement et à la reconstruction du pays, au-delà des clivages factionnels entre la gauche et la droite. Plutôt que de « distribuer de la pauvreté », il entend « produire de la richesse ». Il met en œuvre une politique de libéralisation économique en créant des zones franches et des zones économiques spéciales, en diminuant le nombre des taux de change, en essayant de favoriser les investissements étrangers et en assouplissant les règles du commerce extérieur. Repoussant les avances diplomatiques de l’Irak lors de la crise du [...]

Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, 1993

Photographie : Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, 1993

Élu très largement à la présidence de la République islamique d'Iran en 1989, Ali Akbar Hachemi Rafsandjani est réélu en 1993. Mais, cette fois, l'abstention est forte, car les promesses de redressement et de reconstruction du pays n'ont pas porté leurs fruits. 

Crédits : Alexis Duclos/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chargée de recherche au Centre d'études et de recherches internationales de Sciences Po

Classification

Autres références

«  RAFSANDJANI ALI AKBAR HACHEMI (1934-2017)  » est également traité dans :

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ère Rafsandjani »  : […] L'élection triomphale d'Ali Akbar Hachemi Rafsandjani à la présidence de la République, le 28 juillet 1989, avec 94,5 p. 100 des voix, marque un changement dans le processus révolutionnaire, voire une rupture que l'on a qualifiée, sans doute abusivement, de « Thermidor à l'iranienne », de perestroïka ou encore d'« instauration d'une II e  République ». La réforme de la Constitution, approuvée par […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Iran »  : […] En Iran, la grande surprise des années 1978-1979 a été constituée par l'ampleur et la rapidité du mouvement de contestation politique animé par les dirigeants religieux chiites à la tête desquels se trouve l'ayatollah Khomeyni , en exil en Irak, puis en France ; cette opposition, bien structurée, est effective à partir du moment où le gouvernement du chah a lancé une politique démesurée d'industri […] Lire la suite

ROHANI HASSAN (1948- )

  • Écrit par 
  • Fariba ADELKHAH
  •  • 1 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au service de la défense nationale »  : […] Inquiété à plusieurs reprises par la police politique, la Savak, dans les années 1970, interdit de prêche, Hassan Rohani quitte l’Iran pour échapper à la prison et s’installe en Écosse. Il rejoint l’ayatollah Khomeyni à Neauphle-le-Château en 1978 et rentre en Iran peu après la révolution islamique de 1979. De 1980 à 1983, il préside le conseil de direction de la radio-télévision iranienne. Alors […] Lire la suite

Les derniers événements

14 juin 2013 Iran. Élection de Hassan Rohani à la présidence

100) et le conseiller du Guide suprême Ali Khamenei et ancien ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Velayati (6,2 p. 100). Ce dernier est également devancé par l'ancien chef d'état-major Mohsen Rezaie (10,6 p. 100). Tandis que les candidats conservateurs demeuraient divisés, notamment sur la question du nucléaire et des relations avec l'Occident, Hassan Rohani a bénéficié du soutien des anciens présidents Mohamad Khatami et Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, du retrait en sa faveur de l'ancien premier vice-président réformateur Mohammad Reza Aref, ainsi que de la critique du bilan, notamment économique, du président sortant Mahmoud Ahmadinejad. […] Lire la suite

11-21 mai 2013 Iran. Invalidation de la candidature d'Ali Akbar Hachemi Rafsandjani à l'élection présidentielle

Le 11, le réformateur Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, chef de l'État de 1989 à 1997 et challenger de Mahmoud Ahmadinejad en 2005, dépose sa candidature à l'élection présidentielle prévue en juin. Il est soutenu par l'ancien président Mohamad Khatami. Deux autres figures de l'opposition, Mehdi Karoubi et Mir Hossein Moussavi, assignés à résidence, ne peuvent participer au scrutin. […] Lire la suite

1er-30 juillet 2009 Iran. Poursuite de la contestation contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad

Celle-ci est dirigée par l'ancien président Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, opposant déclaré au président Ahmadinejad, qui évoque « une grave crise de confiance populaire ». Le 17 également, Mahmoud Ahmadinejad nomme un de ses proches, Esfandiar Rahim Mashaie, au poste de premier vice-président, provoquant un tollé au sein même de son propre camp. Ce dernier avait en effet affirmé, en 2008, que l'Iran était « l'ami du peuple américain et du peuple israélien », allant à l'encontre de la position du gouvernement. […] Lire la suite

12-26 juin 2005 Iran. Élection de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad à la présidence

Le 17, le modéré Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, déjà président de 1989 à 1997 et grand favori, arrive en tête au premier tour de l'élection présidentielle avec 21 p. 100 des suffrages. Il est talonné par le maire de Téhéran, l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, qui remporte, contre toute attente, 19,5 p. 100 des voix. Le candidat réformateur Mostafa Moïn et le candidat modéré Mehdi Karoubi sont exclus du second tour. […] Lire la suite

18 février 2000 Iran. Victoire des réformateurs aux élections législatives

Les conservateurs, partisans du guide de la Révolution, Ali Khamenei, qui contrôlaient le précédent Majlis, subissent un grave revers, tout comme le courant représenté par l'ancien président Akbar Hachemi Rafsandjani. Le taux de participation est supérieur à 80 p. 100. Les Iraniens plébiscitent ainsi les efforts en vue de la libéralisation du régime accomplis par le président Khatami depuis son élection en mai 1997. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Fariba ADELKHAH, « RAFSANDJANI ALI AKBAR HACHEMI - (1934-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ali-akbar-hachemi-rafsandjani/