ASSAD HAFEZ AL- (1930-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

en 1930 à Qardaha dans une famille alaouite, Hafez al-Assad, chef de l'État syrien de 1971 à 2000, adhère jeune au parti Ba'th, nationaliste arabe et socialiste, et effectue toute sa carrière au sein de l'armée. Passé par l'académie militaire de Homs et l'école de l'air d'Alep, il obtient le grade de lieutenant en 1955. Lors de l'union de la Syrie et de l'Égypte au sein de la République arabe unie (1958-1961), il est nommé au Caire où il est brièvement incarcéré en raison de ses activités politiques. De retour en Syrie en 1961, il dispose d'une influence croissante au sein de l'armée de l'air. Membre du comité militaire du Ba'th, il joue un rôle important dans le coup d'État ba'thiste de 1963, et occupe ensuite le poste stratégique de ministre de la Défense. La défaite militaire de la Syrie face à Israël en juin 1967 discrédite les radicaux qui dirigent le Ba'th. En rupture avec la ligne radicale du parti, Hafez al-Assad s'empare alors du pouvoir, le 16 novembre 1970, au terme d'un coup d'État qu'il qualifie de « mouvement de rectification ».

L'arrivée au pouvoir d'Hafez al-Assad est d'abord accueillie avec soulagement par la population syrienne, qui espère une ouverture politique. De fait, élu président de la République en mars 1971, Hafez al-Assad entreprend d'élargir le soutien au régime ba'thiste, crée le Front national progressiste qui associe plusieurs partis à l'exercice du pouvoir et prend des mesures de libéralisation économique afin de regagner la confiance de la bourgeoisie. La promulgation, en 1973, d'une nouvelle Constitution d'inspiration laïque suscite cependant l'exacerbation des tensions confessionnelles. La présence de nombreux officiers alaouites aux postes militaires et civils les plus stratégiques nourrit le ressentiment de la majorité sunnite contre le régime d'Hafez al-Assad. La crise politique s'aggrave après l'engagement de la Syrie dans la guerre du Liban, les Frères musulmans intensifiant leurs attaques contre les institutions et les cadres du régime. Alors que la contestation s'élargit et que la société civile réclame davantage de libertés, le soulèvement de Hama, en 1982, est réprimé par le régime, au prix de la destruction de la ville et de 10 000 morts. Ayant ainsi vaincu son opposition, Hafez al-Assad doit encore contenir les ambitions de son frère Rifaat qui, profitant de sa maladie, tente de le destituer en 1983. Alors qu'aucune dissidence ne peut plus s'exprimer en Syrie, la dégradation de la situation économique nourrit en outre une grave crise sociale à partir de 1986. Des mesures de détente sur le plan politique et de libéralisation sur le plan économique sont cependant prises à partir de 1991, qui permettent à la Syrie de sortir de ces années de plomb.

Si Hafez al-Assad est longtemps le champion du « front du refus » face à Israël, remportant un certain succès politique lors de la guerre d'octobre 1973, il fait surtout preuve d'un grand pragmatisme et tire le meilleur parti de la situation régionale pour préserver les intérêts essentiels de la Syrie. Allié de l'Iran contre l'Irak, il n'en a pas moins le soutien financier des monarchies pétrolières. Par la suite, il rejoint la coalition alliée anti-irakienne en 1991, sortant la Syrie de son isolement diplomatique et obtenant la reconnaissance de son influence au Liban. S'engageant avec prudence dans des négociations avec Israël, il exige une restitution sans condition du plateau du Golan. Le retrait israélien du Liban-Sud le prend cependant de court en mai 2000, les négociations étant gelées et la signature d'un accord de paix encore improbable.

Se sachant malade, Hafez al-Assad prépare tôt sa succession à la tête de l'État, pour laquelle il choisit son fils aîné, Bassel. Le décès de celui-ci en 1994 l'amène cependant à désigner son cadet, Bachar, qui gravit rapidement les échelons de la hiérarchie militaire et prend une part grandissante à l'exercice du pouvoir. La mise à l'écart des chefs les plus puissants de l'armée et des services de sécurité permet que, après le décès de son père, le 10 juin 2000, Bachar soit désigné président de la République sans aucun heurt. Ayant assuré la pérennité de son régime, Hafez al-Assad n'en laisse pas moins à son successeur un lourd héritage politique, éc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : doctorante en science politique (université d'Aix-Marseille-III, Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence), chargée de mission à la Délégation aux affaires stratégiques

Classification

Autres références

«  ASSAD HAFEZ AL- (1930-2000)  » est également traité dans :

ASSAD BACHAR AL- (1965- )

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Universalis
  •  • 2 010 mots
  •  • 1 média

Président de la République arabe syrienne depuis 2000, Bachar al-Assad, né en septembre 1965, est resté longtemps à l'écart des cercles de pouvoir. Son père, le président Hafez al-Assad, traumatisé au début des années 1980 par les conflits de succession frisant la guerre civile au cœur même du régime à l'heure de son très grave accident de santé, prépare son fils aîné Bassel pour lui succéder. Le […] Lire la suite

FRANGIÉ SLEIMANE (1910-1992)

  • Écrit par 
  • Georges LABAKI
  •  • 777 mots
  •  • 1 média

Né en 1910 dans la grosse bourgade chrétienne de Zghorta au nord du Liban, Sleimane Frangié, chrétien maronite, était le fils cadet d'une famille féodale ; il menait l'existence simple d'un chef local connu pour son caractère belliqueux et pour ses qualités de tireur d'élite dans son territoire de Zghorta quand son frère aîné, Hamid Frangié, qu'une brillante carrière politique destinait à la prés […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 647 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Au sein du monde arabe »  : […] Ces périlleux exercices du roi Hussein ne sont pas sans influencer la politique étrangère du royaume. Autant que l'étendue de ses relations avec l'Irak, favorisées par la nécessité dans laquelle se trouve celui-ci de disposer de la profondeur stratégique de la Jordanie dans la guerre contre l'Iran, le rapprochement jordano-palestinien entamé à partir de 1982 irrite la Syrie. Elle a différentes ma […] Lire la suite

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 467 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une tutelle syrienne accrue »  : […] L'échec de la reconstruction et de la réconciliation a aussi des causes internationales. Durant toute la première décennie d'après guerre, la reconstruction du Liban a été obérée par une situation régionale bloquée, à l'encontre de ce qu'avait laissé espérer la tenue de la conférence de Madrid sur le Proche-Orient en 1991. D'abord partie prenante aux négociations bilatérales dans lesquelles il ch […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 889 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  Les longues années de « transition » »  : […] Les années 1990 sont celles de la lente transition politique sous l'effet de deux contraintes. D'une part, le régime d'Hafez al-Assad reste bien en place, la contestation organisée est faible, divisée, poussée à l'exil ou anesthésiée par la répression du soulèvement de Hama (1982). Mais derrière l'apparente unanimité, des demandes d'ouverture résonnent : à l'heure où le régime de Ceaucescu s'effo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sakina BOUKHAÏMA-BONNE, « ASSAD HAFEZ AL- - (1930-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hafez-al-assad/