BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO (1836-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Rosalía Castro, Bécquer représente, dans la seconde moitié du xixe siècle, la modalité épurée et intimiste du romantisme poétique. L'intensité, la délicatesse et la profondeur de ses poésies sont à l'origine d'un renouvellement du lyrisme en Espagne. À travers la somptueuse orchestration et la luxuriance superbe du modernisme selon Rubén Darío, les tonalités en sourdine et les accents meurtris de Bécquer ont trouvé leur écho chez Antonio Machado et Juan Ramón Jiménez. Les poètes de la « génération de 1927 » ont aussi reconnu en lui un virtuose de l'« alchimie verbale ».

Un destin brisé

Bécquer naquit à Séville, le 27 février 1836. De son père, José Domingo Insausti y Bécquer, peintre médiocre, il garda le nom de Bécquer à cause de sa consonance nordique. De nombreux drames marquèrent son existence et accentuèrent les aspects fébriles et passionnés de son tempérament. Il n'avait pas dix ans quand il devint orphelin. Sa marraine se chargea de son éducation et de celle de ses frères. Après avoir suivi quelque temps les classes du collège San Telmo, il entra, à quatorze ans, dans l'atelier de peinture d'Antonio Cabral Bejarano, puis dans celui de son oncle Joaquín Domínguez Bécquer. Cette éducation artistique laissera en lui une empreinte indélébile. Son frère Valeriano Domínguez Bécquer (1834-1870), auquel il fut très attaché, réussit à se faire un nom en peinture. (On peut voir des toiles de lui – surtout des scènes de genre – au musée d'Art moderne de Madrid.) Gustavo Adolfo, attiré par la littérature, se rend à Madrid en 1854 ; son frère l'y rejoint l'année suivante. Il se tourne d'abord vers le journalisme. Après avoir dirigé un journal éphémère, El Mundo, il entre à la rédaction d'El Porvenir, qui n'a pas plus de succès. Avec quelques amis, il fonde une revue, España artística y literaria, qui n'eut aussi qu'une brève existence. Il obtient un modeste emploi de bureau à la Directio [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO (1836-1870)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Le romantisme est également une période où les influences et les échanges semblent mêler l'Espagne aux courants européens. Ainsi y a-t-il du byronisme dans le lyrisme passionné d'Espronceda (1808-1842). Ainsi y a-t-il du ton des ballades des romantiques européens dans les poèmes légendaires de José Zorrilla (1817-1893). Mais ils sont aussi de saveur espagnole et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14785

MACHADO ANTONIO (1875-1939)

  • Écrit par 
  • Cesare SEGRE
  •  • 2 319 mots

Dans le chapitre « De l'intimisme à l'épique »  : […] Né à Séville, Machado fait ses études à la célèbre Institución libre de Enseñanza de Madrid, centre de culture laïque et progressiste. En 1899, il accomplit le premier d'une série de voyages à Paris, où il aura l'occasion de connaître Rubén Darío, Anatole France, Oscar Wilde et bien d'autres hommes de lettres français et étrangers ; il fréquente les cours de Bergson (1910), qui auront de nombreuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-machado/#i_14785

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO - (1836-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustavo-adolfo-becquer/