BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO (1836-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Délire et langage

Dans ces poésies fulgurantes, dans ces éclairs jaillis d'une nuit obscure, s'ébauche un art poétique que, dans ses écrits en prose ou dans ses vers, l'auteur évoque avec insistance. La fonction du poète, selon Bécquer, est de communiquer quelque chose d'un monde ineffable dont il semble avoir, douloureusement, le pressentiment : « Je sais un hymne étrange et immense / qui dans la nuit de l'âme annonce une aurore ; / de cet hymne, ces pages / sont les cadences que l'air exalte dans les ombres. » Le poète lui-même est comme un somnambule, la proie de puissances surnaturelles, emporté malgré lui vers une destinée inconnue. C'est ce qu'exprime la célèbre Rima II : le poète y est tour à tour comparé à une flèche lancée, au hasard, dans l'air, à une feuille morte qui tombe n'importe où, à une vague qui se brise au gré du vent, aux derniers feux d'une lumière qui s'éteint : « Tel je suis, moi qui, à l'aventure, / traverse le monde sans savoir / d'où je viens ni où / me mèneront mes pas. » L'inspiration, d'une façon très romantique, est elle-même comparée à « une toile qui exalte et enfièvre l'esprit ». Plus précisément encore, toute une série de comparaisons cherchent à définir la poésie, « cet esprit, / cette essence inconnue, / ce parfum mystérieux / dont le poète est le vase ». On est proche ici – Gabriel Celaya l'a fait remarquer – du « Je est un autre » de Rimbaud.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO (1836-1870)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Le romantisme est également une période où les influences et les échanges semblent mêler l'Espagne aux courants européens. Ainsi y a-t-il du byronisme dans le lyrisme passionné d'Espronceda (1808-1842). Ainsi y a-t-il du ton des ballades des romantiques européens dans les poèmes légendaires de José Zorrilla (1817-1893). Mais ils sont aussi de saveur espagnole et le Don Juan Tenorio , comme un rite […] Lire la suite

MACHADO ANTONIO (1875-1939)

  • Écrit par 
  • Cesare SEGRE
  •  • 2 319 mots

Dans le chapitre « De l'intimisme à l'épique »  : […] Né à Séville, Machado fait ses études à la célèbre Institución libre de Enseñanza de Madrid, centre de culture laïque et progressiste. En 1899, il accomplit le premier d'une série de voyages à Paris, où il aura l'occasion de connaître Rubén Darío, Anatole France, Oscar Wilde et bien d'autres hommes de lettres français et étrangers ; il fréquente les cours de Bergson (1910), qui auront de nombreuse […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO - (1836-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gustavo-adolfo-becquer/