BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO (1836-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Je suis, dans le vertige, les mondes qui voltigent... »

Dans ce lyrisme de l'indicible, dans la délicatesse et la fragilité des poésies de Bécquer, on retrouve l'écho d'un Musset ou d'un Heine. Pourtant, le langage de Bécquer, dans ses meilleurs moments, a quelque chose qu'on ne saurait confondre : une brisure, un ton de désespoir sans fin traversé parfois d'acerbe ironie, une musicalité et une délicatesse qui le rendent inimitable. Ce lyrisme de l'âme a quelque chose de féminin. Dans les Cartas literarias a una mujer, le poète, invité par son interlocutrice à définir la poésie, répond spontanément : « La poésie, c'est toi. » Et il ajoute : « Parce que la poésie c'est le sentiment, et le sentiment c'est la femme. » Ailleurs, il précise encore que la femme est « le verbe poétique fait chair ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO (1836-1870)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Le romantisme est également une période où les influences et les échanges semblent mêler l'Espagne aux courants européens. Ainsi y a-t-il du byronisme dans le lyrisme passionné d'Espronceda (1808-1842). Ainsi y a-t-il du ton des ballades des romantiques européens dans les poèmes légendaires de José Zorrilla (1817-1893). Mais ils sont aussi de saveur espagnole et le Don Juan Tenorio , comme un rite […] Lire la suite

MACHADO ANTONIO (1875-1939)

  • Écrit par 
  • Cesare SEGRE
  •  • 2 319 mots

Dans le chapitre « De l'intimisme à l'épique »  : […] Né à Séville, Machado fait ses études à la célèbre Institución libre de Enseñanza de Madrid, centre de culture laïque et progressiste. En 1899, il accomplit le premier d'une série de voyages à Paris, où il aura l'occasion de connaître Rubén Darío, Anatole France, Oscar Wilde et bien d'autres hommes de lettres français et étrangers ; il fréquente les cours de Bergson (1910), qui auront de nombreuse […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « BÉCQUER GUSTAVO ADOLFO - (1836-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gustavo-adolfo-becquer/