JIMÉNEZ JUAN RAMÓN (1881-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À un journaliste qui lui demandait quels étaient ses poètes préférés de l'actualité espagnole, Federico García Lorca répondit : « Il y a deux maîtres : Antonio Machado et Juan Ramón Jiménez. » C'était en 1936. Pour caractériser le second, dans une de ces reparties fulgurantes dont il avait le secret, Lorca ajoutait : « Un grand poète troublé par une terrible exaltation de son moi, lacéré par la réalité qui l'entoure, incroyablement mordu par des choses insignifiantes, l'oreille aux aguets du monde, véritablement ennemi de son âme merveilleuse et unique de poète. » De ce portrait l'éclairage est violent ; mais il met bien en lumière quelques traits majeurs du poète éperdu de beauté poétique que fut Juan Ramón Jiménez, l'une des plus hautes figures du lyrisme espagnol du xxe siècle. Toute son œuvre, toute son existence, tout son être épris de perfection furent au service de ce seul idéal, la poésie, à laquelle il voua comme un culte sacré : « Pour moi, la poésie, disait-il, a toujours été intimement confondue avec toute mon existence... Je considère le fait poétique comme profondément religieux ; c'est la religion immanente, sans credo absolu, que j'ai toujours professée. »

Un destin

On conçoit, dans cette perspective, que les avatars d'une vie n'aient que peu d'importance : « Sa vie, c'est son œuvre et vice versa », notait Max Aub. Le poète avait pensé lui-même publier ses œuvres complètes sous le titre d'ensemble Destino. Né à Moguer, dans la province andalouse de Huelva, dès son adolescence, il se nourrit de poésie et se lie avec des poètes : Salvador Rueda, Francisco Villaespesa, Rubén Darío, Valle-Inclán. En 1903-1904, il dirige une revue moderniste fameuse, Helios. En 1916, il épouse à New York Zenobia Camprubí. De 1916 à 1936, il séjourne à Madrid, où il écrit beaucoup ; il est c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  JIMÉNEZ JUAN RAMÓN (1881-1958)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouveaux maîtres à penser »  : […] Ganivet était l'ami de Miguel de Unamuno (1864-1936), le maître de la génération de 1898 et l'une des figures capitales de l'Espagne, devenue légende à cause de sa carrière passionnée de lutteur, sa gloire de recteur de l'université de Salamanque, son exil sous Primo de Rivera, son retour triomphal à l'avènement de la république, sa mort solitaire lors de l'entrée des franquistes à Salamanque. Ay […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14334

SONNETS SPIRITUELS, Juan Ramón Jiménez - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 701 mots

Juan Ramón Jiménez (1881-1958) distinguait trois périodes dans sa vie d'écrivain : l'époque sensitive, de 1909 jusqu'à 1915 environ ; l'époque intellectuelle, inaugurée par le Journal d'un poète nouveau marié (1916) – « début du symbolisme moderne dans la poésie espagnole » – qui prenait fin avec Chanson (1936) ; l'époque « suffisante » ou « véritable  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnets-spirituels/#i_14334

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « JIMÉNEZ JUAN RAMÓN - (1881-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-ramon-jimenez/