HEINEMANN GUSTAV (1899-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troisième président de la République fédérale d'Allemagne (1969-1974), après le libéral Theodor Heuss (1949-1959) et le chrétien-démocrate Heinrich Lübke (1959-1969).

Né à Schwelm en Westphalie, d'un père qui fut fondé de pouvoir chez Krupp, Gustav Heinemann passa son enfance à Essen. Il étudia dans plusieurs universités allemandes et fut reçu docteur en économie à Marburg en 1921 et docteur en droit à Münster en 1929. Entré dans la grande industrie, il exerce les fonctions de conseiller juridique jusqu'en 1936, puis il sera directeur et membre du conseil d'administration des mines de la Rheinische Stahlwerke jusqu'en 1949. Il enseigne le droit minier et l'économie à l'université de Cologne et ses publications font autorité. Il se donne, de cette façon, des bases matérielles suffisantes pour mener ensuite une action indépendante. Avocat et notaire, il plaidera de nouveau dans de grands procès après 1950.

Sous l'influence de son épouse, Hilda, d'origine suisse, ce libre-penseur se rapproche de l'Église protestante. En 1934, dès sa fondation, il adhère à l'Église confessante, qui s'oppose aux nationaux-socialistes ; dans sa cave, Heinemann imprimait les tracts de cette Église. Son attitude irréprochable sous le IIIe Reich lui vaudra de jouer un rôle éminent en Allemagne après 1945 dans l'Église évangélique, dont il sera président du synode jusqu'en 1953.

Son engagement politique remonte à la République de Weimar où il appartint au Parti démocrate allemand (Deutsche demokratische Partei ou D.D.P.). Cofondateur de l'Union démocrate-chrétienne (Christlich-demokratische Union ou C.D.U.), en zone britannique en 1945, il est maire d'Essen de 1946 à 1949 et ministre de la Justice du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie en 1947-1948. Bien qu'il n'appartienne pas au Bundestag, Adenauer, le catholique, le nomme ministre de l'Intérieur dans son premier gouvernement en 1949, comme pour s'assurer le soutien d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HEINEMANN GUSTAV (1899-1976)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 224 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Un président sans pouvoirs »  : […] Le président de la République de Weimar détenait de grands pouvoirs. Weimar a mal fini. Aussi les constituants de Bonn ont-ils créé un président sans grande possibilité d'action. Contrairement aux présidents des III e , IV e et V e  Républiques françaises, il ne préside pas le Conseil des ministres. Pour la désignation du chancelier, il propose u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-republique-federale-d-allemagne-jusqu-a-la-reunification/#i_6493

Pour citer l’article

Henri MÉNUDIER, « HEINEMANN GUSTAV - (1899-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-heinemann/