SCHULLER GUNTHER (1925-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gunther Schuller est un compositeur, instrumentiste, chef d’orchestre, enseignant et écrivain américain connu pour ses activités dans les domaines du jazz et de la musique classique, ainsi que pour ses compositions embrassant à la fois des éléments empruntés au jazz et au dodécaphonisme.

Gunther Schuller naît le 22 novembre 1925 à New York, dans une famille de musiciens. (Son grand-père était chef d’orchestre en Allemagne et son père a joué avec l’Orchestre philharmonique de New York, en tant que violoniste, pendant quarante et un ans.) Schuller, inscrit très jeune dans des établissements spécialisés dans l’enseignement musical, commence à jouer du cor dans le Philharmonic de New York à l’âge de 15 ans et devient premier cor à l’Orchestre symphonique de Cincinnati (Ohio) en 1943, puis à l’orchestre du Metropolitan Opera en 1945. Son goût pour le jazz se développe très tôt, à travers la musique de Duke Ellington ; il écrit ainsi des adaptations symphoniques de morceaux de ce dernier et, en 1955, un Symphonic Tribute to Duke Ellington. Il collabore fréquemment avec le pianiste John Lewis, en particulier au sein du Modern Jazz Quartet et de la Modern Jazz Society.

En matière de composition, Schuller fait ses débuts dans les pas d’Anton Webern – réputé pour la concision de ses pièces dodécaphoniques –, ainsi qu’en témoigne le Concerto pour violoncelle (1945). Par la suite, il fait appel, en musique de chambre, à des combinaisons instrumentales inhabituelles : trois hautbois, ou trois trombones, et un piano dans la Fantaisie concertante (1947), ou encore, la même année, quatre contrebasses dans un quatuor. En 1955, il est devenu expert dans l’art d’associer des éléments provenant de styles musicaux disparates, comme dans Twelve by Eleven, pour orchestre de chambre, avec des improvisations inspirées du jazz. En 1957, il forge l’expression « troisième courant » pour désigner la confluence de techniques du jazz et de la musique classique qui marque nombre de ses compositions.

Ses autres œuvres notables comprennent : Spectra (1958, créé en 1960) pour grand orchestre divisé en six sous-ensembles ; Seven Studies of Paul Klee (1959) ; Variants (1960), musique pour un ballet chorégraphié par George Balanchine ; The Fisherman and His Wife (1970), un opéra pour les enfants, sur un livret de John Updike ; Deaï (1978), écrit pour deux orchestres, et un Concerto pour contrebasson (1978), le premier en date pour cet instrument. Ses œuvres tardives incluent : Of Reminiscences and Reflections (1993, Pulitzer Prize en 1994) pour orchestre ; The Black Warrior (1998), un oratorio d’après la Lettre de la prison de Birmingham, de Martin Luther King, et Refrains (2006), pour 12 tubas, 10 euphoniums et percussions.

Schuller enseigne à la Yale School of Music de 1964 à 1967 et est président du New England Conservatory of Music de 1967 à 1977. Il est affilié pendant vingt ans au Tanglewood Music Center de Lenox (Massachusetts). Il travaille également comme chef invité et comme chef en résidence pour plusieurs orchestres et festivals de musique. Par ailleurs, il est le fondateur du New England Conservatory Ragtime Ensemble, dont l’album The Red Back Book, qui reprend des œuvres de Scott Joplin, devient un best-seller et remporte un Grammy Award en 1973. Il a notamment écrit et publié Early Jazz : Its Roots and Musical Development (1968, réédité en 1986) et The Swing Era : The Development of Jazz, 1930-1945 (1989), ainsi que l’article « Jazz » de l’Encyclopædia Britannica.

Gunther Schuller est mort le 21 juin 2015 à Boston (Massachusetts).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  SCHULLER GUNTHER (1925-2015)  » est également traité dans :

MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 6 370 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le « troisième courant » »  : […] Au début des années 1960, plusieurs compositeurs américains cherchent une troisième voie alliant les recherches nouvelles en musique contemporaine aux acquis du jazz. Le 13 mai 1961, le compositeur Gunther Schuller publie dans la Saturday Review of Literature un article intitulé « Third Stream Redefined ». Partisan d'une fusion entre la tradition classique et celle du jazz, il n'entend pas, par c […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SCHULLER GUNTHER - (1925-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gunther-schuller/