GUJARĀT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Région du golfe de Cambay, le Gujarât n'entre dans l'histoire comme État individualisé qu'avec les Kshatrapa (satrapes indo-scythes), dits Kshaharâta aux ier-iiie siècles. Il tombe ensuite dans la mouvance des Andhra, puis dans celle des Gupta (ive-ve s.), comme elle avait déjà été dans celle des Maurya. À la fin du ve siècle, le clan gurjara des Maitraka, peut-être d'origine iranienne, s'y installe et fonde un royaume centré sur la ville de Valabhi, dans la presqu'île de Kathiawar, qui dure jusqu'à l'ébranlement provoqué, au viiie siècle, par l'arrivée des Arabes dans le Sind. Le clan des Châpotka succède à celui des Maitraka mais établit sa capitale à Anhilvar, l'actuelle Patan, près du défilé de Palanpur. À la fin du xe siècle, la dynastie des Solanki ou des Chaulukya, peut-être apparentée aux Chalukya du Deccan, chasse les Châpotka et règne pendant près de trois siècles à Anhilvar, suivie par celle des Vâghelâ (1232-1297).

Inde : carte administrative

carte : Inde : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Inde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Si les Gurjara ont laissé à cette région son nom moderne de Gujarât, ils n'ont pu lui léguer durablement la religion bouddhique qu'ils ont encouragée, comme les Chaulukya patronneront le jaïnisme. Et, à partir de 1297, la domination musulmane marque à son tour profondément le pays, soumis aux sultans de Delhi, de la dynastie des Khalji puis des Tughluq. En 1392, le gouverneur musulman du Gujarât, Zafar khân, se révolte et se proclame indépendant, fondant ainsi la dynastie des Zafar Khânî. Il est un moment remplacé sur le trône par son fils Tâtâr khân, dit Tâtâr shâh (1403-1404), qui se proclame sultan sous le nom de Muḥammad shâh. Mais le père empoisonne le fils et devient le sultan Muzaffar shâh (1404-1417). Son petit-fils, Aḥmad shâh (1411-1442), est le véritable organisateur de l'État et le fondateur de sa nouvelle capitale, Ahmadâbâd. Le petit-fils de ce dernier, Mahmud Begarha (1458-1511), apparaît aux Européens comme le plus puissant souverain de l'Inde : le fabuleux prince de Cambay. Après l'assassinat par traîtrise de son petit-fils, Bahadur shâh, sur un bateau portugais (1537), le sultanat sombre dans la confusion. Il est annexé en 1573 par l'empereur mogol Akbar.

—  Roland BRETON

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître assistant à l'université d'Aix-Marseille

Classification

Autres références

«  GUJARAT  » est également traité dans :

AHMADABAD

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 344 mots
  •  • 1 média

Ville de l'Union indienne, située dans la grande plaine du Gujarāt. Le rôle d'Ahmadabad (ancienne Ahmedābād) fut d'abord politique. Comme son nom le suggère, c'est une fondation musulmane qui remonte au xv e siècle. La ville fut d'abord un point d'appui politique et militaire des empereurs mogols, grâce à sa position centrale dans la plaine gujrāti et à sa position de carrefour. Mais la grande or […] Lire la suite

BHIL

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 609 mots

Peuple des régions montagneuses du Rajāsthān, du Gujarāt, du Madhya Pradesh, que l'on retrouve également dans les forêts du nord et du sud de la rivière Narbada. Leur langue originelle dravidienne semble avoir complètement disparu ; les Bhil parlent quelque trente dialectes provenant d'une langue mère, elle-même issue d'un brassage de langues gujarāt et radjput. Selon la tradition, ils semblent av […] Lire la suite

GUJARĀTĪ LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Françoise MALLISON
  •  • 2 600 mots

Le gujarātī est la langue de l'État fédéral le plus occidental de l'Union indienne, le Gujarāt, né en 1960 après sa séparation d'avec le Mahārāṣṭra, bordé à l'ouest par l'océan Indien et à l'est par les États du Rājasthān, du Madhya Pradeś et du Mahārāṣṭra. La frontière linguistique ne suit pas exactement la frontière politique, et le gujarātī, langue d'un peuple de négociants, est parlé non seu […] Lire la suite

INDO-PAKISTANAISE ARCHÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-François JARRIGE
  •  • 16 886 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les cultures du IIe millénaire au Gujarat, au Rajasthan, en Inde centrale et dans la partie septentrionale du plateau du Deccan »  : […] Les recherches entreprises au Gujarat ont permis d'identifier une vingtaine de sites qui peuvent être considérés comme directement reliés à la tradition harappéenne classique. Le site le mieux connu est Lothal, dont nous avons parlé à propos du commerce de la civilisation de l'Indus. Au II e millénaire, Lothal semble connaître une phase de déclin comparable à ce que l'on peut noter dans les autre […] Lire la suite

MODI NARENDRA (1950- )

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT
  •  • 1 150 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un idéologue et un organisateur  »  : […] Narendra Modi est né le 17 septembre 1950 à Vadnagar, une petite ville du district de Mehsana, au Gujarat. Son père, appartenant à la caste des Ghanchis – dont l’activité traditionnelle est la fabrication d’huile alimentaire –, tenait une échoppe de thé. Le niveau d’études de Narendra Modi est moins élevé que celui de la plupart des anciens Premiers ministres de l’Inde, en général diplômés d’unive […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland BRETON, « GUJARĀT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gujarat/