AHMADABAD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville de l'Union indienne, située dans la grande plaine du Gujarāt. Le rôle d'Ahmadabad (ancienne Ahmedābād) fut d'abord politique. Comme son nom le suggère, c'est une fondation musulmane qui remonte au xve siècle. La ville fut d'abord un point d'appui politique et militaire des empereurs mogols, grâce à sa position centrale dans la plaine gujrāti et à sa position de carrefour.

Inde : carte administrative

Inde : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Inde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Mais la grande originalité d'Ahmadabad fut sa puissance industrielle. Lorsque, au milieu du xixe siècle, des entrepreneurs britanniques puis des Indiens commencèrent à travailler le coton, de nombreuses usines s'installèrent à Ahmedabad — où les taxes étaient moins lourdes qu'à Bombay. La ville, en effet, est proche des régions de terres noires et profondes qui conviennent particulièrement à la culture de cette fibre. Les castes commerçantes d'Ahmedabad, qui avaient accumulé des capitaux, investirent aisément dans cette industrie. Ainsi naquit le second centre indien pour le travail du coton, et une des plus anciennes concentrations ouvrières de l'Inde.

L'activité textile a conduit assez naturellement au développement de la fabrication de machines et de teintures. De plus, de nombreux capitalistes gujarāti s'étaient installés à Bombay. Après la séparation du Gujrāt et du Mahārāshtra en 1956, ils replièrent leurs activités sur Ahmedabad qui a ainsi bénéficié d'investissements privés importants et acquis une certaine autonomie par rapport à Bombay. C'est la ville la plus peuplée du Gujarāt, avec 3 515 000 habitants au recensement de 2001 (et 4 525 000 dans l'agglomération).

La vieille ville, sur la rive gauche de la Sabarmati, est encore entourée de vestiges de remparts. Les quartiers industriels, en grande partie anciens et assez misérables, frangent la vieille ville à l'est, tandis que des quartiers résidentiels se sont développés vers le nord-est et sur la rive droite de la Sabarmati.

—  François DURAND-DASTÈS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  AHMADABAD  » est également traité dans :

GUJARĀTĪ LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Françoise MALLISON
  •  • 2 600 mots

Le gujarātī est la langue de l'État fédéral le plus occidental de l'Union indienne, le Gujarāt, né en 1960 après sa séparation d'avec le Mahārāṣṭra, bordé à l'ouest par l'océan Indien et à l'est par les États du Rājasthān, du Madhya Pradeś et du Mahārāṣṭra. La frontière linguistique ne suit pas exactement la frontière politique, et le gujarātī, langue d'un peuple de négociants, est parlé non seu […] Lire la suite

Les derniers événements

26 juillet 2008 • Inde • Attentats meurtriers dans le Gujarat.

Dix-sept bombes explosent dans plusieurs quartiers d'Ahmadabad, ville principale de l'État du Gujarat, dans l'ouest du pays, provoquant la mort d'au moins quarante-neuf personnes. Ces attentats sont revendiqués par l'organisation des Moudjahidins indiens qui déclare vouloir venger les « violences [...] Lire la suite

27 février - 4 mars 2002 • Inde • Violences interreligieuses meurtrières au Gujarat.

Le 27, l'incendie d'un train de pèlerins hindous dans l'État du Gujarat, par des militants musulmans, cause la mort de 58 personnes. La semaine suivante et jusqu'au 4 mars, les représailles menées par les fanatiques hindous dans la capitale de l'État, Ahmadabad, font plus de 550 morts au sein de la communauté musulmane, tandis qu'une centaine d'extrémistes hindous sont tués par les forces de l'ordre.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « AHMADABAD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmadabad/