MADHYA PRADESH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jusqu’en novembre 2000, le Madhya Pradesh, situé dans le centre de l’Inde, était l’État le plus étendu de la Fédération indienne. Il n’en est plus que le deuxième, puisque, à cette date, il a été divisé en deux : un nouvel État, le Chhattisgahr, avec comme capitale Raipur, a été créé à partir de ses districts orientaux. Le Madhya Pradesh occupe depuis lors une superficie de 308  252 km2 et comptait, en 2004, 64  413  000 habitants (estimation).

Inde : carte administrative

Carte : Inde : carte administrative

Carte administrative de l'Inde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le terme de Madhya Pradesh signifie simplement « province centrale » : ce n'est ni le nom d'un peuple ni le nom d'une région depuis longtemps affirmée dans l'histoire, comme c'est le cas pour de nombreux autres États de l'Inde. C'est dire que le Madhya Pradesh manque singulièrement d'unité et constitue une construction politique récente (il fut créé en 1947 ) et passablement arbitraire.

Cette situation s'explique assez bien par les traits de l'Inde centrale. C'est une région de milieu difficile. La pluviosité y est importante, partout supérieure à 800 millimètres, mais le relief est fragmenté avec des plateaux élevés, de grands escarpements, des fossés et des bassins profondément encaissés. Le sous-sol est granito-gneissique pour l'essentiel et les roches ont été décomposées par le climat très pluvieux pour donner des sols latéritiques assez médiocres. Aussi la région n'a-t-elle pas attiré les populations d'agriculteurs hindouistes et a-t-elle servi de refuge à des populations anciennes, appelées parfois, en Inde, les adivasis (littéralement : « anciens habitants »), ou encore des populations « tribales » dont l'organisation sociale n'est pas fondée sur la caste. Ces peuples pratiquent un système de cultures lié à la longue jachère forestière, qui ne permet pas de faire vivre une population importante. Aussi, certains districts ne rassemblent que quelques dizaines d'habitants au kilomètre carré, ce qui représente une densité particulièrement faible pour l'Inde.

Cet espace faiblement peuplé est resté fragmenté du point de vue politique. Aucun État vraiment important n'a eu son centre dans la région. Pendant la période britannique, des centaines de petits États princiers s'étaient maintenus, qui furent regroupés tant bien que mal lors de l'indépendance pour former le Madhya Pradesh. On eut quelque mal à lui trouver une capitale, l'urbanisation y étant partout faible et aucune ville ne se détachant. Le choix de Bhopāl (1 437 300 hab. en 2001 pour l'agglomération) fut donc arbitraire. Les cultures ainsi que les langues y restent très diverses.

Le Madhya Pradesh comporte deux grands ensembles. Du nord-ouest au sud-est : au nord, les plateaux du Mālwa ; sur leurs marges méridionales, un ensemble d'axes de reliefs et de dépressions qui s'allongent de l'ouest - sud-ouest à l'est-nord-est.

Les plateaux du nord forment des ensembles assez bien définis, qui ont constitué les « pays » historiques du Mālwa et du Bundelkhand. Le premier a un sous-sol de grès ou de laves, le second de granites et de gneiss, et un relief de collines arrondies plus que de plateaux. Le système des cultures évoque celui de la plaine du Gange voisine, avec des millets en été et du blé en hiver, mais la productivité est assez faible. Le seul atout relatif du Mālwa, c'est qu'il a servi de voie de passage entre la péninsule et la plaine du Gange. Il doit à ce fait d'avoir été le centre d'États un peu plus importants et d'avoir été plus urbanisé que le reste de la région. C'est donc dans cette partie septentrionale que se trouvent les villes les plus actives du Madhya Pradesh, notamment Indore et Bhopāl. Le gouvernement fédéral a étoffé les activités de cette dernière en y implantant des usines et en y attirant des firmes multinationales (le complexe chimique de Bhopāl est à l'origine d'une des plus graves catastrophes industrielles de l'histoire, en 1984).

Les reliefs du centre sont dus aux failles qui ont découpé la masse granito-gneissique en une série de blocs séparés par des fossés. Les blocs sont souvent dissymétriques, et les régions élevées se présentent souvent comme des plateaux, bordés d'un côté par un escarpement très marqué et qui descendent, de l'autre, en pente douce. Les principaux reliefs sont les monts Vindhya, Kaimur, Mahādeo et Maikal, et les principaux fossés sont suivis par la Son et la Narbadā.

Les régions élevées sont très arrosées, peu peuplées, et portent donc encore des forêts importantes. Les fossés sont davantage mis en valeur et portent du riz en été, des millets et du blé en hiver. C'est dans cette région que la fragmentation est la plus poussée, là aussi que les populations tribales sont particulièrement nombreuses.

Bien que les sols soient peu favorables, l’agriculture (riz, céréales, soja) est la principale activité de l’État. Par ailleurs, celui-ci est assez riches en ressources minérales peu exploitées (houille, minerai de fer, bauxite, manganèse). Le point faible de l’économie réside dans le retard du développement industriel, malgré le plan de développement mis en œuvre au début des années 1980 pour y remédier. Des centres de croissance ont été identifiés (Indore, Gwalior, Bhopal, Jabalpur), Au côté des industries lourdes (métallurgie, cimenterie) se sont implantées des entreprises de microélectronique et de fibres optiques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MADHYA PRADESH  » est également traité dans :

BHIL

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 609 mots

Peuple des régions montagneuses du Rajāsthān, du Gujarāt, du Madhya Pradesh, que l'on retrouve également dans les forêts du nord et du sud de la rivière Narbada. Leur langue originelle dravidienne semble avoir complètement disparu ; les Bhil parlent quelque trente dialectes provenant d'une langue mère, elle-même issue d'un brassage de langues gujarāt et radjput. Selon la tradition, ils semblent av […] Lire la suite

BHOPAL

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 215 mots
  •  • 2 médias

Ville de l'Union indienne située au centre ouest du pays, dans le nord des plateaux péninsulaires, Bhopal se trouve sur une des grandes voies de communication ferroviaire qui relient le Deccan à la plaine du Gange. C'est une fondation musulmane due à une dynastie d'origine afghane, qui obtint une assez large autonomie au début du xviii e siècle et qui, alliée aux Britanniques, sut prospérer penda […] Lire la suite

GOND

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 747 mots

Groupe aborigène de l'Inde centrale, les Gond habitent les États de Madhya Pradesh (pour les deux tiers), de Mahārāshtra, d'Āndhra Pradesh, de Chatisgarh, de Jharkhand et d'Orissa. Le gondi est une langue de la famille dravidienne et comprend plusieurs dialectes, assez différents puisque les locuteurs, au nombre de 2 millions dans les années 1990, ne parviennent pas toujours à se comprendre d'un d […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les éléments de différenciation territoriale »  : […] L'Inde est extrêmement variée du point de vue culturel, ce qui n'a rien d'étonnant pour un espace aussi vaste. Cette diversité n'est cependant que la déclinaison au sein des régions d'une civilisation identique qui forge l'unité du pays. Cette civilisation est marquée par une religion, l'hindouisme, qui, sans clergé ni doctrine unifiée, influence grandement les manières de voir et les comportemen […] Lire la suite

INDORE

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 185 mots
  •  • 1 média

Ville de l'Union indienne, Indore est située au nord-ouest de la péninsule, sur la bordure septentrionale des plateaux de laves qui caractérisent cette partie du pays. Elle comptait 1 474 900 habitants au recensement de 2001. Indore doit son importance à son rôle de capitale de l'un des États du Malwa, qui garda son autonomie jusqu'à l'indépendance. La ville fut alors rattachée à l'État de Madhya […] Lire la suite

UDAYAGIRI

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 426 mots

Dans le chapitre « Udayagiri au Mādhya Pradesh »  : […] Bhīlsa, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Bhopāl, est à présent un modeste chef-lieu de district ; c'était jadis, sous le nom de Vidiśā, la capitale du royaume du Mālva, et son importance, attestée dès le iii e  siècle avant J.-C., s'explique par la position qu'elle occupait au carrefour des grandes voies commerciales. Sa ligne occidentale de défense pourrait avoir été constituée par […] Lire la suite

Les derniers événements

11-24 décembre 2019 Inde. Adoption d'une législation discriminatoire à l'encontre des musulmans.

Madhya Pradesh annoncent leur intention de ne pas appliquer la nouvelle législation qu’ils jugent inconstitutionnelle. Le 15, la police donne violemment l’assaut à l’université musulmane Jamia Millia Islamia, à New Delhi, bastion de la contestation contre la loi sur la nationalité. La capitale reste le théâtre d’affrontements les jours suivants. Le […] Lire la suite

3-23 décembre 1984 Inde. Catastrophe industrielle de Bhopal

Madhya Pradesh fait savoir officiellement qu'il refuse le renouvellement de la licence d'exploitation de l'usine de Bhopal. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « MADHYA PRADESH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/madhya-pradesh/