Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POSTEL GUILLAUME (1510-1581)

Un des principaux représentants de la Renaissance, dont il vécut le mythe en se proclamant le « premier-né de la restitution ». Celui qui signe d'abord G. P. Barentonius Doleriensis (il est né d'une humble famille de Barenton, hameau de la Dolerie dans la Manche, où il a maintenant son vitrail dans la chapelle de Montéglise) est, dès 1538, « lecteur royal pour les mathématiques et les langues étrangères ». Choisi, en raison de son génie précoce, pour accompagner à Constantinople le premier ambassadeur (1535-1537), il a en effet rapporté, avec de précieux manuscrits arabes scientifiques, un Linguarum duodecim characteribus differentium alphabetum, alphabet de douze langues (comportant la première grammaire arabe). Postel, qui a connu Barberousse, Ibrahim Bassa et d'autres personnages de la cour de Soliman, est le protégé de Marguerite d'Angoulême et de François Ier (dont il écrira une vie). Il va être aussi celui du chancelier G. Poyet, qui lui donne un doyenné pour compenser les retards du salaire royal ; mais c'est, avec la disgrâce du chancelier, l'origine de sa première crise spirituelle. Comme dans les crises qui suivront, Postel est alors le « scrivetoste », la plume au service de l'Esprit, et il écrit en trois mois, par un hiver si rude qu'il réchauffait la plume en sa bouche, le gros in-folio du De orbis terrae concordia, La Concorde du monde (une société des amis de G. Postel fera poser, en 1939, une plaque à la mémoire de « l'apôtre de la concorde universelle » dans l'ancien monastère de Saint-Martin-des-Champs, où il mourut). L'ouvrage est publié à Bâle par l'ancien famulus de Paracelse, Jean Oporin, en 1543.

Postel vient de quitter Paris, faute d'avoir été écouté par le roi, qu'il est allé admonester d'avoir à se réformer, lui et son royaume, s'il veut être le monarque de l'univers. Postel, qui lit les prophéties, croit que François, donné par le ciel à Louise de Savoie grâce aux prières de François de Paule, a droit à cette monarchie, puisqu'il est descendant de Gomer, fils de Japhet. Il se croit lui-même le « pape angélique » de la tradition joachimite. Devenu « Gaulois cosmopolite », il tente de s'agréger aux apôtres de la naissante Compagnie de Jésus, qu'il admire pour leur « vie en pauvreté, mespris et douleur ». Il reçoit les ordres et signera « prêtre de profession apostolique ». Mais Ignace de Loyola chasse ce pape angélique gallican, qui rêve de l'Empire pour son roi et dénonce l'hérésie des Jésuites : ne placent-ils pas le pape au-dessus du concile, dont les pères se réunissent à Trente ?

De 1547 à 1549, Postel est à Venise, où il connaît Daniel Bomberg, l'éditeur des Bibles hébraïques et du Talmud. Il y devient le confesseur d'une dévote stigmatisée, qui se prend, elle aussi, pour le pape angélique, la mère Jeanne, la Vierge vénitienne ; elle l'aide à entendre les livres de kabbale qu'il traduit alors (le Bahir, le Zohar ; il ne publiera qu'en 1552 sa traduction du Sefer Yesira, Le Livre de la Création). Il signe « Élie qui a toute l'intelligence » un Candélabre de Moïse en hébreu et « Elias Pandochaeus » (Élie l'Hospitalier, par allusion à l'hôtelier de la parabole du bon Samaritain et au rôle de sa mère Jeanne, qui assure au petit hôpital des Saints-Jean-et-Paul l'économat et la cuisine) sa Panthenosia, compositio omnium dissidiorum, La Concorde de tous les différends entre religions et sectes.

Après un second voyage au Proche-Orient, d'où il rapporte des manuscrits arabes et syriaques, il se proclame à Paris, pour la Noël de 1551 ou l'Épiphanie de 1552, le « premier-né de la mère Jeanne ». Il a subi l'« immutation » et offre de faire la preuve de son immortalité sur un bûcher, tout en attaquant en justice des[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (sciences religieuses)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ÂME

    • Écrit par Pierre CLAIR, Henri Dominique SAFFREY
    • 6 020 mots
    ...regard de Dieu, ce qui ne l'empêche pas, selon La Forge (1666), d'en venir presque à la corporéifier, en l'assimilant « aux choses qu'elle se représente ». Guillaume Postel s'adonne à une analyse fouillée de la notion, distinguant l'anime, intellect agent, de l'« âme », intellect patient. La première...
  • DE TRIBUS IMPOSTORIBUS

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 866 mots

    Livre mythique s'il en fut, le De tribus impostoribus (Livre des trois imposteurs) a hanté la conscience du Moyen Âge. L'ombre suscitée par son incertaine réalité n'a pas cessé, pendant des siècles, de nourrir l'idée que l'humanité a pu s'engager dans la voie des religions comme en un chemin...

  • KABBALE

    • Écrit par François SECRET, Gabrielle SED-RAJNA
    • 7 223 mots
    En France, dès 1519, François Ier se fait exposer la kabbale par un franciscain, Jean Thénaud, et c'est avec raison que Michelet a rangé Guillaume Postel (1510-1581) à côté de l'Italien Pic de La Mirandole et de l'Allemand Reuchlin. S'il ne publia que la traduction du Sefer Yeṣira...
  • LE FÈVRE DE LA BODERIE GUY (1541-1598)

    • Écrit par Françoise JOUKOVSKY
    • 956 mots

    Guy Le Fèvre de La Boderie est né à Falaise. Sa formation doit moins aux études universitaires qu'à l'influence d'un maître savant, Guillaume Postel. Versé en latin, grec, hébreu, chaldéen, arabe et syriaque, Le Fèvre achève en 1567 de transcrire en caractères hébraïques et...