GUILLAUME II (1859-1941) empereur d'Allemagne (1888-1918)

Empereur d'Allemagne et roi de Prusse, Guillaume II est le petit-fils de Guillaume Ier et de Victoria d'Angleterre, et le fils de Frédéric III. Après le court règne de son père, il accède à l'Empire en 1888. Très orgueilleux et jaloux de son autorité, il rêve de jouer un grand rôle et de conduire lui-même les destinées de l'Empire. Il renvoie Bismarck en 1890 et choisit comme chanceliers des hommes de second plan (Caprivi, Hohenlohe, Bülow, Bethmann Hollweg), qu'il renvoie dès qu'ils font preuve d'indépendance. Intelligent et conscient de ses devoirs, il manque de continuité dans les desseins et de cohérence dans les décisions ; il cherche aussi des attitudes théâtrales. En politique intérieure, il esquisse tantôt une grande politique sociale, tantôt une lutte sans merci contre le socialisme. En politique extérieure, il cherche à jouer un grand rôle personnel, mais aussi à réaliser la mission historique du peuple allemand. En Europe, il veut se rapprocher de l'Autriche, fût-ce au risque d'un conflit avec la Russie, donc avec la France. De plus, il entend dépasser le cadre européen et déclare en 1896 que l'Allemagne va mener une politique mondiale, en s'appuyant sur la flotte, commerciale et de guerre, dont il préconise la construction (« Notre avenir est sur l'eau », proclame-t-il). Il entreprend des voyages spectaculaires en Syrie et en Palestine en 1898 et à Tanger en 1905. Il tente vainement de détacher la Russie de la France et la France de l'Angleterre tout en affirmant maintes fois sa volonté de paix ; il est avant tout « le seigneur de la guerre », en vrai Hohenzollern. Son attitude de bravade et ses discours belliqueux sont souvent une menace pour la paix. En juillet 1914, il suit l'impulsion de son état-major, qui le pousse à déclarer la guerre à la Russie et à la France. Chef suprême des armées, il abandonne en fait, à partir de 1916, tous les pouvoirs à Hindenburg et Ludendorff. En 1918, son abdication est exigée par Wilson, les masses allemandes voient dans le Kaiser le principal obstacle à la paix. Il envisage d'abord d'abdiquer comme empereur, mais non comme roi de Prusse. Le 9 novembre, les généraux le contraignent à l'effacement total. Le 10 novembre, il se réfugie en Hollande. Le traité de Versailles le déclare personnellement responsable du conflit et prévoit son jugement par un tribunal international, mais le gouvernement néerlandais refuse son extradition. Guillaume II assistera, avant sa mort, à l'entrée de l'armée allemande aux Pays-Bas.

Guillaume II, Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff

Guillaume II, Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff

photographie

Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff, artisans des succès allemands sur le front oriental en 1914, consultant une carte avec le Kaiser Guillaume II (au centre), au quartier général allemand, en janvier 1917. 

Crédits : Time&Life Pictures/ German official Photo/ Getty

Afficher

—  Léon STRAUSS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, attaché de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  GUILLAUME II (1859-1941) empereur d'Allemagne (1888-1918)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 851 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La vie politique »  : […] évolution d'un courant libéral, opposé, au début, à la manière autoritaire de Bismarck et, plus tard, aux initiatives maladroites de Guillaume II. Une pratique politique plus moderne, l'adoption du suffrage universel dans tous les États allemands, l'établissement du régime parlementaire dans l'Empire, des réformes sociales inspirées de ce que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_10783

BETHMANN-HOLLWEG THEOBALD VON (1856-1921)

  • Écrit par 
  • Alfred WAHL
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Administrateur plus qu'homme politique, ce grand juriste sans rayonnement gravit tous les échelons et devient chancelier du Reich en 1909. Bethmann-Hollweg n'est pas le meneur d'hommes ni le combattant qui s'impose en ces moments difficiles : « Il administre, mais ne gouverne pas. » S' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theobald-von-bethmann-hollweg/#i_10783

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 860 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin de l'« homme fort » »  : […] le nouveau souverain, atteint d'un cancer, meurt le 15 juin, laissant le trône à son fils Guillaume II. Le nouvel empereur a vingt-neuf ans, le chancelier soixante-treize. Leurs caractères ne tardent pas à se heurter. Impatient de régner, le jeune souverain supporte mal le poids de l'expérience du chancelier ; son entourage le pousse dans cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-von-bismarck/#i_10783

BÜLOW BERNHARDT prince de (1849-1929)

  • Écrit par 
  • François-Georges DREYFUS
  •  • 421 mots

Né dans le Schleswig-Holstein, Bernhardt von Bülow est issu d'une vieille famille danoise (son père sert successivement le Danemark et les États allemands). Il est officier de hussards, puis, après 1871, entre dans la carrière diplomatique. Très rapidement ambassadeur à Bucarest puis à Rome, il devient à son tour, comme son père, secrétaire d'État […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernhardt-bulow/#i_10783

CAPRIVI LEO comte von (1831-1899)

  • Écrit par 
  • Alfred WAHL
  •  • 290 mots

Assumant à partir de 1890 la difficile succession de Bismarck comme président du Conseil de Prusse et chancelier d'Empire, le général Caprivi symbolise l'orientation nouvelle (der neue Kurs) imprimée à la politique allemande à l'intérieur et à l'extérieur ; il tente de gouverner malgré l'autoritarisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-caprivi/#i_10783

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 595 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une génération en révolte »  : […] Pourquoi la contestation des valeurs établies prend-elle pareille ampleur ? Depuis l'avènement de Guillaume II, en 1888, à la tête de l'empire, aucun pays n'a connu un semblable essor économique. Cette transformation extrêmement rapide s'est accompagnée d'une forte poussée démographique. La population allemande a presque triplé en un siècle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_10783

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’issue et la mémoire des mutineries »  : […] Les deux situations dans lesquelles les mutineries militaires parviennent à dépasser le stade d’une protestation isolée, éphémère et réprimée par les autorités sont celles de la Russie et de l’Allemagne en révolution. Dans les deux pays, l’indiscipline peut se généraliser parce qu’elle trouve le relais des forces politiques et sociales participant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere-mutineries-et-desobeissances-collectives/#i_10783

HINDENBURG PAUL VON BENECKENDORFF et VON (1847-1934) maréchal allemand

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 878 mots
  •  • 2 médias

Descendant d'une famille noble brandebourgeoise, Hindenburg entre en 1859 à l'École des cadets, combat en 1866 et en 1870-1871 dans un régiment d'infanterie de la garde prussienne. Admis à l'Académie de guerre, il sert ensuite au grand état-major sous les ordres de Moltke et de Schlieffen, puis au ministère de la Guerre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindenburg-paul-von-beneckendorff-et-von-marechal-allemand/#i_10783

HOHENZOLLERN

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 299 mots

Dans le chapitre « Les souverains de Brandebourg et de Prusse »  : […] Bismarck et à la victoire des armées allemandes. Ses successeurs, Frédéric III (1888) et Guillaume II (1888-1918), réunissent les deux couronnes, royale et impériale. Pour Guillaume II la première était supérieure par son caractère à la fois héréditaire et religieux, l'autre ne tirant son origine que du consentement des princes allemands. Aussi, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hohenzollern/#i_10783

JUSTICE - Justice politique

  • Écrit par 
  • Robert CHARVIN
  •  • 8 855 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  De l'ordre interne à l'ordre international »  : […] La fin de la Première Guerre mondiale a posé le principe de la mise en accusation de l'ex-empereur Guillaume II (article 227 du traité de Versailles) ainsi que le jugement des auteurs de crimes de guerre par une juridiction allemande ou militaire interalliée (articles 228-229). Le résultat pratique fut dérisoire : l'ex-empereur ne fut ni extradé ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-justice-politique/#i_10783

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 589 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale »  : […] En outre, les Pays-Bas hébergeaient l'ex-empereur Guillaume II d'Allemagne. Celui-ci était en effet arrivé avec une « facilité suspecte » au Limbourg néerlandais. Il obtint l'asile politique du gouvernement néerlandais. Par ailleurs, lors de la débâcle allemande de novembre 1918, 70 000 soldats allemands avaient pu s'échapper et regagner leur pays […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_10783

Pour citer l’article

Léon STRAUSS, « GUILLAUME II (1859-1941) - empereur d'Allemagne (1888-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ii/