GUILLAUME II (1859-1941) empereur d'Allemagne (1888-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Empereur d'Allemagne et roi de Prusse, Guillaume II est le petit-fils de Guillaume Ier et de Victoria d'Angleterre, et le fils de Frédéric III. Après le court règne de son père, il accède à l'Empire en 1888. Très orgueilleux et jaloux de son autorité, il rêve de jouer un grand rôle et de conduire lui-même les destinées de l'Empire. Il renvoie Bismarck en 1890 et choisit comme chanceliers des hommes de second plan (Caprivi, Hohenlohe, Bülow, Bethmann Hollweg), qu'il renvoie dès qu'ils font preuve d'indépendance. Intelligent et conscient de ses devoirs, il manque de continuité dans les desseins et de cohérence dans les décisions ; il cherche aussi des attitudes théâtrales. En politique intérieure, il esquisse tantôt une grande politique sociale, tantôt une lutte sans merci contre le socialisme. En politique extérieure, il cherche à jouer un grand rôle personnel, mais aussi à réaliser la mission historique du peuple allemand. En Europe, il veut se rapprocher de l'Autriche, fût-ce au risque d'un conflit avec la Russie, donc avec la France. De plus, il entend dépasser le cadre européen et déclare en 1896 que l'Allemagne va mener une politique mondiale, en s'appuyant sur la flotte, commerciale et de guerre, dont il préconise la construction (« Notre avenir est sur l'eau », proclame-t-il). Il entreprend des voyages spectaculaires en Syrie et en Palestine en 1898 et à Tanger en 1905. Il tente vainement de détacher la Russie de la France et la France de l'Angleterre tout en affirmant maintes fois sa volonté de paix ; il est avant tout « le seigneur de la guerre », en vrai Hohenzollern. Son attitude de bravade et ses discours belliqueux sont souvent une menace pour la paix. En juillet 1914, il suit l'impulsion de son état-major, qui le pousse à déclarer la guerre à la Russie et à la France. Chef suprême des armées, il abandonne en fait, à partir de 1916, tous les pouvoirs à Hindenburg et Ludendorff. En 1918, son abdication est exigée par Wilson, les masses allemandes voient dans le Kaiser le principal obstacle à la paix. Il envisage d'abord d'abdiquer comme empereur, mais non comme roi de Prusse. Le 9 novembre, les généraux le contraignent à l'effacement total. Le 10 novembre, il se réfugie en Hollande. Le traité de Versailles le déclare personnellement responsable du conflit et prévoit son jugement par un tribunal international, mais le gouvernement néerlandais refuse son extradition. Guillaume II assistera, avant sa mort, à l'entrée de l'armée allemande aux Pays-Bas.

Guillaume II, Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff

photographie : Guillaume II, Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff

photographie

Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff, artisans des succès allemands sur le front oriental en 1914, consultant une carte avec le Kaiser Guillaume II (au centre), au quartier général allemand, en janvier 1917. 

Crédits : Corbis Historical/ Getty Images

Afficher

—  Léon STRAUSS

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, attaché de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  GUILLAUME II (1859-1941) empereur d'Allemagne (1888-1918)  » est également traité dans :

AGADIR COUP D' (1911)

  • Écrit par 
  • Aïcha SALMON
  •  • 364 mots

Le « coup d’Agadir », ou « incident d’Agadir », est le nom d’une crise diplomatique et militaire qui opposa en 1911 la France et l’Allemagne, pour le contrôle du Maroc. Depuis la seconde moitié du xix e  siècle, les rivalités entre les grandes puissances européennes sont fortes. Le contrôle des territoires coloniaux en Afrique et en Asie leur permet d’affirmer leur pouvoir politique et économique, […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La vie politique »  : […] Allogènes refusant de se considérer comme Allemands, Allemands mécontents ou inquiets de la fondation du II e  Reich ne constituent, malgré tout, qu'une minorité. La grande masse des Allemands est satisfaite et fière de l'œuvre accomplie en 1871. Comment envisagent-ils son avenir ? Sans attacher trop d'importance aux partis politiques et aux « fractions » (groupes parlementaires) qui les représent […] Lire la suite

BETHMANN-HOLLWEG THEOBALD VON (1856-1921)

  • Écrit par 
  • Alfred WAHL
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Administrateur plus qu'homme politique, ce grand juriste sans rayonnement gravit tous les échelons et devient chancelier du Reich en 1909. Bethmann-Hollweg n'est pas le meneur d'hommes ni le combattant qui s'impose en ces moments difficiles : « Il administre, mais ne gouverne pas. » S'il se rend compte du blocage des institutions de Prusse, de l'Empire et de la société, il ne peut qu'entériner son […] Lire la suite

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin de l'« homme fort » »  : […] Guillaume I er était mort le 9 mars 1888, et son successeur, Frédéric III, avait prié Bismarck de conserver la chancellerie. Mais le nouveau souverain, atteint d'un cancer, meurt le 15 juin, laissant le trône à son fils Guillaume II. Le nouvel empereur a vingt-neuf ans, le chancelier soixante-treize. Leurs caractères ne tardent pas à se heurter. Impatient de régner, le jeune souverain supporte m […] Lire la suite

BÜLOW BERNHARDT prince de (1849-1929)

  • Écrit par 
  • François-Georges DREYFUS
  •  • 421 mots

Né dans le Schleswig-Holstein, Bernhardt von Bülow est issu d'une vieille famille danoise (son père sert successivement le Danemark et les États allemands). Il est officier de hussards, puis, après 1871, entre dans la carrière diplomatique. Très rapidement ambassadeur à Bucarest puis à Rome, il devient à son tour, comme son père, secrétaire d'État aux Affaires étrangères, puis en 1900 chancelier d […] Lire la suite

CAPRIVI LEO comte von (1831-1899)

  • Écrit par 
  • Alfred WAHL
  •  • 290 mots

Assumant à partir de 1890 la difficile succession de Bismarck comme président du Conseil de Prusse et chancelier d'Empire, le général Caprivi symbolise l'orientation nouvelle ( der neue Kurs ) imprimée à la politique allemande à l'intérieur et à l'extérieur ; il tente de gouverner malgré l'autoritarisme brouillon de Guillaume II. Il réussit à convaincre ce dernier de ne pas renouveler le traité de […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 953 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’issue et la mémoire des mutineries »  : […] Dans la grande majorité des cas, on le voit, les mutineries échouent et font l’objet d’une répression sévère, conformément au fonctionnement des justices militaires durant le conflit. Dans le cas français, sous les ordres du général en chef Philippe Pétain qui a remplacé Nivelle en mai 1917, de lourdes peines sont prononcées, puisque près de cinq cents mutins sont condamnés à mort, tandis que des […] Lire la suite

HINDENBURG PAUL VON BENECKENDORFF et VON (1847-1934) maréchal allemand

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 878 mots
  •  • 2 médias

Descendant d'une famille noble brandebourgeoise, Hindenburg entre en 1859 à l'École des cadets, combat en 1866 et en 1870-1871 dans un régiment d'infanterie de la garde prussienne. Admis à l'Académie de guerre, il sert ensuite au grand état-major sous les ordres de Moltke et de Schlieffen, puis au ministère de la Guerre. Général de division en 1900, il commande le 4 e  corps à Magdeburg trois ans […] Lire la suite

HOHENZOLLERN

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 299 mots

Dans le chapitre « Les souverains de Brandebourg et de Prusse »  : […] Il faut remonter jusqu'à Frédéric VI, burgrave de Nuremberg et margrave d'Ansbach depuis 1397. L'empereur Sigismond contracta auprès de lui un emprunt qu'il se trouva bientôt incapable de rembourser. Aussi, le 30 avril 1415, donna-t-il à son créancier la marche de Brandebourg à laquelle était attachée depuis le xiii e  siècle la dignité électorale. Frédéric VI devint ainsi Frédéric I er de Brande […] Lire la suite

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une génération en révolte »  : […] Pourquoi la contestation des valeurs établies prend-elle pareille ampleur ? Depuis l'avènement de Guillaume II, en 1888, à la tête de l'empire, aucun pays n'a connu un semblable essor économique. Cette transformation extrêmement rapide s'est accompagnée d'une forte poussée démographique. La population allemande a presque triplé en un siècle, passant d'une quarantaine de millions en 1871 à une cin […] Lire la suite

Les derniers événements

Royaume-Uni. Regain de tension à l'occasion des marches orangistes en Irlande du Nord. 5-20 juillet 1998

décident de rester sur place afin de forcer les autorités à modifier leur position. Les orangistes commémorent chaque année, par des centaines de marches à travers la province, la victoire du protestant Guillaume d'Orange sur les troupes du catholique Jacques II à la bataille de la Boyne, en 1690 […] Lire la suite

Royaume-Uni. Regain de tension intercommunautaire en Ulster. 8-15 juillet 1996

quartier catholique, à Portadown, à l'occasion des traditionnelles marches orangistes de l'été qui commémorent la victoire de Guillaume d'Orange sur le roi catholique Jacques II, en 1690. Ces violences fragilisent encore le processus de paix déjà affaibli par la rupture, en février, de la trêve observée […] Lire la suite

Pour citer l’article

Léon STRAUSS, « GUILLAUME II (1859-1941) - empereur d'Allemagne (1888-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ii/