BETHMANN-HOLLWEG THEOBALD VON (1856-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Administrateur plus qu'homme politique, ce grand juriste sans rayonnement gravit tous les échelons et devient chancelier du Reich en 1909. Bethmann-Hollweg n'est pas le meneur d'hommes ni le combattant qui s'impose en ces moments difficiles : « Il administre, mais ne gouverne pas. » S'il se rend compte du blocage des institutions de Prusse, de l'Empire et de la société, il ne peut qu'entériner son impuissance : l'affaire de Saverne en 1913 (un lieutenant ayant injurié des recrues alsaciennes, l'autorité militaire refuse d'appliquer des sanctions malgré les blâmes exprimés au Reichstag) révèle que le pouvoir réel lui échappe.

Theobald von Bethmann-Hollweg

Theobald von Bethmann-Hollweg

photographie

Le chancelier allemand Theobald von Bethmann-Hollweg (1856-1921), à gauche, en conversation avec le vice-chancelier Karl Helferrich. Successeur de von Bülow en 1909, il est remplacé par Georg Michaelis en juillet 1917. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Néophyte en politique extérieure, il poursuit la recherche de l'alliance anglaise afin de briser l'encerclement de l'Empire. Il échoue et constate qu'il n'a pas le contrôle de l'armée et de la marine, qui est sous la direction de l'amiral von Tirpitz. Condamné par certains comme un fauteur de guerre pour son action en 1914, il semble plutôt qu'il laisse la guerre venir par manque d'autorité, dépassé par l'état-major. Sceptique quant au succès allemand, il consent à la guerre sous-marine par faiblesse, sachant qu'elle conduirait les États-Unis à intervenir. Hindenburg et Ludendorff, dont l'influence ne cesse de grandir, obtiennent son éloignement en juillet 1917.

Partisan de longue date de réformes profondes pour démocratiser l'Allemagne, Bethmann-Hollweg pressent la révolution pendant la guerre. Désireux d'étendre à la Prusse la loi électorale de l'Empire, il se heurte aux conservateurs et n'ose les renverser. Il réussit à arracher à Guillaume II quelques concessions, mais n'a pas le temps d'instaurer le régime parlementaire. L'échec de Bethmann-Hollweg traduit l'inadaptation des structures politiques et sociales de l'Empire.

—  Alfred WAHL

Écrit par :

  • : professeur émérite (histoire contemporaine) à l'université de Metz

Classification


Autres références

«  BETHMANN-HOLLWEG THEOBALD VON (1856-1921)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 851 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le Deuxième Reich (1871-1918) »  : […] et de Guillaume II (1888-1918), séparés par le règne éphémère de Frédéric III, et l'action des chanceliers Bismarck (1871-1890), Caprivi (1890-1894), Hohenlohe (1894-1900), Bülow (1900-1909) et Bethmann-Hollweg (1909-1917) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_11014

Pour citer l’article

Alfred WAHL, « BETHMANN-HOLLWEG THEOBALD VON - (1856-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theobald-von-bethmann-hollweg/