VENDÉE GUERRES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Vendée, la seule résistance à la Révolution qui se soit appelée « guerre », n'est pas différente dans sa nature de la chouannerie ou d'autres mouvements contre-révolutionnaires. La guerre s'est déroulée essentiellement de 1793 à 1796, mais elle a été menée à nouveau brièvement en 1799 et en 1815, avant de donner son baroud d'honneur en 1832. La Vendée a été transformée en symbole dès 1793 par les révolutionnaires, ce qui a conditionné la violence exceptionnelle des luttes et a provoqué la formation de traces durables dans la mémoire collective.

La Vendée et sa guerre

La « levée des 300 000 hommes » que décide la Convention en février 1793 est destinée à renforcer les troupes combattant aux frontières. Cette mesure suscite de nombreuses insurrections dans des régions déjà réfractaires à la Révolution, comme la Bretagne ou l'Alsace. Les Conventionnels, notamment les Montagnards, engagent une forte répression. Parce que d'autres soulèvements ont été, logiquement, réduits par les troupes républicaines (par exemple dans le Finistère Nord), une bataille perdue, le 19 mars 1793, par des troupes républicaines au centre du département de la Vendée est interprétée comme l'effet d'une conspiration particulièrement active. L'expression « guerre de Vendée » apparaît, alors que les centres essentiels de l'insurrection se trouvent dans le sud de la Loire-Atlantique ou dans le sud du Maine-et-Loire actuels. Le mouvement est composé de nombreuses bandes armées, mues par des motivations religieuses, sociales et économiques, progressivement regroupées autour de chefs (d'Elbée, Cathelineau, Bonchamps, Charette) au cours de deux années de conflits parfois violents. L'insurrection de 1793 n'est pas une surprise, mais son succès crée cependant une situation nouvelle, alors que Montagnards et sans-culottes s'opposent aux Girondins, chaque groupe luttant pour sa survie politique qui passe par la dénonciation des autres comme opposants à la Révolution. En outre, le m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VENDÉE GUERRES DE  » est également traité dans :

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-cadoudal/#i_45767

CARRIER JEAN-BAPTISTE (1756-1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 219 mots

Le plus fameux de ceux que Michelet a appelés « les missionnaires de la Terreur ». Fils d'un cultivateur aisé du Cantal, procureur à la veille de la Révolution, Carrier est élu par son département d'origine à la Convention. Il siège à la Montagne, vote la mort du roi, prend parti contre les Girondins. C'est dans sa mission à Nantes qu'il révèle un tempérament sanguinaire que la tradition a peut-êt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-carrier/#i_45767

CHARETTE DE LA CONTRIE FRANÇOIS DE (1763-1796)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 583 mots

Charette est incontestablement le chef vendéen le plus connu, et en même temps le plus contesté. Sa courte vie est marquée en effet par des épisodes contradictoires. Après avoir mené une carrière d'officier de marine, et avoir émigré un court laps de temps, il renoue avec sa vie de petit hobereau rural, et refuse d'abord de suivre les paysans venus le chercher pour le placer à leur tête en mars 17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-charette-de-la-contrie/#i_45767

CHOUANNERIE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 676 mots

Dans le chapitre « Du mécontentement à la Contre-Révolution »  : […] Celles-ci éclatent vraiment en février-mars 1793, en réponse à la levée des 300 000 hommes décidée par la Convention, à l'image et en même temps que les révoltes qui débouchent dans la « guerre de Vendée » ; mais le succès au nord de la Loire est éphémère et les troupes républicaines reprennent rapidement le contrôle de toute la région, écrasant les émeutiers dans le Léon et sur la rive droite de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chouannerie/#i_45767

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « Les insurrections armées »  : […] Ni les armées d'émigrés, ni les complots n'ont sérieusement mis en danger la Révolution. Il n'en fut pas de même des insurrections qui secouèrent l'ouest et le midi de la France, puis Paris. Au soulèvement de l'Ouest on assigne diverses raisons. L'origine religieuse est difficilement contestable. Le refus de la Constitution civile du clergé (sorte de réorganisation laïque de l'Église) par un nombr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-revolution/#i_45767

COTTEREAU JEAN, dit JEAN CHOUAN (1757-1794)

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 350 mots

Héros de la chouannerie, Jean Cottereau avait hérité son surnom de son père Pierre, sabotier et probablement faux saunier, se servant du cri de la chouette pour se faire reconnaître de ses complices. Il pratiquait le faux saunage avec ses frères François et René. En 1780, il fut poursuivi pour avoir d'abord rossé un nommé Marchois qu'il soupçonnait de l'avoir vendu aux gabelous, puis pour avoir tu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-cottereau/#i_45767

ELBÉE MAURICE GIGOST marquis d' (1752-1794)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 355 mots

Officier de cavalerie, issu d'une petite noblesse peu assurée, d'Elbée vit dans les Mauges au moment de la Révolution, qu'il ne désapprouve pas en son début. Quand se déclenche l'insurrection vendéenne (mars 1793), il est mis à la tête d'une bande paysanne, et devient rapidement l'un des principaux généraux de l'Armée catholique et royale, qui se constitue à la fin de mars 1793 après les victoires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-elbee/#i_45767

FAUVEAU FÉLICIE DE (1801-1886)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 002 mots

Longtemps oubliée, le sculpteur Félicie de Fauveau mérite de retrouver aujourd'hui, dans le courant de réhabilitation de la sculpture française du xix e  siècle, la place que ses œuvres, profondément marquées par l'historicisme de l'époque romantique, lui avaient donnée aux yeux de ses contemporains. Première femme sculpteur qui ait vraiment marqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felicie-de-fauveau/#i_45767

KLÉBER JEAN-BAPTISTE (1753-1800)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 499 mots

Né à Strasbourg, fils d'un maçon, Kléber se destine d'abord à l'architecture, suit à Paris les cours de Chalgrin, exerce sa profession à Besançon puis à Strasbourg. On le retrouve à l'École militaire de Munich. Il est ensuite sous-lieutenant dans l'armée autrichienne d'où il démissionne en 1785. Le revoici en Alsace comme inspecteur des bâtiments publics ; il y dirige notamment la construction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-kleber/#i_45767

LA ROCHEJAQUELEIN HENRI DU VERGIER comte de (1772-1794)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 437 mots

À sa sortie du collège militaire de Sorèze, où il a été élevé, Henri de La Rochejaquelein entre au régiment de Royal-Pologne cavalerie, dont son père, le marquis de La Rochejaquelein, est colonel propriétaire, puis il passe aux chasseurs de Flandre qu'il abandonne pour faire partie de la garde constitutionnelle du roi. C'est à ce titre qu'il reçoit le baptême du feu en participant, le 10 août 1792 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-du-la-rochejaquelein/#i_45767

MARCEAU FRANÇOIS SÉVERIN MARCEAU-DESGRAVIERS dit (1769-1796)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 373 mots

Né à Chartres, soldat à seize ans, sergent en 1789, Marceau s'engage dans la garde nationale par patriotisme aussitôt après la prise de la Bastille ; volontaire en 1791, il intervient énergiquement en août 1792 pour empêcher son unité de suivre La Fayette qui voulait entraîner l'armée à marcher contre Paris. Sa brève mais éclatante carrière militaire connaît ensuite deux périodes. En Vendée tout d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marceau/#i_45767

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La stabilisation impossible (mai 1795-février 1796) »  : […] Alors que le pays est gagné par un royalisme diffus, les partisans de la monarchie sont paradoxalement renforcés par l'annonce de la mort en prison du jeune Louis XVII, le 8 juin 1795. Le comte de Provence devient Louis XVIII, et surtout les émigrés obtiennent de représenter légitimement la monarchie française, ce qu'ils n'avaient pas pu réussir jusque-là. Cependant, Louis XVIII met aussitôt son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_45767

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Clément MARTIN, « VENDÉE GUERRES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-vendee/