Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUERRE ÉCLAIR, all. BLITZKRIEG

Seconde Guerre mondiale, campagne de France

Seconde Guerre mondiale, campagne de France

Le vendredi 10 mai 1940 au lever du jour, quatre-vingts divisions allemandes déferlent sur la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg. Des parachutistes s'emparent des points stratégiques tandis que l'aviation pilonne les Pays-Bas qui capitulent le 13 mai. Léopold III de Belgique tente de rassembler ses troupes endormies dans la neutralité. Les généraux Gamelin et Georges font manœuvrer les troupes alliées en direction de la Dyle pour opérer leur jonction avec l'armée belge et déjouer ce qu'on croit être une répétition du plan Schlieffen. Pendant ce temps, les Panzerdivisionen foncent en direction de la Meuse à travers les Ardennes, réputées infranchissables, qu'elles passent cependant le 13 mai. Elles sont soutenues par la Luftwaffe qui occupe à peu près seule le ciel de France et pratique l'attaque surprise en piqué, semant le désordre et la panique parmi les troupes comme parmi les civils. L'armée alliée est coupée en deux ; le « verrou de Sedan » saute. La campagne de France est ouverte, qui prendra fin le 18 juin.

C'est la guerre éclair, stratégie soutenue et imposée par Hitler et due sans doute au génie de von Manstein. Déjà pratiquée lors de la campagne de Pologne, cette tactique consiste à grouper les blindés qui, soutenus par l'aviation de chasse, ouvrent la route au gros de l'armée. La guerre éclair a totalement surpris le commandement allié, préparé à la seule guerre défensive et cet effet de surprise, ajouté à la nouveauté de la tactique, a fortement contribué au succès de l'offensive allemande en 1940. Plus généralement, le terme peut être appliqué à toute forme de guerre réunissant puissance de feu, coordination des mouvements, marche rapide à l'ennemi et destruction systématique des objectifs.

— Pierre GOBERT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École polytechnique, général

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Seconde Guerre mondiale, campagne de France

Seconde Guerre mondiale, campagne de France

Autres références

  • ARMÉE - Doctrines et tactiques

    • Écrit par Jean DELMAS
    • 8 017 mots
    • 3 médias
    ...concept stratégique résolument offensif. L'outil, prévu et créé par Guderian, en particulier le binôme char-avion, était adapté à la stratégie hitlérienne à base d'initiatives audacieuses et de victoires foudroyantes, c'est-à-dire le Blitzkrieg. Par contre, les théories du colonel de Gaulle,...
  • CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

    • Écrit par André GLUCKSMAN
    • 4 635 mots
    Selon qu'on privilégie telle ou telle de ces expériences fondamentales, on tire des conséquences différentes de la leçon clausewitzienne. Les états-majors bourgeois insistent sur la deuxième, d'où la « guerre éclair » des Allemands, ou l'« escalade » des stratèges américains. Jaurès, privilégiant...
  • FRANCE CAMPAGNE DE (1940)

    • Écrit par Armel MARIN
    • 1 596 mots
    • 9 médias

    Le 10 mai 1940, la guerre éclair succède à la drôle de guerre qui dure alors depuis le 2 septembre 1939. La neutralité belge pose un problème délicat à l'état-major allié. Le plan d'origine de Gamelin préconise une bataille défensive sur une ligne fortifiée en France ; l'entrée des forces...

  • GUERRE MONDIALE (SECONDE)

    • Écrit par Henri MICHEL
    • 19 622 mots
    • 103 médias
    ...Schutzstaffel, brigade de protection), déguisés en soldats polonais, a justifié l'invasion par un simulacre de raid polonais en territoire allemand. Les Allemands possèdent l'arme de la guerre éclair : la Panzerdivision, unité autonome disposant d'environ 300 chars, de troupes d'assaut motorisées,...

Voir aussi