FRANCE CAMPAGNE DE (1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 10 mai 1940, la guerre éclair succède à la drôle de guerre qui dure alors depuis le 2 septembre 1939. La neutralité belge pose un problème délicat à l'état-major allié. Le plan d'origine de Gamelin préconise une bataille défensive sur une ligne fortifiée en France ; l'entrée des forces alliées en Belgique n'aurait lieu que pour répondre à un appel belge. Ce plan conjugue une défensive prudente, jointe à une avancée limitée à l'Escaut. La menace allemande se précisant aussi bien sur la Hollande que sur la Belgique, le plan français se modifie. La manœuvre Dyle prévoit que la VIIe armée à l'aile gauche, progressant au-delà d'Anvers, assurera la liaison avec l'armée hollandaise. Le gros de l'armée française et de l'armée anglaise se portera sur une ligne Anvers-Namur. Ces manœuvres audacieuses n'avaient pas emporté la conviction du général Georges, commandant le théâtre d'opérations, pas plus que celle du général Giraud, commandant de la VIIe armée. Le général Blanchard estimait de même que la Ire armée ne pouvait que s'installer dans la trouée de Gembloux. Gamelin insista pour que la manœuvre Dyle fût acceptée, engageant ainsi sa responsabilité en ne refusant pas un plan aussi politique que militaire, mais dont la réussite était aléatoire. En mars 1940, les plans sont définitifs ; les troupes alliées se porteront au-devant de l'envahisseur à travers la Belgique. Cette manœuvre semble avoir été décidée par le gouvernement et acceptée par le haut commandement. Les Alliés prévoyaient que l'attaque allemande aurait lieu suivant les directives du plan Schlieffen de 1914. L'aile droite allemande commandée par von Bock (groupe d'armées B) affronterait donc la résistance alliée sur le canal Albert, avant de foncer vers le sud. Mais von Manstein, chef d'état-major de von Rundstedt, parvint à convaincre Hitler que le point faible du dispositif français se trouvait à la limite ouest de la ligne Maginot (autour de Sedan), charnière du dispositif mobile des armées alliées. La directive de Hitler du 18 février 1940 donnait à chaque groupe d'armées ses objectifs : le groupe B (von Bock) au nord et le groupe C (von Leeb) au sud, devant la ligne Maginot, se contenteraient de faire diversion ; le groupe A (von Rundstedt) au centre était chargé de rompre le front entre Dinant et Sedan. Ce plan allait surprendre le commandement allié.

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

Vidéo : 1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

Les théâtres d'opérations. Europe. Afrique du Nord. Pacifique.La Seconde Guerre mondiale découle des initiatives belliqueuses de l'Allemagne nazie et de l'impuissance des démocraties occidentales à juguler la montée des périls. En 1939, la Wehrmacht envahit la Tchécoslovaquie, tandis... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Maurice Gamelin, 1939

Photographie : Maurice Gamelin, 1939

Le général français Maurice Gamelin, qui croit à l'efficacité de la ligne Maginot, est chef d'état-major général de la Défense nationale depuis 1938. Le déferlement des armées allemandes, en mai 1940, va mettre au jour la carence de son commandement. 

Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Von Bock

Photographie : Von Bock

Le général allemand Fedor von Bock (1880-1945) commande les troupes qui envahissent l'Autriche, en 1938, puis s'illustre en Pologne en 1939. Il conquiert l'Europe de l'Ouest en 1940; en juin, il entre dans Paris. 

Crédits : Heinrich Hoffmann/ ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Au sud, devant la ligne Maginot, les Allemands disposent seulement de vingt divisions d'infanterie ; au nord, face à la Hollande et au nord de la Belgique, une trentaine de divisions d'infanterie et trois divisions blindées. Par contre, au centre du dispositif, von Rundstedt dispose d'environ cinquante divisions d'infanterie, de sept divisions blindées et de trois motorisées. La France dispose de quatre-vingt-quatorze divisions sur l'ensemble du front, plus dix divisions britanniques. Mais les Français ne disposent que de trois divisions cuirassées face au dix adverses. Les Alliés et les Allemands peuvent disposer d'un nombre voisin de blindés, deux mille trois cents pour la France, deux mille huit cents pour les Allemands ; mais les Allemands utiliseront les chars en divisions autonomes, appuyés d'ailleurs par les stukas et dotés d'un pouvoir offensif exceptionnel ; pour la France, il s'agit avant tout d'utiliser les chars en appui de l'infanterie, entre Dinant et Sedan, lieu de la percée ennemie, aucun corps blindé allié n'est prévu face aux sept divisions de Panzer ; les divisions cuirassées françaises sont d'ailleurs à la disposition des divisions d'infanterie et conçues comme moyen de défense. Dans le domaine de l'aviation, les forces françaises disposent d'environ mille avions : six cents chasseurs, dont certains excellents, et cent bombardiers. Les Anglais, qui ont envoyé sur le continent leur armée terrestre, ont réservé l'essentiel de leur aviation à la défense de leur territoire. La Luftwaffe, sur le front nord-est, peut aligner trois mille six cents avions : mille cinq cents bombardiers, mille chasseurs, trois cent quarante stukas. Une partie de cette flotte intervient en étroite liaison avec l'armée de terre. Le théâtre d'opérations nord-est, le plus important, est commandé par le général Georges. Le fer de lance de l'armée française, IIe groupe d'armées, chargé d'entrer en Belgique, [...]

Stukas

Photographie : Stukas

Avec le hurlement de ses sirènes, la silhouette d'oiseau de proie du Junkers JU-87 « Stuka » (Sturzkampfflugzeug, bombardier en piqué) reste associée dans la mémoire collective à la série de Blitzkriegs lancés par l'armée allemande, entre septembre 1939 et juin 1940, de la Pologne... 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Maurice Gamelin, 1939

Maurice Gamelin, 1939
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Von Bock

Von Bock
Crédits : Heinrich Hoffmann/ ullstein bild/ Getty Images

photographie

Stukas

Stukas
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification

Autres références

«  FRANCE CAMPAGNE DE (1940)  » est également traité dans :

GAMELIN MAURICE (1872-1958)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 461 mots
  •  • 2 médias

Né dans une famille d'officiers, et sorti major de Saint-Cyr en 1893, Gamelin fait partie de l'état-major de Joffre. C'est lui qui rédige, sinon le fameux ordre du jour de la Marne, du moins les instructions qui aboutissent à la grande victoire du 8 septembre 1914 ; c'est encore lui qui commande la 2 e  brigade de chasseurs à pied à la bataille de la Somme (1916) puis la 8 e  division d'infanterie […] Lire la suite

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 645 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] C'est dans le milieu le plus traditionaliste et même le plus conservateur que Charles André Marie Joseph, troisième des cinq enfants d'Henri et de Jeanne de Gaulle, est né à Lille le 22 novembre 1890. Du côté paternel, la famille issue de la petite noblesse normande (d'épée) et bourguignonne (de robe) était parisienne depuis plus d'un siècle. Du côté maternel, les Maillot étaient d'assez important […] Lire la suite

GUERRE ÉCLAIR, all. BLITZKRIEG

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 315 mots
  •  • 1 média

Le vendredi 10 mai 1940 au lever du jour, quatre-vingts divisions allemandes déferlent sur la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg . Des parachutistes s'emparent des points stratégiques tandis que l'aviation pilonne les Pays-Bas qui capitulent le 13 mai. Léopold III de Belgique tente de rassembler ses troupes endormies dans la neutralité. Les généraux Gamelin et Georges font manœuvrer les troupes […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 598 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « La campagne de France »  : […] Le dispositif de l'armée française est enfoncé à Sedan, les Panzer ayant, en application du plan Manstein, traversé les Ardennes sans dommage alors qu'on les en croyait incapables. Désormais, les troupes françaises ne pourront plus s'accrocher à aucune ligne de défense, en dépit de quelques contre-attaques heureusement menées, comme celle de la division cuirassée du général de Gaulle le 22 mai à […] Lire la suite

HITLER ADOLF (1889-1945)

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 4 750 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le chef de guerre »  : […] Le déclenchement du conflit fut accueilli avec morosité par la population allemande. La victoire sur la Pologne était prévisible, mais qu'allait-il se passer avec la France et le Royaume-Uni ? Après les mois d'inactivité de la « drôle de guerre », la série de victoires allemandes du printemps et de l'été 1940, qui aboutirent à l'occupation de la Norvège, du Danemark, de la Belgique, des Pays-Bas e […] Lire la suite

LECLERC PHILIPPE DE HAUTECLOCQUE dit (1902-1947) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 695 mots
  •  • 2 médias

Général français élevé à la dignité de maréchal à titre posthume en 1952. Ancien élève de Saint-Cyr et de Saumur, Philippe de Hauteclocque est reçu premier à l'École de guerre. Lieutenant de cavalerie au Maroc avant 1940, il a déjà fait preuve des qualités qui en feront un des meilleurs chefs militaires de la Seconde Guerre mondiale : entraîneur d'hommes, capable d'imagination et de décision dans […] Lire la suite

MANSTEIN ERICH LEWINSKI VON (1887-1973)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 435 mots

Neveu de Hindenburg, Erich Lewinski von Manstein entre dans la Garde prussienne en 1905. Il se distingue lors de la Première Guerre mondiale et est nommé à l'état-major de la Reichswehr en 1919. Chef adjoint de l'état-major général allemand en 1936, puis chef de l'état-major de von Rundstedt (1939-1940), il est l'auteur du plan de la campagne de France, approuvé par son chef et adopté par Hitler […] Lire la suite

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 046 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  La catastrophe (été de 1940) »  : […] La défaite militaire et l'invasion allemande provoquent la désintégration du pays entre mai et juin 1940. L'exode met des millions de Français sur les routes. Paris est déclarée « ville ouverte » le 14 juin. Les Allemands déferlent jusqu'en Gironde et au-delà de Lyon. Cette catastrophe relativise la conduite des soldats qui ont fait front (85 000 tués) et qui, par exemple, ont contenu sur les Alp […] Lire la suite

ROMMEL ERWIN (1891-1944)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 1 031 mots
  •  • 2 médias

Wurtembergeois, Erwin Rommel est fils d'un professeur de Heidenheim ; il entre comme cadet au 6 e  bataillon du 124 e  régiment d'infanterie, à Weingarten, et reçoit en 1912 le brevet de lieutenant. Il se couvre de gloire pendant la Première Guerre mondiale et il est décoré de l'ordre « Pour le Mérite ». Sympathisant du national-socialisme il prend, à l'automne de 1933, le commandement d'un batail […] Lire la suite

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fin sans gloire de la IIIe République »  : […] En 1945, dans la classe politique issue de la III e  République, on expliquait couramment le régime de Vichy en évoquant un complot qu'aurait fomenté Philippe Pétain pour prendre le pouvoir et abattre la République. Ce grief, finalement retenu par l'accusation lors du procès qui fut intenté à l'ancien chef de l'État français en juillet-août 1945, permettait d'éluder les responsabilités de nombreux […] Lire la suite

Les derniers événements

2-25 janvier 2022 France. Adoption de la loi sur le passe vaccinal.

Le 2, le ministre de la Santé Olivier Véran annonce dans Le Journal du dimanche un allègement des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, en raison de la forte contagiosité, mais aussi de la moindre virulence, du variant Omicron, à présent très largement majoritaire dans le pays. La durée d’isolement des personnes positives vaccinées est ramenée à sept jours. […] Lire la suite

9-30 novembre 2021 France. Élargissement à l'ensemble de la population de la vaccination contre la Covid-19.

Le 9, le président Emmanuel Macron rend compte, lors d’une allocution télévisée, des décisions prises le jour même par le conseil de défense sanitaire. Il encourage les Français à se faire vacciner et les personnes de plus de soixante-cinq ans à effectuer une dose de rappel qui conditionnera le maintien de la validité de leur passe sanitaire. Précédant l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS), il annonce également l’élargissement de la campagne de rappel aux personnes âgées de cinquante à soixante-quatre ans à compter du début du mois de décembre. […] Lire la suite

24-27 novembre 2021 France. Mise en cause de Nicolas Hulot pour des faits de violences sexuelles.

Le 27, l’eurodéputé Mounir Satouri, directeur de campagne de Yannick Jadot, candidat d’Europe Écologie-Les Verts (EE-LV) à l’élection présidentielle de 2022, annonce la « mise en retrait » du député Matthieu Orphelin, porte-parole de la campagne, en raison de ses relations personnelles avec Nicolas Hulot qui pourraient l’amener à être interrogé dans le cadre de l’enquête. […] Lire la suite

4-20 octobre 2021 France. Menace d'un boycottage du troisième référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie par le FLNKS.

Du 4 au 19, le ministre des Outre-Mer Sébastien Lecornu effectue une visite en Nouvelle-Calédonie. Les dirigeants indépendantistes lui demandent le report du troisième et ultime référendum sur l’accession du territoire à l’indépendance, prévu le 12 décembre, invoquant les difficultés à mener campagne et à organiser le scrutin sous la contrainte des restrictions sanitaires. […] Lire la suite

1er-30 septembre 2021 France. Entrée en vigueur de l'obligation vaccinale pour les personnels soignants.

Le 1er débute la campagne de rappel du vaccin contre la Covid-19, sur recommandation de la Haute Autorité de santé. Celui-ci concerne les résidents des EHPAD, les personnes de plus de soixante-cinq ans, les personnes à la santé particulièrement fragile et les personnes vaccinées avec le vaccin Janssen. Le 6, des premiers cas autochtones de Covid-19 sont découverts en Nouvelle-Calédonie, alors que l’archipel était jusque-là épargné par la maladie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « FRANCE CAMPAGNE DE (1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/campagne-de-france-1940/