Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COSQUER GROTTE

Principales grottes ornées d'Europe - crédits : Encyclopædia Universalis France

Principales grottes ornées d'Europe

Découverte en 1991 par le scaphandrier professionnel dont elle porte désormais le nom, la grotte Cosquer est à ce jour la seule grotte ornée paléolithique majeure connue dans le l’extrême sud-est de la France. C'est également l'unique grotte ornée au monde dont l'entrée s'ouvre sous la mer, à 37 mètres de profondeur, au pied des falaises du cap Morgiou, dans les calanques de Marseille.

En effet, au paroxysme de la dernière période glaciaire, dite de Würm, le niveau des mers est descendu jusqu'à 120 mètres au-dessous du niveau actuel. Il y a 20 000 ans, sur le littoral méditerranéen français, un vaste « pré-continent » occupait l'emplacement du golfe du Lion et s'étendait jusqu'au golfe de Marseille, alors entièrement émergé, tandis que plus à l'est les îles d'Hyères étaient reliées à la côte des Maures.

Très étroite, l'entrée aujourd'hui sous-marine de la grotte Cosquer se poursuit par une galerie noyée en pente ascendante, longue de 150 mètres. Ce couloir donne accès à une très vaste caverne dont plus de la moitié est restée exondée lors de la transgression marine, conséquence du réchauffement climatique holocène, il y a 10 000 ans. Dans les salles émergées se sont conservées des figurations animales peintes et surtout gravées, et de très nombreux signes. À l'origine, il en existait certainement tout autant, sinon plus, dans les parties noyées, mais la salinité de la mer, en corrodant la roche calcaire, les a fait disparaître. De très nombreux charbons récoltés au sol se sont avérés être des restes de torches en pin sylvestre, espèce de moyenne altitude aujourd'hui disparue du littoral. L'analyse des pollens fossiles a révélé la présence d'une steppe froide à graminées et armoises, parsemée de bouquets d'aulnes et de bouleaux. Des datations au radiocarbone, effectuées sur des charbons récoltés au sol et sur des particules de pigment charbonneux prélevées directement sur les peintures, ont permis de situer avec précision les deux phases principales de l'art de cette caverne, pressenties grâce aux superpositions et au style des figurations dès la première expertise, en septembre 1991.

Ces deux phases, très anciennes, correspondent à des périodes dont l'art n'est connu que par trop peu d'exemples : le Gravettien pour la phase 1, le Solutréen pour la phase 2. Ces données nouvelles, jointes à la position géographique de la grotte Cosquer dans une région jusqu'alors dépourvue de témoignages d'art pariétal paléolithique, expliquent l'importance de la découverte. Par ailleurs, l'abondance des témoins charbonneux et des méthodes de datation novatrices (Tandétron), ont permis de disposer de vingt-sept datations absolues, dont seize effectuées à partir de prélèvements directs sur les peintures, ce qui fait de la grotte Cosquer l’une des grottes ornées les mieux datées dans le monde.

La phase 1, représentée par soixante-cinq mains négatives, d'innombrables tracés digitaux et des gravures animales (cerf, bouquetin, cheval) remonte à 27 000 ans (27 740 ± 410 B.P., 27 110 ± 390 B.P., dates non calibrées). Jusqu'à la découverte de la grotte Chauvet en 1994, les mains de la grotte Cosquer étaient les plus anciennes peintures au monde à pouvoir être datées avec précision.

La grotte Cosquer s'inscrit parmi les grottes ornées les plus riches en mains négatives, après Gargas dans les Pyrénées ariégeoises et El Castillo dans le sud-est de l'Espagne. Ces mains ont été réalisées par le procédé du pochoir, en soufflant, lèvres serrées, du colorant dilué dans la bouche sur la main appliquée sur la roche. La majorité de ces mains sont sur un fond noir, obtenu en projetant du pigment charbonneux, les autres sur fond rouge (argile rouge et ocre). Comme à Gargas, il s'agit[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Principales grottes ornées d'Europe - crédits : Encyclopædia Universalis France

Principales grottes ornées d'Europe

Pingouins de la grotte Cosquer - crédits : Fanny Broadcast/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Pingouins de la grotte Cosquer

Autres références

  • ART PRÉHISTORIQUE EUROPÉEN - (repères chronologiques)

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 411 mots

    — 40000-— 35000 Des traits gravés apparaissent à la fin du Paléolithique moyen. Dus aux derniers Néandertaliens, ils témoignent de l'existence de systèmes de signes matériels.

    — 32000-— 28000 Datations par le carbone 14 de la grotte Chauvet (découverte en Ardèche en...

  • CLIMATS (notions de base)

    • Écrit par Universalis
    • 3 593 mots
    • 10 médias
    La grotte Cosquer a été découverte en 1991 par un plongeur dont elle porte désormais le nom. Elle se trouve dans les calanques de Marseille et son entrée est située à environ 40 mètres de profondeur. Dans les parties émergées de la grotte ont été conservés des signes et des figurations d’animaux peintes...
  • GROTTES PRÉHISTORIQUES DATATION DES

    • Écrit par Denis VIALOU
    • 2 999 mots
    • 6 médias
    ...ne correspond à cette date (13 810, 14 300, 19 500, 22 750, 23 610 et 25 120) ; 18 440, 26 360 et 27 870 pour des charbons prélevés sur les sols de la grotte Cosquer (Bouches-du-Rhône), alors que les datations pariétales se divisent en deux lots, cinq datations comprises entre 18 010 et 19 200 et une...

Voir aussi