ART PRÉHISTORIQUE EUROPÉEN(repères chronologiques)

— 40000-— 35000 Des traits gravés apparaissent à la fin du Paléolithique moyen. Dus aux derniers Néandertaliens, ils témoignent de l'existence de systèmes de signes matériels.

— 32000-— 28000 Datations par le carbone 14 de la grotte Chauvet (découverte en Ardèche en 1994). Ces dates prouvent une émergence précoce de l'art pariétal animalier dans le sud de la France.

— 30000-— 25000 Aurignacien. Statuettes animales (lion, mammouth, cheval) du Vogelherd (Jura souabe, Allemagne). Leurs thèmes peuvent être rapprochés de ceux qui sont traités dans les peintures de la grotte Chauvet. De cette période sont datés les blocs gravés du Périgord, représentant des sexes féminins stylisés et des animaux sommairement tracés et difficilement identifiables (style I de Leroi-Gourhan).

— 25000-— 20000 Gravettien. Statuettes féminines ou « Vénus » de Lespugue (Haute-Garonne), Dolni Vestonice (République tchèque) ou Willendorf (Autriche).

— 25000-— 18000 Gravettien et Solutréen ancien : représentations animales plus élaborées, peintes ou gravées généralement dans l'entrée des grottes (style II de Leroi-Gourhan). Les peintures et les gravures de la grotte Cosquer (découverte dans les calanques de Marseille en 1991), les gravures de la grotte de Cussac (découverte en Dordogne en 2000) en sont de remarquables exemples.

— 17000-— 14000 Solutréen récent et Magdalénien ancien (style III de Leroi-Gourhan). L'art se caractérise alors par sa diversification stylistique : peintures de Lascaux (Dordogne) ou de Pech-Merle (Lot). Il existe aussi des frises sculptées, comme au Roc-de-Sers (Charente) et un art gravé de plein air : vallée de Foz Côa au Portugal.

— 15000-— 10000 Magdalénien (style IV de Leroi-Gourhan). La grande majorité de l'art du Paléolithique supérieur est attribuée au Magdalénien, considéré comme l'apogée de cette période. Les grands « sanctuaires » rupestres de Rouffignac (Dordogne), Font-de-Gaume (Dordogne), Niaux (Ariège) appartiennent au Magdalénien.

— 10000-— 7000 Épipaléolithique ou mésolithique. Les traditions de l'art du Paléolithique supérieur se dissolvent, tandis qu'apparaissent des expressions régionales : peintures rupestres du Levante espagnol, gravures de signes géométriques sur les rochers de la forêt de Fontainebleau.

—  Jean-Paul DEMOULE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « ART PRÉHISTORIQUE EUROPÉEN - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-prehistorique-europeen-reperes-chronologiques/