Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GROTIUS HUGO DE GROOT dit (1583-1645)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Droit naturel et droit volontaire

Le droit naturel, dit Grotius, est formé de « principes de la droite raison, qui nous font connaître qu'une action est moralement honnête ou déshonnête selon la convenance ou la disconvenance nécessaire qu'elle a avec la nature raisonnable et sociable de l'homme ». Ces règles se fondent essentiellement (au point de se confondre avec eux) sur des principes moraux, qui sont également très proches de ceux des théologiens. Cependant, sur ce point aussi, Grotius se sépare de ces derniers en ce qu'il recherche la source des normes du droit naturel. La volonté de Dieu, en effet, n'est pour lui qu'une manifestation indirecte dans la production normative, celle-ci émanant avant tout de la nature humaine et de son caractère sociable. Le droit naturel est donc, comme cette nature elle-même, immuable, commun à toutes les époques et à toutes les régions. Il régit la conduite des individus et celle des États, ces derniers étant liés par des obligations internes, dont la violation entraîne un droit de résistance à l'oppression en faveur de ses sujets, et par des obligations internationales – celles du droit des gens.

L'exercice des droits souverains de l'État sur le plan international comprend notamment le droit de guerre, mais celui-ci est strictement encadré par des normes qui n'autorisent que les guerres justes, c'est-à-dire les guerres défensives, destinées à protéger d'une agression la population et le patrimoine de l'État, et les guerres coercitives, dont l'objet est de punir ceux qui violent le droit, à condition qu'il s'agisse d'une violation grave.

Enfin, le droit naturel prescrit des modes de règlement pacifique des différends entre États. Grotius préconise à cet égard l'usage de conférences entre puissances, prémices de la diplomatie multilatérale qui se développera au cours des siècles suivants. Ces procédures auront notamment pour fin de résoudre les difficultés nées d'actes dommageables commis par les États ; Grotius élabore ainsi une véritable théorie de la responsabilité internationale.

Quant au droit volontaire, comme son nom l'indique, il provient d'une volonté qui peut être tantôt divine, tantôt humaine. La seconde forme ce que l'on appelle aujourd'hui le droit positif. Parmi les catégories de ce droit positif, une large place est accordée par Grotius au droit des gens, c'est-à-dire au droit international qui a acquis force obligatoire par l'effet de la commune volonté des peuples ou du moins de certains d'entre eux. Ce droit ne résulte pas d'une volonté qui serait supérieure à celle des États, mais de leur accord, de leur volonté convergente, issue de la coutume ou des conventions formelles. Cependant, les États sont tenus de reconnaître la primauté du droit naturel sur le droit volontaire, qui peut s'écarter des règles permissives établies par le premier mais jamais de ses règles impératives ou prohibitives.

— Mario BETTATI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de droit international à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Pour citer cet article

Mario BETTATI et Paul DIBON. GROTIUS HUGO DE GROOT dit (1583-1645) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Grotius - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Grotius

Autres références

  • BARBEYRAC JEAN DE (1674-1744)

    • Écrit par
    • 606 mots

    Jurisconsulte, philosophe et publiciste français né à Béziers, fils d'un célèbre pasteur calviniste. Après avoir suivi les cours du collège calviniste de Montagnac, Jean de Barbeyrac doit émigrer en Suisse avec sa famille à la suite de la révocation de l'édit de Nantes. Envoyé par son père, en 1693,...

  • CONTREBANDE

    • Écrit par
    • 728 mots
    • 1 média

    Commerce de marchandises effectué en infraction aux lois fiscales et douanières d'un État qui a soit formellement prohibé, soit assujetti à des droits particuliers l'importation et l'exportation de ces marchandises. Par extension, on utilise le terme de contrebande pour la marchandise...

  • GUERRE

    • Écrit par , , et
    • 14 345 mots
    • 10 médias
    Cette notion était admise, par Grotius, qui déclarait dans son De jure belli acpacis (1625) : « C'est le devoir de ceux qui ne sont pas engagés dans une guerre de rien faire qui puisse renforcer la puissance de qui soutient une mauvaise cause ou qui puisse entraver l'action de qui mène une juste guerre....
  • HOLBERG LUDVIG (1684-1754)

    • Écrit par
    • 1 512 mots
    ...qui parut après son retour au pays : Introduction au droit naturel et au droit des gens (1716). Le système du droit naturel, créé par le Hollandais Grotius (1583-1645) et diffusé par les Allemands Pufendorf et Thomasius, servit à Holberg d'introduction à une philosophie moderne rationaliste ; il lui...
  • Afficher les 7 références