GROTIUS HUGO DE GROOT dit (1583-1645)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Droit naturel et droit volontaire

Le droit naturel, dit Grotius, est formé de « principes de la droite raison, qui nous font connaître qu'une action est moralement honnête ou déshonnête selon la convenance ou la disconvenance nécessaire qu'elle a avec la nature raisonnable et sociable de l'homme ». Ces règles se fondent essentiellement (au point de se confondre avec eux) sur des principes moraux, qui sont également très proches de ceux des théologiens. Cependant, sur ce point aussi, Grotius se sépare de ces derniers en ce qu'il recherche la source des normes du droit naturel. La volonté de Dieu, en effet, n'est pour lui qu'une manifestation indirecte dans la production normative, celle-ci émanant avant tout de la nature humaine et de son caractère sociable. Le droit naturel est donc, comme cette nature elle-même, immuable, commun à toutes les époques et à toutes les régions. Il régit la conduite des individus et celle des États, ces derniers étant liés par des obligations internes, dont la violation entraîne un droit de résistance à l'oppression en faveur de ses sujets, et par des obligations internationales – celles du droit des gens.

L'exercice des droits souverains de l'État sur le plan international comprend notamment le droit de guerre, mais celui-ci est strictement encadré par des normes qui n'autorisent que les guerres justes, c'est-à-dire les guerres défensives, destinées à protéger d'une agression la population et le patrimoine de l'État, et les guerres coercitives, dont l'objet est de punir ceux qui violent le droit, à condition qu'il s'agisse d'une violation grave.

Enfin, le droit naturel prescrit des modes de règlement pacifique des différends entre États. Grotius préconise à cet égard l'usage de conférences entre puissances, prémices de la diplomatie multilatérale qui se développera au cours des siècles suivants. Ces procédures auront notamment pour fin de résoudre les difficultés nées d'actes dommageables commis par les États ; Grotius élabore ainsi une véritable théorie de la responsabilité internationale.

Quan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

  • : professeur de droit international à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  GROTIUS HUGO DE GROOT dit (1583-1645)  » est également traité dans :

BARBEYRAC JEAN DE (1674-1744)

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 609 mots

Jurisconsulte, philosophe et publiciste français né à Béziers, fils d'un célèbre pasteur calviniste. Après avoir suivi les cours du collège calviniste de Montagnac, Jean de Barbeyrac doit émigrer en Suisse avec sa famille à la suite de la révocation de l'édit de Nantes. Envoyé par son père, en 1693, à Genève pour étudier la théologie, il renonce rapidement à devenir pasteur et préfère se consacrer […] Lire la suite

CONTREBANDE

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 725 mots
  •  • 1 média

Commerce de marchandises effectué en infraction aux lois fiscales et douanières d'un État qui a soit formellement prohibé, soit assujetti à des droits particuliers l'importation et l'exportation de ces marchandises. Par extension, on utilise le terme de contrebande pour la marchandise frauduleuse elle-même. De nombreux États ont réalisé une entraide en vue de la lutte et de la répression de certai […] Lire la suite

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 311 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Conduite de la guerre »  : […] Longtemps, les spécialistes du droit international, tel Balthazar Ayala (1548-1584), ne distinguèrent pas nettement les règles de stratégie et de tactique, les règles de discipline et les règles de droit international relatives par exemple au traitement des prisonniers de guerre et au respect des pavillons de trêve. Grotius , en revanche, distingua entre ce qui était permis à un belligérant du fa […] Lire la suite

HOLBERG LUDVIG (1684-1754)

  • Écrit par 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN
  •  • 1 523 mots

Dans le chapitre « Les débuts scientifiques »  : […] De 1380 à 1814, les deux royaumes de Danemark et de Norvège étaient réunis sous l'autorité du roi danois. Holberg, qui naquit à Bergen en Norvège mais fit ses études et exerça sa profession au Danemark, est le plus grand nom littéraire de la double monarchie. Licencié en théologie de l'université de Copenhague en 1704, il éprouva bientôt le besoin de se rendre à l'étranger et il séjourna en Hollan […] Lire la suite

GÉNOCIDE

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 8 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hors le droit des gens »  : […] Ainsi, le « droit des gens » auquel se réfère la Convention du 9 décembre 1948 n'est certes pas du temps de Josué. Il n'est plus, depuis belle lurette, l'archaïque jus gentium des Romains, mais le moderne jus inter gentes de Francisco de Vitoria qui, dans un premier mouvement, demande des comptes à la couronne de Castille pour ses agissements illicites dans le Nouveau Monde ; puis, en corollaire […] Lire la suite

JUSNATURALISME

  • Écrit par 
  • Simone GOYARD-FABRE
  •  • 1 664 mots

Dans le chapitre « Fonder le droit sur la seule raison humaine »  : […] S'interroger sur les fondements du droit n'est pas une démarche propre à l'époque moderne. Cette question a toujours été présente chez les juristes et les philosophes, mais tributaire d'un contexte « méta-juridique », c'est-à-dire religieux et philosophique. Au fil des siècles, celui-ci s'est diversifié pour prendre, au seuil de la modernité, une configuration inédite. Dans la pensée juridique, le […] Lire la suite

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 535 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'école de la statistique descriptive allemande »  : […] La tradition de Munster, Sansovino, Botero, d'Avity et des Elzevier fut reprise après une interruption due à la guerre de Trente Ans, qui a laissé l'Europe centrale et plus particulièrement l'Allemagne exsangue et ruinée. Du point de vue politique et intellectuel, la situation allemande après les traités de Westphalie se caractérise par un déclin marqué des pouvoirs de l'empereur, par l'émiettemen […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Mario BETTATI, Paul DIBON, « GROTIUS HUGO DE GROOT dit (1583-1645) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grotius/