GRÂCE DES CONDAMNÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La grâce est un vieux reliquat du principe suivant lequel toute justice émane du souverain. Concédant la justice, la déléguant, le monarque pouvait à tout moment, sous l'Ancien Régime, soit se saisir d'une affaire, soit modifier la sentence déjà prononcée par l'une quelconque des juridictions concessionnaires. Les pouvoirs réguliers du souverain ont tous disparu avec la Révolution de 1789, à l'exception du droit de grâce qui, après une courte période de suppression, fut rétabli par un sénatus-consulte du 16 thermidor an X. Le droit de grâce pourrait donc être aujourd'hui défini comme le dernier attribut régalien du chef de l'État par lequel celui-ci dispense un condamné d'effectuer tout ou partie de sa peine exécutoire ou commue cette dernière en une peine plus douce. On a beaucoup critiqué l'institution de la grâce. Celle-ci porterait atteinte tout d'abord à la séparation des pouvoirs en permettant une ingérence de l'exécutif à la fois dans le domaine du législatif, qui a prévu une sanction pour telle infraction et risque de la voir éludée, et dans le domaine du judiciaire, qui est entré en condamnation mais risque de voir sa décision comme non avenue. La grâce serait de plus devenue aujourd'hui inutile puisque le sursiset la libération conditionnelle quant au judiciaire, l'amnistie quant au législatif jouent déjà le même rôle. La grâce a cependant une utilité certaine : en cas d'erreur judiciaire, elle permet de libérer le condamné sans attendre la décision consécutive à une procédure de révision la plupart du temps fort longue. Elle encourage la bonne conduite et l'amendement d'un individu condamné à une forte peine (réclusion criminelle à perpétuité, par exemple). Elle permet au juge de prononcer une sanction sévère car il sait que celle-ci ne sera pas forcément irrémédiable. Enfin, dans un système qui admettait la peine de mort, la grâce pouvait apparaître comme une institution régulatrice de cette dernière. De plus, il n'est pas vrai que le droit de grâce fasse double emploi avec les institutions citées par ses adversaires : la grâce a un domaine plus large que la libération conditionnelle, et différent de celui du sursis. Alors que l'amnistie, d'origine essentiellement législative, efface la condamnation en éteignant la peine, la grâce procède à l'extinction de la peine sans effacement de la condamnation.

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Photographie : Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Auguste Rodin, Monument aux bourgeois de Calais, 1889-1895, bronze, 217 cm X 255 cm X 177 cm. Ville de Calais. Vue d'ensemble, prise in situ, du monument commandé à Rodin en hommage au sacrifice consenti par six notables de la Ville de Calais, en 1347, qui offrirent leur vie au roi d'Angleterre... 

Crédits : Simon Bilbault

Afficher

La grâce ne s'applique que si un certain nombre de conditions de fond et de forme sont réunies : quant aux premières, la grâce suppose une condamnation définitive et exécutoire. Échappent donc au recours en grâce les condamnations qui peuvent encore faire l'objet d'une voie de recours, les condamnations subies, les condamnations avec sursis ou encore prononcées par contumace, les peines atteintes par la prescription, les dommages-intérêts, les condamnations aux frais et dépens et peut-être les sanctions disciplinaires. Quant aux conditions de forme, le recours en grâce émane du condamné ou de son défenseur, ou de toute personne pouvant justifier d'un intérêt ; formulé sur papier libre, il est adressé au président de la République accompagné de toutes justifications utiles. Le procureur de la République ou le procureur général (suivant la juridiction qui a prononcé la condamnation) instruit l'affaire puis la remet au ministère de la Justice où le directeur des affaires criminelles et des grâces l'examine. Le dossier est ensuite transmis aux ministres intéressés, s'il y en a, au Conseil supérieur de la magistrature, enfin au président de la République qui l'examine et prend seul sa décision. Celle-ci est matérialisée par un décret signé par le président de la République, contresigné par le Premier ministre, le ministre de la Justice et les ministres éventuellement intéressés. La grâce n'a pas de valeur juridictionnelle ; elle appartient à la catégorie des actes de gouvernement et n'est donc susceptible d'aucun recours. La fiche du casier judiciaire n'est pas détruite, la condamnation compte pour la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRÂCE DES CONDAMNÉS  » est également traité dans :

PEINE DE MORT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Michel TAUBE
  •  • 7 983 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lutte moderne pour l'abolition »  : […] Le grand débat moderne sur le droit qu'a l'État de supprimer la vie et sur la responsabilité que ne cesse d'avoir la société envers ceux qu'elle condamne commence à la fin du xviii e  siècle. Cesare Beccaria publie en 1764 en Italie son ouvrage qui fera date : Dei delitti e delle pene . La Toscane est le premier État à abolir la peine de mort, dès 1786. En 1775, John Howard fait paraître sa célèb […] Lire la suite

Les derniers événements

15 août 2022 Inde. Libération anticipée de meurtriers condamnés à la prison à vie.

L’affaire avait abouti grâce à la persévérance de l’une des victimes, Bilkis Bano. La police et le gouvernement du Gujarat avaient été accusés d’entraver le déroulement de l’enquête. L’annonce de la libération des meurtriers donne lieu à des manifestations de protestation. En juin, la police du Gujarat avait arrêté la journaliste et militante Teesta Setalvad, secrétaire de Citizens for Justice and Peace. […] Lire la suite

1er mai 2022 Maroc. Grâce royale accordée à des condamnés pour « terrorisme ou extrémisme ».

Le ministère de la Justice annonce la grâce accordée par le roi Mohammed VI à vingt-neuf condamnés pour des faits de « terrorisme ou extrémisme » ayant fait preuve de repentir. Cette mesure résulte de l’application du programme de réinsertion baptisé Moussalaha (« Réconciliation »), lancé en 2017 dans le royaume. Vingt-trois sont libérés et six autres voient leurs peines réduites. […] Lire la suite

13-22 juin 2021 Espagne. Grâce accordée aux dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés.

La grâce n’affecte pas les peines annexes d’inéligibilité.  […] Lire la suite

12 mai 2021 Maroc. Grâce accordée à l'occasion de l'Aïd el-Fitr.

Des leaders du mouvement comme Nasser Zefzafi et Nabil Ahamjik, condamnés à vingt ans de prison, ne sont pas concernés par cette grâce.  […] Lire la suite

22 février - 28 mars 2021 Suisse. Condamnation de Pierre Maudet.

Le conseiller d’État genevois démissionnaire, et candidat à sa propre succession, avait été invité à assister en famille au Grand Prix d’Abu Dhabi en novembre 2015, grâce à l’entremise de deux hommes d’affaires, Magid Khoury et Antoine Daher. Ces derniers sont également condamnés, tout comme le chef de cabinet de Pierre Maudet, Patrick Baud-Lavigne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « GRÂCE DES CONDAMNÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grace-des-condamnes/