GRÂCE DES CONDAMNÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La grâce est un vieux reliquat du principe suivant lequel toute justice émane du souverain. Concédant la justice, la déléguant, le monarque pouvait à tout moment, sous l'Ancien Régime, soit se saisir d'une affaire, soit modifier la sentence déjà prononcée par l'une quelconque des juridictions concessionnaires. Les pouvoirs réguliers du souverain ont tous disparu avec la Révolution de 1789, à l'exception du droit de grâce qui, après une courte période de suppression, fut rétabli par un sénatus-consulte du 16 thermidor an X. Le droit de grâce pourrait donc être aujourd'hui défini comme le dernier attribut régalien du chef de l'État par lequel celui-ci dispense un condamné d'effectuer tout ou partie de sa peine exécutoire ou commue cette dernière en une peine plus douce. On a beaucoup critiqué l'institution de la grâce. Celle-ci porterait atteinte tout d'abord à la séparation des pouvoirs en permettant une ingérence de l'exécutif à la fois dans le domaine du législatif, qui a prévu une sanction pour telle infraction et risque de la voir éludée, et dans le domaine du judiciaire, qui est entré en condamnation mais risque de voir sa décision comme non avenue. La grâce serait de plus devenue aujourd'hui inutile puisque le sursiset la libération conditionnelle quant au judiciaire, l'amnistie quant au législatif jouent déjà le même rôle. La grâce a cependant une utilité certaine : en cas d'erreur judiciaire, elle permet de libérer le condamné sans attendre la décision consécutive à une procédure de révision la plupart du temps fort longue. Elle encourage la bonne conduite et l'amendement d'un individu condamné à une forte peine (réclusion criminelle à perpétuité, par exemple). Elle permet au juge de prononcer une sanction sévère car il sait que celle-ci ne sera pas forcément irrémédiable. Enfin, dans un système qui admettait la peine de mort, la grâce pouvait apparaître comme une i [...]

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Photographie : Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Photographie

Auguste Rodin, Monument aux bourgeois de Calais, 1889-1895, bronze, 217 cm X 255 cm X 177 cm. Ville de Calais. Vue d'ensemble, prise in situ, du monument commandé à Rodin en hommage au sacrifice consenti par six notables de la Ville de Calais, en 1347, qui offrirent leur vie au roi d'Angleterre... 

Crédits : Simon Bilbault

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRÂCE DES CONDAMNÉS  » est également traité dans :

PEINE DE MORT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Michel TAUBE
  •  • 7 983 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lutte moderne pour l'abolition »  : […] Le grand débat moderne sur le droit qu'a l'État de supprimer la vie et sur la responsabilité que ne cesse d'avoir la société envers ceux qu'elle condamne commence à la fin du xviii e  siècle. Cesare Beccaria publie en 1764 en Italie son ouvrage qui fera date : Dei delitti e delle pene . La Toscane est le premier État à abolir la peine de mort, dès 1786. En 1775, John Howard fait paraître sa célèb […] Lire la suite

Les derniers événements

Suisse. Condamnation de Pierre Maudet. 22 février - 28 mars 2021

assister en famille au Grand Prix d’Abu Dhabi en novembre 2015, grâce à l’entremise de deux hommes d’affaires, Magid Khoury et Antoine Daher. Ces derniers sont également condamnés, tout comme le chef de cabinet de Pierre Maudet, Patrick Baud-Lavigne. Pierre Maudet doit aussi verser 50 000 francs […] Lire la suite

Russie. Annulation de plusieurs condamnations emblématiques. 18-29 décembre 2013

Le 18, à la faveur du vingtième anniversaire de la Constitution, le Parlement adopte une loi d'amnistie qui prévoit la libération de quelque vingt mille prisonniers condamnés à des peines inférieures à cinq ans. Les deux membres du groupe punk des Pussy Riot condamnées en août 2012 […] Lire la suite

Mongolie. Abolition de facto de la peine de mort. 5-14 janvier 2012

Le 5, le Parlement autorise la ratification du deuxième protocole additionnel au Pacte international relatif aux droits civiques et politiques, qui exclut l'application de la peine de mort. Celle-ci demeure toutefois inscrite dans la législation. Le 14, le président Tsakhiagiin Elbegdorj annonce qu'il accordera désormais la grâce présidentielle à tous les condamnés à mort. […] Lire la suite

France. Grâce présidentielle tchadienne pour les condamnés de l'Arche de Zoé. 31 mars 2008

Le président tchadien Idriss Déby gracie les six Français membres de l'association l'Arche de Zoé, condamnés en décembre 2007 au Tchad pour tentative d'enlèvement d'enfants, et qui purgeaient leur peine en France. Ceux-ci sont aussitôt libérés. Quatre d'entre eux, Éric Breteau, Émilie Lelouch […] Lire la suite

Libye – France. Libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien emprisonnés. 10-25 juillet 2007

Le 10, la fondation Kadhafi présidée par Seif al-Islam Kadhafi, le fils du chef de l'État libyen, annonce la conclusion d'un accord dans l'affaire des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien condamnés à mort en décembre 2006 pour avoir, selon leurs juges libyens, inoculé le virus […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « GRÂCE DES CONDAMNÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grace-des-condamnes/