GONCOURT EDMOND (1822-1896) ET JULES DE (1830-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Edmond et Jules Huot de Goncourt sont dans un faux jour : une académie et un prix perpétuent leur nom sans qu'on lise leurs œuvres, qui, elles-mêmes, ont successivement bénéficié et pâti du courant naturaliste où elles sont prises. Quand on les en dégage, on perçoit d'étranges éclats, une humanité saisie en flagrant délit de bizarrerie ; mais, cette plus juste image de leur art ainsi formée, il reste encore difficile de mettre à la place qui leur revient ces œuvres provocantes, qui posent en outre l'étrange problème de la collaboration fraternelle.

Deux frères

Deux vies où il ne se passe rien, que la fin prématurée de l'une d'elles. Deux modestes rentiers, tôt orphelins, amateurs d'art et de lettres. D'ascendance lorraine, ils naissent, l'un, Edmond, à Nancy, l'autre, Jules, à Paris huit ans plus tard. Ils entrent en littérature le jour du coup d'État de 1851 par un roman inaperçu, En 18... Ils tâtent du journalisme littéraire, à L'Éclair et au Paris de leur cousin Villedeuil, et en sortent à la suite d'un procès provoqué par un article badin. Durant presque vingt ans, ils produisent des œuvres historiques et des romans sans quitter une demi-obscurité, parfois traversée de lueurs plus vives : quelques soirées mouvementées, quand, du 5 au 15 décembre 1865, des étudiants républicains chahutent leur Henriette Maréchal au Théâtre-Français. Leur fraternité exemplaire est brisée par la folie de Jules et sa mort en 1870. Edmond, dépareillé, se tait, mais une vague d'amis plus jeunes, conquis par les œuvres des deux frères, soulève le survivant qui se remet à publier à partir de 1877. Le dimanche, une jeune garde naturaliste et symboliste se réunit dans le « grenier » de la maison du boulevard Montmorency, achetée en 1868. Edmond meurt chez les Daudet en 1896. Il avait légué ses biens à une « académie » de dix romanciers fondée par lui et qui, à partir de 1903, commença à décerner le prix Goncourt.

La ligne de partage que crée la mort de Jules met d'un côté les six romans écrits en commun – Charles Demailly (1860), intitulé initialement Les Hommes de lettres, Sœur Philomène (1861), Renée Mauperin (1864), Germinie Lacerteux (1864), Manette Salomon (1867), Madame Gervaisais (1869) –, et de l'autre les quatre qui sont l'œuvre du seul Edmond, La Fille Élisa (1877), Les Frères Zemganno (1879), La Faustin (1882), Chérie (1884). Ce massif romanesque est épaulé avant 1870 par une série d'études proprement historiques consacrées à l'Histoire de la société française pendant la Révolution (1854) et pendant le Directoire (1855), à l'Histoire de Marie-Antoinette (1858) et à La Femme au XVIIIe siècle (1862). Mais déjà L'Art du XVIIIe siècle, commencé en 1859 et achevé en 1875, et le Gavarni, publié avec trois ans de retard en 1873, indiquent une autre pente de la curiosité, qu'Edmond, réduit à la solitude, suit de plus en plus avec ses études japonisantes sur Kitagarva Utamaro (1891) et Katsushika Hokusaï (1896), tandis que ses monographies d'actrices du xviiie siècle prolongent celles que les courtisanes royales, la du Barry, madame de Pompadour... avaient suscitées du vivant de son frère.

Le Journal qu'ils tenaient l'un et l'autre et que continua Edmond commence à paraître du vivant de ce dernier, non sans scandales, à partir de 1887 : les premières notes y datent de 1851 et lorsque paraît le neuvième volume, en 1896, le Journal a rattrapé l'année en cours. Mais ces neuf volumes rassemblent les moins compromettantes de ces notes : il faudra attendre les vingt-deux volumes de l'édition de Monaco (1956-1958) pour être en possession du Journal au complet.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  GONCOURT EDMOND (1822-1896) ET JULES DE (1830-1870)  » est également traité dans :

CONNAISSEURS

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 037 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Connaisseurs, historiens et critiques »  : […] Hogarth dénonçait les procédés des faux connaisseurs. Leur prolifération au xix e  siècle va susciter une évolution dans l'attitude des experts authentiques. « La connoisseurship en peinture est devenue une technique sérieuse et, soumettant ses verdicts à des règles intelligibles, elle s'additionne volontiers de quelque philosophie » (E. Wind). Plus que l'intuition, que la réaction spontanée, ce […] Lire la suite

ESTHÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 745 mots

Le terme d'esthétisme et celui d'esthète, qui lui est lié, se réfèrent à des notions beaucoup plus récentes et plus particularisées que celle d'« esthétique », mot dont ils sont cependant dérivés. Alors que ce dernier terme remonte au grec et qu'il désigne, depuis Baumgarten au milieu du xviii e siècle, la « science du beau » ( Æsthetica , 1750-1758), esthétisme et esthète n'apparaissent que dans […] Lire la suite

JOURNAL, Edmond et Jules de Goncourt - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 013 mots
  •  • 1 média

Promoteurs du naturalisme et du japonisme, écrivains, essayistes, bibliophiles et collectionneurs d'art enragés, Edmond et Jules de Goncourt sont d'abord connus aujourd'hui pour leur Journal et pour l'académie qui porte leur nom. Edmond Huot de Goncourt, l'aîné (1822-1896) et Jules (1830-1870), son frère qui disparaîtra victime de la syphilis, ne se séparèrent jamais. Ils vécurent toute leur exi […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le roman de la démocratie »  : […] Albert Thibaudet a écrit que le roman était « le genre triomphateur du xix e  siècle ». Peu légitime à l’orée du siècle parce qu’il touchait principalement un public de lectrices séduites par le rocambolesque et le sentimental, il connaît plus de succès qu’aucun autre genre auprès du public qui se constitue durant le siècle. En 1858, pour la première fois, un romancier, Jules Sandeau, entre à l’Ac […] Lire la suite

NATURALISME

  • Écrit par 
  • Yves CHEVREL
  •  • 5 389 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Jalons pour une histoire du naturalisme »  : […] L'histoire du naturalisme, à l'échelle internationale, se développe en quatre grandes étapes. Une phase préparatoire se situe autour des années 1865. Edmond et Jules de Goncourt publient Germinie Lacerteux (1865), dont la brève Préface peut passer pour le premier manifeste en faveur d'une nouvelle littérature romanesque, fondée sur la science et apte à traiter n'importe quel sujet ; le terme “na […] Lire la suite

PROUST, PRIX GONCOURT (T. Laget) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 098 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le guerrier et le mondain »  : […] L’affrontement oppose donc deux écrivains dont les partisans et détracteurs se disputent pour l’essentiel, sur la scène parisienne : Proust est un rentier, il n’a pas fait la guerre et n’a plus l’âge d’obtenir ce prix que son fondateur, Edmond de Goncourt, voulait voir « donné à la jeunesse, à l’originalité du talent, aux tentatives nouvelles, et hardies, de la pensée et de la forme », avec une pr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert RICATTE, « GONCOURT EDMOND (1822-1896) - ET JULES DE (1830-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/goncourt-edmond-et-jules-de/