CONINXLOO GILLIS III VAN (1544-1607)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une nombreuse famille de peintres, Gillis III van Coninxloo devient franc-maître à Anvers en 1570 après être passé selon Van Mander par les ateliers de Pieter Coecke fils (Coninxloo était apparenté à la famille de Coecke), de Leonard Kroes dont on ne sait pratiquement rien et de Gillis Mostaert, important paysagiste dont le cheminement esthétique est parallèle à celui de Pieter Bruegel Ier. Toujours selon Van Mander, Coninxloo se rendit en France mais il ne semble pas être allé jusqu'en Italie, ce qui reste controversé. De religion réformée et patriote antiespagnol, il prit une part active à la défense d'Anvers assiégée en 1585 et émigra la même année à l'étranger après la prise de la ville par les Espagnols, gagnant d'abord la Zélande puis Frankenthal en Allemagne, cette fameuse colonie-refuge des protestants flamands fondée en 1562 près de Spire par le prince électeur du Palatinat Frédéric III. Coninxloo séjourna à Frankenthal de 1585 à 1595 puis se fixa définitivement à Amsterdam. Les débuts de Coninxloo et même ses œuvres de la période de Frankenthal restent insuffisamment connus, mis à part d'assez nombreuses gravures de paysages à sujets religieux ou mythologiques par Nicolaes de Bruyn et un seul tableau signé et daté de 1588 au musée de Dresde, Apollon et le roi Midas. Du moins y décèle-t-on une première manière encore assez traditionaliste, nullement italianisante et fort différente de ses remarquables visions sylvestres des années 1600 : vues panoramiques très composées, prises d'un point de vue élevé, habilement parsemées de mamelons boisés, de rochers et d'arbres où des percées asymétriques ouvrent sur un horizon immense et reculé. Héritant de toute une tradition du paysage vaste et profond portée par Patenier, Cornelis Massys, Bles, Gassel, le grand Brueghel, Jérôme Cock et jusqu'à Lucas van Valckenborch, Coninxloo rompt cependant dès le départ avec leurs conceptions qui soulignent avec insistance les horizontales.

Dans la fonction encadrante des arbres, dans l'ouverture de plusieurs points de fuite, dans l' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  CONINXLOO GILLIS III VAN (1544-1607)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le premier quart du XVIIe siècle »  : […] Le premier quart du siècle est marqué par la diversité. Toutes sortes de courants se rencontrent et s'influencent mutuellement. On a déjà mentionné les « académistes » de Haarlem et d'Utrecht. L'avenir eût été à eux si Rubens n'était pas revenu d'Italie. Grâce à une technique minutieuse et à l'emploi du petit format, Jan Breughel dit Breughel de Velours avait gardé son indépendance à l'égard du j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26475

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « CONINXLOO GILLIS III VAN - (1544-1607) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gillis-iii-van-coninxloo/