SIMENON GEORGES (1903-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art de l'écriture servi par la technique

Cela ne signifie nullement que Simenon ne se préoccupe pas des techniques inhérentes à la forme romanesque. Au contraire, ses fictions sont régies par un art à tel point consommé qu'il fait oublier la technique. L'analyste désireux d'appréhender la prétendue pauvreté de la mise en œuvre simenonienne se rend compte bien vite que le romancier manie avec brio les structures temporelles du récit, avec ses anticipations, avec les émergences d'un passé contraignant qui conditionne le présent. De même, le traitement de l'espace reçoit tous les soins d'un auteur qui, loin d'épuiser le réel à la façon d'un Balzac dont on l'a trop souvent rapproché, le reconstitue par petites touches significatives, qu'il s'agisse de noter tels détails strictement descriptifs ou d'évoquer les sons, les odeurs, la luminosité, domaine des sensations dans lequel le romancier excelle. Le procédé n'est pas tellement éloigné du pointillisme pictural qu'il admirait. “On m'embête assez avec l'atmosphère Simenon”, déclarait-il. Et de s'insurger : “On dit que je suis un écrivain réaliste. C'est absolument faux, parce que, si j'étais réaliste, j'écrirais exactement les choses comme elles sont. Or il faut les déformer pour leur donner une plus grande vérité.”

L'utilisation des structures spatio-temporelles n'est pas la seule à témoigner de la virtuosité technique de Simenon. Ainsi, en ce qui concerne le point de vue, le romancier porte à son maximum d'efficacité narrative le procédé de la focalisation interne. Les domaines de l'intrigue et de la composition ne sont pas négligés, eux non plus : même s'il a souvent déclaré qu'en commençant un roman il en ignorait la fin, on constate très souvent la présence de divers motifs et thèmes récurrents jalonnant le récit en fonction de son dénouement, au point que ces échos et ces reprises font plus d'une fois penser aux liens qui rapprochent son œuvre des subtils arcanes du nouveau roman. Enfin, il serait erroné de tenir pour négligeable le style simple de Simenon, qui résulte [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : ancien chef correcteur adjoint de l'Encyclopædia Universalis, correspondant du Centre d'études Simenon de l'université de Liège, Belgique
  • : agrégé de lettres, directeur de publication de la revue Traces (Travaux du centre d'études Georges-Simenon de l'université de Liège)

Classification


Autres références

«  SIMENON GEORGES (1903-1989)  » est également traité dans :

MONSIEUR GALLET, DÉCÉDÉ, G. Simenon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 189 mots

Monsieur Gallet, décédé paraît en 1931, année qui marque une étape décisive dans la vie de Georges Simenon (1903-1989). Celui-ci publie enfin sous son véritable nom, après neuf années passées dans l'ombre à apprendre le métier d'écrivain. De 1922 à 1924, il a fourni aux journaux d'innombrables con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monsieur-gallet-decede/#i_6415

LE VOYAGEUR DE LA TOUSSAINT, Georges Simenon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 941 mots
  •  • 1 média

Écrit et publié chez Gallimard en 1941, Le Voyageur de la Toussaint prend place dans une série d'œuvres majeures de Georges Simenon, popularisées pour la plupart par le cinéma : Les Inconnus dans la maison (1940), La Veuve Couderc (1942), La Vérité sur Bébé Donge (1942) ou encore Cécile est morte (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-voyageur-de-la-toussaint/#i_6415

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le détective »  : […] Dans les histoires de Poe, le personnage essentiel est le détective. L'assassin importe peu et la victime encore moins. Le véritable héritier de Poe s'appelle Émile Gaboriau (1832-1873). Secrétaire du romancier Paul Féval, Gaboriau se lie avec un ancien inspecteur de la sûreté, Tirabot, lequel lui inspire L'Affaire Lerouge (1866). Considéré comme le premier roman policier dans le monde, ce texte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_6415

ROMAN - Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 922 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De la chambre close à la violence ouverte »  : […] Le coupable et le justicier, l'indice et la déduction, l'énigme et l'enquête : ces couples ont une vieille existence dans la littérature, si l'on songe au Soga monogatari du xiv e siècle japonais, aux Mille et Une Nuits , à Zadig et aux romans noirs de Mrs Radcliffe (1764-1823). Toutefois, le roman policier proprement dit appartient par essence aux villes modernes, où une police très organisée g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-essai-de-typologie/#i_6415

Pour citer l’article

Pierre DELIGNY, Michel LEMOINE, « SIMENON GEORGES - (1903-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-simenon/