PEREC GEORGES (1936-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'artisan de l'absence

Georges Perec a peu publié d'œuvres en prose après La Vie mode d'emploi : Un cabinet d'amateur, longue nouvelle consacrée à l'étude d'une collection de tableaux doublement fictifs, et Récits d'Ellis Island, commentaire du film de Robert Bober où, pour la première fois, Perec parle assez longuement de sa judaïté. Il laisse un roman inachevé, « 53 Jours ».

Dans son ensemble, l'œuvre de Perec nous frappe d'une part à cause de son abondance et de sa variété, d'autre part comme le fruit de moyens exceptionnellement stricts ; cela n'est pas moins vrai des premiers livres que de ceux qui suivent l'entrée de Perec à l'Oulipo : les « contraintes » sont seulement plus difficiles à définir. Il est important de comprendre que, chez Perec, l'abondance et la sévérité vont de pair ; en réalité, c'est la sévérité même qui autorise l'abondance. Tout écrivain résolu à transformer un monde dénué de sens par l'intermédiaire du langage devra affronter des questions telles que : « Où commencer ? De quel droit puis-je dire quoi que ce soit ? » La situation de Perec rendait ces questions particulièrement aiguës. Il était orphelin et juif, mais un juif pour qui la judaïté signifiait non pas une communauté de langage et de croyance, mais « un silence, une absence, une mise en question, un flottement, une inquiétude... ». Être juif voulait dire « ne devoir la vie qu'au hasard et à l'exil ». Devant un tel vide, Perec dut s'inventer un point de départ ; il choisit la contrainte. C'est un choix qui l'a libéré du problème angoissant de l'expression (comment s'exprimer quand l'histoire vous a privé de voix ?). La parole était aux contraintes : elles portaient leur justification en elles, et ce qu'elles pouvaient dire était illimité. Dans La Disparition (livre fondamental dans l'œuvre de Perec par sa démonstration de la force productive de la contrainte), il s'explique : « ... il y a là, pour moi, quasi la Loi du roman d'aujourd'hui : pour avoir l'intuition d'un pouvoir imaginatif sans limitation [...] s'autonourrissant d'un surcroît colossal [...] il faut, sinon il suffit, q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : visiting lecturer, Columbia University, New York, membre de l'Ouvroir de littérature potentielle

Classification

Autres références

«  PEREC GEORGES (1936-1982)  » est également traité dans :

LES CHOSES, Georges Perec - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Paru chez Julliard en septembre 1965, Les Choses, premier livre publié de Georges Perec (1936-1982), couronné par le prix Renaudot, connut un grand succès et valut à son auteur une notoriété immédiate. Ce court récit, sous-titré « Une histoire des années soixante », séduisit par la précision quasi scientifique du tableau qu'il sembl […] Lire la suite

LA VIE MODE D'EMPLOI, Georges Perec - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 284 mots
  •  • 1 média

Georges Perec (1936-1982), écrivain-cascadeur, est, on le sait, le champion des exploits d'écriture les plus fous. Que ce soit en bâtissant tout un récit malgré la perte de la lettre e (La Disparition, 1969) ou en établissant des inventaires vertigineux de rêves (La Boutique obscure, 1973) et […] Lire la suite

W OU LE SOUVENIR D'ENFANCE, Georges Perec - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 424 mots

W ou Le souvenir d'enfance est un livre de Georges Perec (1936-1982) publié en 1975. L'auteur y fait alterner deux récits apparemment sans rapport : l'un autobiographique – l'évocation de ses parents et le souvenir de son enfance sous l'Occupation – ; l'autre purement fictionnel – la description d'une île imaginaire où le sport est roi. L […] Lire la suite

ART & MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges CHARBONNIER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « La littérature »  : […] Il semble que jusqu'à présent l'utilisation des mathématiques dans les différents arts ait répondu à des motivations assez différentes. De façon générale, les notions mises en œuvre par les musiciens sont plus complexes que les notions auxquelles les écrivains ont eu recours. Pour les musiciens et les plasticiens, la mathématique est un instrument. Pour les écrivains, et particulièrement Raymond Q […] Lire la suite

HOUELLEBECQ MICHEL (1958- )

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 1 296 mots
  •  • 1 média

Michel Houellebecq ‒ de son vrai nom Michel Thomas ‒ est né le 26 février 1958 à La Réunion . En 1985, il donne des poèmes à la Nouvelle Revue de Paris , avant de publier un essai ( Lovecraft, contre le monde, contre la vie , 1991). Suivront des recueils de poèmes ( La Poursuite du bonheur , 1992 ; Le Sens du combat , 1996, Rester vivant , 1997 ; Renaissance , 1999 ; Configuration du dernier riva […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'imaginaire et le mémoriel : mémoire sidérée, mémoire greffée »  : […] Œuvre inaugurale, Le Dernier des Justes d'André Schwarz-Bart (1959) est un raccourci symbolique du martyrologe juif depuis les meurtres de York en 1185 jusqu'à Auschwitz. Ernie est le dernier maillon de la chaîne des Justes qui avaient assuré la perpétuation du peuple par la « sanctification du Nom » sur tous les bûchers du monde. Au seuil de la chambre à gaz, dans une ultime envolée mystique, qu […] Lire la suite

LEURS ENFANTS APRÈS EUX (N. Mathieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 050 mots

Dans le chapitre « L’impossible transmission »  : […] Leurs enfants après eux évoque des transmissions manquées, des héritages qui ne se font pas. Ou, plutôt, il décrit l’héritage du ratage et de la solitude. Autant dire que, dans ce lieu et ces circonstances, l’école républicaine, celle du mérite et de l’ascenseur social, a depuis longtemps perdu toute once de prestige, même symbolique. L’opposition de classes a fortement joué. Steph et son amie Cl […] Lire la suite

OTCHAKOVSKY-LAURENS PAUL (1944-2018)

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 865 mots

La disparition brutale de Paul Otchakovsky-Laurens, le 2 janvier 2018, à Marie-Galante (Guadeloupe) a mis en évidence la place importante et singulière qu’il occupait à la tête des éditions P.O.L, qu’il avait créées, dans l’histoire récente de l’édition et de la littérature. Son amicale constance et son engagement esthétique, à contre-courant des exigences de reconnaissance éphémère, ont été unani […] Lire la suite

OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 018 mots

La complicité intellectuelle de Raymond Queneau, écrivain frotté de mathématiques et de François Le Lionnais, homme de science passionné de littérature, marque la véritable origine de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle). Autour d'eux, en novembre 1960, se rassemblent écrivains et mathématiciens (certains ont les deux compétences). Jacques Bens, Claude Berge, Jean Lescure, Jean Queval, Al […] Lire la suite

PALINDROME, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 264 mots

Georges Perec, le champion incontestable du genre, écrivit en 1969 : « Litige. Regagner (et ne m'...). Ressac. Il frémit, se sape, na ; Eh, cavale ; Timide, il nia ce sursaut. [...] tu as rusé ; Cain ; Lied imité, la vache (à ne pas estimer) (flic assermenté, rengagé) régit./Il/ » ( Oulipo , 1973). Cet énoncé comporte deux parties, rigoureusement égales, liées entre elles par la possibilité de lir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Harry MATHEWS, « PEREC GEORGES - (1936-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-perec/