VAUCAIRE CORA (1918-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indifférente aux tendances et aux modes médiatiques, la chanteuse française Cora Vaucaire a su imposer un répertoire sans concession. Intransigeante sur la qualité littéraire et poétique des textes ainsi que sur l'élégance des mélodies, elle restera, aux côtés de Catherine Sauvage et de Juliette Gréco, une des grandes interprètes de la chanson « rive gauche ».

Fille d'un capitaine au long cours, née Geneviève Collin, le 22 juillet 1918, à Marseille, elle s'inscrit, malgré l'opposition familiale, au conservatoire d'art dramatique de Paris. Coupée des siens et sans ressources, elle fréquente les cours de Fernand Ledoux et de Charles Dullin. À seize ans, elle remporte le premier prix de comédie et de tragédie de la Ville de Paris : son destin semble tracé, mais, lors de sa première apparition sur scène, au Théâtre Sarah-Bernhardt, dans un rôle de figuration, tétanisée par le trac, elle s'évanouit aux pieds de la vedette.

Durant l'Occupation, elle épouse le parolier et musicologue Michel Vaucaire qui, séduit par sa voix, va l'inciter à chanter. Elle refuse de se produire en public, mais le producteur Robert Beauvais la convainc de chanter dans un studio de la Radio nationale. « À la radio, il n'était pas question de faire ce que l'on appelait un doublon : la même chanteuse ne présentait pas deux fois la même chanson. » C'est ainsi qu'elle se confectionne un répertoire en piochant dans le patrimoine français – La Complainte du Roy Renaud, Le Temps des cerises –, Aristide Bruant – Rose blanche –, Benech et Dumont – L'Hirondelle du faubourg –, Yvette Guilbert – Quand on vous aime comme ça.

Rassurée par son succès radiophonique, Cora Vaucaire accepte, à la Libération, d'affronter le public. Devenue très vite une vedette de L'Échelle de Jacob et de L'Écluse, elle se produit dans les plus fameux cabarets parisiens. Elle y rencontre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Alain POULANGES, « VAUCAIRE CORA - (1918-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cora-vaucaire/