Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SHAW GEORGE BERNARD (1856-1950)

L'auteur dramatique

Depuis 1892, Shaw est attiré par un nouveau mode d'expression où il va exceller : le théâtre. De 1892 à 1950, il écrit plus de cinquante pièces, dont une trentaine d'au moins trois actes.

Les sept premières sont publiées en 1898 sous le titre Pièces plaisantes et déplaisantes (Plays, Pleasant and Unpleasant). L'Argent n'a pas d'odeur (Widower's Houses, 1892), L'Homme aimé des femmes (The Philanderer, 1893) et La Profession de Mrs. Warren (Mrs. Warren's Profession, 1893) sont des pièces de combat, s'attaquant de front aux abus sociaux : les propriétaires de taudis, la prostitution, hypocrisie générale qui masque les réalités sordides. Le pamphlet et la satire dominent, la technique dramatique est encore peu sûre. Shaw s'oriente rapidement vers des pièces plus jouables dans lesquelles la satire est portée par une verve comique et humoristique qui va se développer : Le Héros et le soldat (Arms and the Man, 1894) attaque l'idéal romantique ou romanesque, la gloire militaire, la guerre ; Candida (1894) oppose le bonheur domestique, l'amour et la solitude de l'homme de génie ; L'Homme du destin (The Man of Destiny, 1895), pochade sur Bonaparte, et On ne sait jamais (You Never Can Tell, 1895) complètent le groupe des « pièces plaisantes ».

Les Trois Pièces pour puritains (Three Plays for Puritans, 1901) contiennent entre autres Le Disciple du diable (The Devil's Disciple, 1896), où est abordé le problème religieux et surtout César et Cléopâtre (Caesar and Cleopatra, 1898), pièce dans laquelle éclatent le comique verbal de Shaw et son traitement irrévérencieux de l'histoire.

En 1903, Shaw termine l'une de ses pièces les plus importantes : L'Homme et le Surhomme (Man and Superman). Sur le thème de Don Juan, l'auteur qui commence à élaborer sa philosophie de la « force vitale » soutient que, dans le duel des sexes, c'est l'homme qui est pris en chasse par la femme, poussée par la force de l'instinct vital de la nature, qui tend à élaborer une espèce supérieure, le surhomme.

L'Autre Île de John Bull(John Bull's Other Island, 1904) donne à Shaw l'occasion d'écrire une pièce sur les Irlandais, puis il revient à ses préoccupations sociales : La Commandante Barbara (Major Barbara, 1905), Le Dilemme du Docteur (The Doctor's Dilemma, 1906), Mariage (Getting Married, 1908) abordent tour à tour les problèmes de la pauvreté considérée comme un crime social, de la puissance de l'argent, de la médecine, de l'amour et du mariage. Puis viennent deux pièces, Androclès et le lion (Androcles and the Lion, 1912) qui met en scène les premiers chrétiens et le développement du christianisme, et Pygmalion (1912) qui conte la transformation d'une petite marchande de fleurs en duchesse grâce aux bons soins d'un professeur de phonétique.

La Première Guerre mondiale marque une étape dans la carrière de Shaw. Écrivain célèbre et penseur écouté jusqu'alors, il va s'attirer l'insulte et l'incompréhension de l'opinion par ses prises de position lucides et sans préjugés sur la politique de son pays. (Commonsense about the War, 1914). Écrite de 1913 à 1916, La Maison des cœurs brisés (Heartbreak House) offre un tableau pessimiste de l'Europe cultivée d'avant-guerre, qui a failli à sa mission par incompétence politique. Retour à Mathusalem (Back to Methuselah, 1918 à 1921), énorme spectacle allégorique et symbolique en cinq pièces, représente la somme philosophique de Shaw, « pentateuque métabiologique » montrant la « force vitale » et l'« évolution créatrice » à l'œuvre dans l'univers, élaborant des surhommes, les « anciens », êtres chargés d'ans qu'habite seul un tourbillon de pure intellectualité. Ici, la vigueur dramatique ne parvient plus à animer ces pièces[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Montpellier

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

George Bernard Shaw

George Bernard Shaw

Autres références

  • FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE

    • Écrit par Roland MARX
    • 978 mots
    • 1 média

    Les « Fabiens » constituent depuis 1884 le plus célèbre club de pensée socialiste en Angleterre. Gros de quelques centaines de membres dans les années 1890, il en compte 2 462 en 1909, dont plus de la moitié sont des Londoniens. Ce nombre a plus que doublé à notre époque. Depuis sa naissance, on...

  • JEANNE D'ARC (1412-1431)

    • Écrit par Jacques LE GOFF
    • 4 340 mots
    • 3 médias
    ...jusqu'aux travaux historiques sérieux, telle la Jeanne d'Arc d'Henri Wallon (1860). Les voix plus ou moins discordantes sont rares. Bernard Shaw fait de Saint Joan (1923) la première protestante mais ne l'en admire que davantage. Anatole France, dans sa Vie de Jeanne d'Arc (1908),...
  • THINK TANKS

    • Écrit par Keith DIXON
    • 4 211 mots
    ...juste titre cette société toujours existante au Parti travailliste britannique, l'ambition originelle des ses fondateurs, Sidney et Beatrice Webb et George Bernard Shaw, entre autres, était de mener en faveur de la vision fabienne du changement social un travail de conversion intellectuelle auprès de...

Voir aussi