GÉNÉTIQUE ET DÉVELOPPEMENT PSYCHOLOGIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quiconque observe des êtres humains est frappé par leurs points communs et leurs différences. Points communs et différences trouvent d’abord leur origine dans la génétique. Considérons deux espèces très proches : le Pan troglodytes (chimpanzé) et l’Homo sapiens (notre espèce). Leurs séquences d’ADN (acide désoxyribonucléique, support du matériel génétique) divergent d’environ 1 p. 100. C’est très peu et pourtant beaucoup, puisque ce 1 p. 100 suffit à définir deux espèces bien distinctes. Voilà qui permet de comprendre pourquoi des individus d’une même espèce possèdent tant de caractéristiques propres à l’espèce à laquelle ils appartiennent. Prenons l’exemple de l’acquisition du langage parlé, souvent considérée comme l’accomplissement le plus extraordinaire du petit Homo sapiens. Les grandes étapes sont les mêmes pour tous les bébés, allant du gazouillis jusqu’aux phrases de plusieurs mots (environ à vingt-quatre mois). Mais, si les étapes sont identiques, les différences sautent aux yeux. Ainsi, les enfants de deux ans les plus précoces (environ 10 p. 100) utilisent plus de 500 mots, alors que les moins précoces (10 p. 100) en utilisent moins de 100. La marge de variation du développement typique est grande et, dans de rares cas, on entre dans le domaine de la pathologie (certains enfants ne parlent pas du tout). Comme expliquer cette marge de variation ? Peut-on invoquer des causes génétiques et (ou) des causes environnementales ? Il était tentant de raisonner en termes dichotomiques, les causes génétiques excluant les causes environnementales, et vice versa. Ce discours simpliste a été contesté par des scientifiques dès le milieu du xxe siècle. Les données des années 2010 ont permis de montrer qu’ils avaient pleinement raison.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeure émérite de psychologie, université d'Aix-Marseille

Classification


Autres références

«  GÉNÉTIQUE ET DÉVELOPPEMENT PSYCHOLOGIQUE  » est également traité dans :

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Au cœur des sciences biologiques, la génétique se préoccupe de comprendre le mécanisme de la reproduction biologique, à tous les niveaux où elle se manifeste : individu, cellule, molécule. Mais, plus encore peut-être que par cet objectif, cette discipline est caractérisée par la démarche suivie pour l'atteindre, qui passe toujours par l'étude de la variation.L'aptitude à varier au cours de la repr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique/#i_56743

PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 4 169 mots
  •  • 3 médias

L’étude scientifique du développement de l’enfant a véritablement débuté vers le milieu de xixe siècle dans un contexte idéologique qui nous étonne aujourd’hui. À cette époque, en effet, on hiérarchisait allègrement l’intelligence de l’enfant et celle de l’adulte avec la même ardeur que l’on hiérarchisait entre elles les espèces ou les sociétés humain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-developpement/#i_56743

CERVEAU ET FONCTIONNEMENT EXÉCUTIF

  • Écrit par 
  • Fabienne COLLETTE
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Les avancées récentes : modulation, structure et génétique »  : […] À côté des travaux ayant identifié les régions cérébrales associées à une série de processus exécutifs, d’autres recherches se sont intéressées aux connexions existant entre ces régions (en d’autres termes, à la façon dont ces régions vont synchroniser leur activité au cours du temps et ainsi constituer un réseau fonctionnel). Ainsi, les régions frontales et pariétales vont fortement moduler leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-fonctionnement-executif/#i_56743

GAUCHERIE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 464 mots

Le terme « gaucherie » comporte plusieurs sens. Ce terme fait référence au choix de la main gauche pour écrire, mais il signifie également « manque d’adresse ». Les gauchers seraient-ils maladroits, par opposition aux droitiers ? Ou s’agit-il d’une stigmatisation sans fondement dont sont souvent victimes les minorités ? On dit d’une personne qu’elle est gauchère si elle écrit avec sa main gauche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaucherie/#i_56743

LATÉRALISATION MANUELLE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 597 mots

Le terme « latéralisation » renvoie au fait que les organes corporels doubles, bien que symétriques en apparence, sont fonctionnellement asymétriques. C’est le cas pour les mains, les pieds, les yeux, les oreilles, organes corporels périphériques qui ne sont pas nécessairement tous latéralisés du même côté. Concernant la latéralisation manuelle (ou préférence manuelle), il est notoire que chacun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lateralisation-manuelle/#i_56743

TROUBLES DU LANGAGE ORAL CHEZ L'ENFANT

  • Écrit par 
  • Catherine BILLARD
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Facteurs biologiques : un cerveau singulier, des bases génétiques »  : […] Les travaux neuropathologiques princeps chez quatre adultes dyslexiques, dont trois avec un trouble du développement du langage, ont été les premiers à suggérer des particularités « neuro-anatomiques » à l’origine de ces troubles : trouble au cours du développement du cerveau, de la migration des neurones et absence de l’asymétrie habituelle au niveau d’une structure cérébrale particulière appelé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-du-langage-oral-chez-l-enfant/#i_56743

Pour citer l’article

Michèle CARLIER, « GÉNÉTIQUE ET DÉVELOPPEMENT PSYCHOLOGIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique-et-developpement-psychologique/