Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÉNÉTIQUE ET DÉVELOPPEMENT PSYCHOLOGIQUE

L’épigénétique

On regroupe sous le terme « épigénétique » des mécanismes moléculaires qui, au sein du génome, peuvent réguler l’expression des gènes. Ces mécanismes, comme tout ce qui se passe dans la cellule, peuvent subir les effets de l’environnement. On savait depuis longtemps qu’un même gène pouvait s’exprimer différemment selon l’environnement dans lequel il se trouve. On savait aussi que des expériences vécues pouvaient avoir des effets tout au long de la vie, mais les mécanismes biologiques responsables demeuraient peu élucidés. On sait maintenant que des facteurs d’environnement peuvent provoquer l’élimination de groupes méthyles de l’ADN et conduire à une sous-expression ou même à la non-expression d’un gène. L’épigénétique intéresse ainsi non seulement la médecine, mais aussi la psychologie du développement. En effet, les conditions de vie – y compris de la vie utérine – peuvent avoir des effets sur l’expression des gènes. Au début des années 2000, des chercheurs canadiens ont montré chez des rongeurs que la qualité des soins prodigués par la mère a des effets sur la susceptibilité au stress des petits (plus les soins sont « bons », mieux les jeunes gèrent le stress). Toujours chez les rongeurs, on a mis en évidence l’existence de périodes sensibles au cours du développement, pendant lesquelles des modifications épigénétiques stables peuvent s’installer. Ces modifications touchent en particulier le développement du cerveau. Des phénomènes de ce type existent aussi dans notre espèce. La dépression maternelle est un facteur de risque chez l’enfant que la mère a porté, via des processus épigénétiques qui ont touché le fœtus. La maltraitance chez l’enfant est également un facteur de risque pour la dépression, via des phénomènes de méthylation qui touchent des gènes liés à la réponse au stress. De plus en plus de données permettent de relier des troubles psychiatriques (en particulier la schizophrénie) à des dérégulations épigénétiques, elles-mêmes liées à des événements de la vie au cours du développement prénatal et (ou) postnatal.

Enfin, on sait que certaines modifications épigénétiques acquises au cours de l’existence d’un individu peuvent être transmises à sa descendance, y compris à la seconde génération. On parle d’effets intergénérationnels. Dans ce domaine, on pense qu’on en saura beaucoup plus d’ici à quelques années, mais n’allons pas croire que l’épigénétique permettra de tout expliquer.

Il ne fait aucun doute que des relations entre gènes et développement psychologique existent, mais le modèle causal est complexe. Nos comportements dépendent de nos gènes et des environnements dans lesquels nous vivons et aussi, dans une certaine mesure, des environnements dans lesquels nos parents et grands-parents ont vécu. Les choses s’avèrent d’autant plus compliquées que les gènes ne sont pas tous également réactifs aux effets des variations de l’environnement. Tout modèle explicatif dans ce domaine doit donc être probabiliste, ce qui rend très difficile la prédiction au niveau individuel.

— Michèle CARLIER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeure émérite de psychologie, université d'Aix-Marseille

Classification

Pour citer cet article

Michèle CARLIER. GÉNÉTIQUE ET DÉVELOPPEMENT PSYCHOLOGIQUE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GÉNÉTIQUE

    • Écrit par Axel KAHN, Philippe L'HÉRITIER, Marguerite PICARD
    • 25 873 mots
    • 31 médias

    Au cœur des sciences biologiques, la génétique se préoccupe de comprendre le mécanisme de la reproduction biologique, à tous les niveaux où elle se manifeste : individu, cellule, molécule. Mais, plus encore peut-être que par cet objectif, cette discipline est caractérisée par la démarche suivie pour...

  • PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT

    • Écrit par Henri LEHALLE
    • 4 180 mots
    • 3 médias

    L’ étude scientifique du développement de l’enfant a véritablement débuté vers le milieu de xixe siècle dans un contexte idéologique qui nous étonne aujourd’hui. À cette époque, en effet, on hiérarchisait allègrement l’intelligence de l’enfant et celle de l’adulte avec la même ardeur que l’on...

  • CERVEAU ET FONCTIONNEMENT EXÉCUTIF

    • Écrit par Fabienne COLLETTE
    • 1 081 mots
    ...blanche et de la matière grise) apparaissent également susceptibles d’influencer le fonctionnement exécutif. De même, des travaux récents indiquent que certaines caractéristiques génétiques modulent l’activité des réseaux cérébraux associés au fonctionnement exécutif, tout particulièrement les gènes associés...
  • GAUCHERIE

    • Écrit par Jacqueline FAGARD
    • 1 471 mots

    Le terme « gaucherie » comporte plusieurs sens. Ce terme fait référence au choix de la main gauche pour écrire, mais il signifie également « manque d’adresse ». Les gauchers seraient-ils maladroits, par opposition aux droitiers ? Ou s’agit-il d’une stigmatisation sans fondement dont sont souvent...

  • LATÉRALISATION MANUELLE

    • Écrit par Jacqueline FAGARD
    • 1 607 mots

    Le terme « latéralisation » renvoie au fait que les organes corporels doubles, bien que symétriques en apparence, sont fonctionnellement asymétriques. C’est le cas pour les mains, les pieds, les yeux, les oreilles, organes corporels périphériques qui ne sont pas nécessairement tous latéralisés du...

  • TROUBLES DU LANGAGE ORAL CHEZ L'ENFANT

    • Écrit par Catherine BILLARD
    • 4 722 mots
    • 1 média
    ...de façon inexpliquée. Son adoption a permis d’initier la recherche sur les marqueurs précoces, les résultats des interventions, le pronostic et les facteurs génétiques. Les grandes classifications internationales reconnaissent les TSLO comme des troubles neurodéveloppementaux dont les bases cérébrales...