Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÈNES, biologie

Du gène à l'ADN chromosomique

Qu'est ce qu'un gène aujourd'hui ? Il n'y a pas deux spécialistes pour donner la même réponse à cette question. Selon l'une des définitions initiales, le gène est une vue de l'esprit, une abstraction représentant le caractère héréditaire. Ainsi, le caractère « ridé » du pois est représenté par le gène « ridé ». Tout comme les nombres, qui sont une représentation conventionnelle permettant de faire des opérations arithmétiques, les gènes, associés aux lois de Mendel, sont des représentations conventionnelles des caractères permettant de faire des calculs sur les ressemblances héréditaires. Si l'on s'en tient à cette définition, le gène abstrait, méthode de calcul des premiers mendéliens, n'est pas une structure réelle. De même, l'organisme n'est pas une somme de caractères : une accumulation de qualificatifs tels que « ridé » ne fait pas un pois. Pas plus que l'on ira chercher les nombres cachés dans les objets pour expliquer qu'on peut les additionner, il n'est question au départ de chercher un support matériel au gène pour expliquer que l'on peut calculer sa transmission. Le gène mendélien englobe un ensemble de processus multiples et variés.

Dans les années 1910, les travaux de Thomas H. Morgan sur la mouche du vinaigre (drosophile) montrèrent que des modifications précisément localisées sur les chromosomes peuvent être associées aux caractères. La position de chaque modification est appelée locus chromosomique. Les chromosomes se présentent comme des bâtonnets allongés, sur lesquels on peut placer une succession de tels locus, ce qui forme la carte chromosomique. Aujourd'hui, de la même manière, les marqueurs génétiques, version moderne des locus, constituent autant de balises de repérage sur la carte des chromosomes. Ils sont exploitables pour le suivi des caractères ou le diagnostic médical.

L'association statistique de certaines régions chromosomiques avec des caractères n'est certes pas une relation de causalité. Cependant, Morgan ouvrait la voie qui permettrait de conférer une réalité matérielle et une valeur causale au gène abstrait des mendéliens. Le pas fut franchi notamment grâce à la découverte de la molécule d'ADN au cœur des chromosomes et des mécanismes de la synthèse des protéines. On aboutit au déterminant génétique de la biologie moléculaire : aujourd'hui, le gène est un segment de la molécule d'ADN, plus ou moins facile à délimiter, qui dirige la synthèse d'une protéine. Malheureusement, sauf à considérer qu'une protéine forme à elle seule un caractère, il est impossible d'identifier ce gène-ADN-protéine des biologistes moléculaires au gène-caractère des mendéliens. Pour ces derniers, la correspondance entre gène et caractère définit le gène et fait tout l'intérêt du concept. La briser revient à détruire l'édifice. C'est bien le cœur du problème : une telle correspondance est loin d'être établie entre l'ADN et le caractère héréditaire. Que devient la génétique si le gène « ridé » ne correspond pas exactement au caractère « ridé » ? Même en admettant une relation simple entre l'ADN et les protéines, ce qui est une approximation de moins en moins facile à tenir, le chemin reste bien long et tortueux des protéines aux caractères héréditaires. De plus, il ne dépend pas seulement de l'ADN. Malgré les efforts déployés, la génétique mendélienne n'est pas soluble dans la biologie moléculaire : l'ADN ne porte pas les gènes de Mendel.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre SONIGO. GÈNES, biologie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • CONCEPT UN GÈNE-UNE ENZYME

    • Écrit par
    • 246 mots

    Pour démontrer que les gènes influent chimiquement sur l'hérédité, George W. Beadle (1903-1989) décide de travailler sur un champignon microscopique, Neurospora crassa, facilement cultivable sur un milieu artificiel qui ne contient que du sucre et des sels minéraux. Associé au microbiologiste...

  • STRUCTURE EXONS-INTRONS DES GÈNES

    • Écrit par
    • 654 mots

    La découverte en 1978 de la structure discontinue des gènes marque une étape importante dans l’histoire de la génétique. Auparavant, on avait démontré que la mémoire génétique d’un organisme était inscrite dans son ADN et plus précisément codée par la suite linéaire de ses molécules...

  • SÉQUENÇAGE DU GÉNOME HUMAIN, en bref

    • Écrit par et
    • 286 mots

    Le 12 février 2001, les revues scientifiques Nature et Science publient la séquence quasi complète des trois milliards de bases du génome humain. Cette double publication conclut par un ex aequo la compétition entre un consortium international de laboratoires publics, qui a commencé ses...

  • EUCARYOTES (CHROMOSOME DES)

    • Écrit par
    • 7 721 mots
    • 9 médias
    ...présentent une plus grande variabilité, mais les régions de la molécule responsables des interactions histone-histone sont strictement identiques. De plus, les 5 gènes responsables de la synthèse des histones ne sont pas dispersés dans le génome mais groupés, et ces unités de 5 gènes sont toujours présentes...
  • MÉIOSE

    • Écrit par et
    • 4 645 mots
    • 7 médias
    ...d'établir la théorie chromosomique de l' hérédité. On admettra donc simplement que tous les caractères qui définissent un individu sont déterminés par les gènes, unités d' information génétique portés par les chromosomes, et occupant sur ce dernier une place précise ou locus. Si l'information...
  • ADN (acide désoxyribonucléique) ou DNA (deoxyribonucleic acid)

    • Écrit par , , et
    • 10 074 mots
    • 10 médias
    ...contrôler la synthèse des protéines, molécules responsables des fonctions élémentaires de la cellule, et en particulier des fonctions de catalyse enzymatique. Dès 1940, les Américains George Beadle et Edward Tatum avaient démontré l'existence d'une relation précise, soupçonnée dès le début du ...
  • Afficher les 140 références