Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FUSIONS-ACQUISITIONS

  • Article mis en ligne le
  • Écrit par et

Le rôle des autorités

Les opérations de fusion-acquisition ont des conséquences importantes tant pour les actionnaires des sociétés impliquées que pour les consommateurs et les concurrents (cf. chap. 3). L'intervention des autorités est guidée par deux objectifs : efficacité et équité.

Droit des sociétés et contrôle par les autorités boursières

Du point de vue des associés des entreprises, les opérations de croissance externe relèvent du droit des sociétés, auquel s'ajoute le droit boursier quand l'une au moins des entreprises est cotée. Le régulateur part du principe que la réglementation ne doit pas empêcher la réalisation de restructurations souhaitables d'un point de vue industriel, mais doit néanmoins garantir la protection des actionnaires, en particulier minoritaires, à l'occasion de ces opérations. Cet objectif se traduit en pratique par des obligations de publicité et de transparence afin que les actionnaires prennent leur décision en toute connaissance de cause. Il se traduit également par des règles destinées à éviter l'expropriation des minoritaires, des conflits d'intérêts entre groupes d'actionnaires étant fréquents lors des opérations de fusion-acquisition.

Le contrôle des fusions

En France, la réglementation des fusions s'attache essentiellement à garantir la bonne information des actionnaires des deux sociétés avant le vote en assemblée générale extraordinaire (A.G.E.). Trois documents sont obligatoirement mis à leur disposition avant l'A.G.E. qui doit approuver l'opération à la majorité qualifiée des deux tiers : un projet de fusion qui doit mentionner l'objectif de l'opération et le rapport d'échange retenu ; les rapports de commissaires à la fusion indépendants précisant les méthodes d'évaluation ; un rapport détaillé de chaque conseil d'administration.

Cette réglementation s'attache moins à garantir l'intérêt des minoritaires qui pourraient se trouver lésés. En effet, plus de 80 p. 100 des opérations de fusion impliquant une société cotée concernent des filiales absorbées par leur société mère. Dans la plupart des cas, l'actionnaire majoritaire détient le pouvoir effectif et plus des deux tiers des voix en A.G.E. Aussi les fusions donnent-elles parfois lieu à de fortes contestations de la part des minoritaires, qui estiment leurs intérêts lésés par le majoritaire. Les autorités boursières françaises considèrent quant à elles que le majoritaire doit conserver le droit de décider de la stratégie d'un groupe, que les minoritaires ont la faculté de vendre leurs titres avant la fusion et que, souvent, la fusion a été précédée d'une offre publique au cours de laquelle ils pouvaient céder leurs titres.

D'autres pays ont adopté des règles différentes. Aux États-Unis, il y a autant de législations des fusions que d'États, qui sont d'ailleurs en concurrence. Par rapport à la France, la majorité simple est requise pour le vote d'une fusion. Cependant, un vote séparé par catégorie d'actionnaires peut être demandé (la décision requiert alors deux majorités) ; certains États prévoient que le ou les actionnaires intéressés (par exemple ceux qui détiennent plus de 20 p. 100 des droits de vote en Pennsylvanie) ne peuvent pas prendre part au vote. D'un autre côté, l'accord de l'assemblée des actionnaires n'est pas toujours requis quand une société mère cherche à absorber une filiale détenue à 90 p. 100 ou plus. Il est alors prévu une indemnisation en numéraire des actionnaires minoritaires.

Le contrôle des prises de participation

Aucune réglementation spécifique n'encadre les prises de participation de sociétés non cotées. Pour les sociétés faisant appel public à l'épargne, diverses règles ont été mises en place en France, souvent[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'économie et finance (E.S.S.E.C.), chercheur à l'unité mixte de recherche Théma (Théorie économique, modélisation et applications) C.N R.S.-université de Cergy-Pontoise
  • : docteur en sciences économiques, professeur agrégé des Universités, université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification

Pour citer cet article

Patricia CHARLÉTY et Saïd SOUAM. FUSIONS-ACQUISITIONS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Médias

Fusion d'entreprises - crédits : Encyclopædia Universalis France

Fusion d'entreprises

Prise de participation - crédits : Encyclopædia Universalis France

Prise de participation

Autres références

  • ASSURANCE - Évolution contemporaine

    • Écrit par , et
    • 5 341 mots
    ...branches accidents du travail et santé, branches d'assurances réservées dans d'autres pays, comme la France, à des organismes publics (Sécurité sociale). La France a connu à la fin de 1996, avec la fusion des groupes AXA et U.A.P., le premier mouvement de concentration de grande ampleur au niveau européen...
  • AVIATION - Histoire de l'aviation

    • Écrit par , et
    • 10 106 mots
    • 34 médias
    Compte tenu de l'ampleur des investissements à prendre en compte et de la recherche d'économies d'échelle indispensables à une bonne rentabilité,l'industrie aéronautique et spatiale a procédé, depuis les années 1990, à de multiples rationalisations qui se sont traduites par de nombreuses fusions...
  • BOURSE - Microstructure des marchés financiers

    • Écrit par et
    • 5 883 mots
    • 1 média
    La concurrence entre les places boursières pour attirer à la fois les entreprises émettrices de titres et les investisseurs a favorisé les alliances, partenariats et fusions. Parmi les opérations les plus représentatives peuvent être citées celles liées à Euronext, bourse paneuropéenne issue de la...
  • CAPITALISME - Sociologie

    • Écrit par
    • 3 521 mots
    • 2 médias
    ...de l'action de raiders pressés de créer de la plus-value par le simple jeu boursier. Avec les années 1990, le changement se précipite à nouveau. La décennie enregistre une extraordinaire explosion des opérations de fusions-acquisitions. Au nom de la chasse aux coûts, la concentration financière,...
  • Afficher les 17 références