Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FUSIONS-ACQUISITIONS

Les conséquences des fusions-acquisitions

Les conséquences des opérations de fusion-acquisition touchent tant les actionnaires que les consommateurs et les entreprises concurrentes. Elles dépendent généralement du motif de l'opération et du mode d'acquisition.

Les conséquences patrimoniales pour les actionnaires

Dans le cas d'investissements classiques ou de croissance interne, tout projet rentable accroît normalement la richesse des actionnaires de l'entreprise. Pour les opérations de croissance externe, deux entreprises – et donc deux groupes d'actionnaires, ceux de la cible et ceux de l'acquéreur – sont concernées. La rentabilité des opérations pour chaque groupe dépend de deux éléments : la rentabilité intrinsèque du projet (synergies) ; la répartition du gain éventuel entre les groupes d'actionnaires.

La présence de synergies est une condition nécessaire de la profitabilité de l'opération pour l'ensemble des actionnaires. Elle ne garantit pas sa rentabilité du point de vue des deux groupes concernés. Le bénéfice de l'opération pour les actionnaires de chacune des deux entreprises est lié à des conditions portant sur le prix d'acquisition en cas de paiement en numéraire, et sur le taux d'échange de titres appelé « parité » en cas de paiement en titres. En ce qui concerne la répartition probable des gains, elle va dépendre de l'objectif poursuivi, du mode d'acquisition et de la structure de l'actionnariat.

Les conditions sur la fourchette de prix (acquisition en numéraire) ou sur la parité (acquisition en titres)

En pratique, l'établissement d'un prix ou d'une parité nécessite l'évaluation des deux sociétés et des synergies générées par l'opération.

Les conditions de rentabilité pour les actionnaires de l'entreprise acquéreuse comme pour ceux de l'entreprise visée sont simples en cas de financement en numéraire. Elles le sont moins en cas de paiement en titres (fusion, O.P.E. ou apport partiel d'actifs). Dans le cas d'un financement en numéraire, les actionnaires de l'entreprise visée B vendront leurs titres seulement si le prix offert par action est supérieur à leur valeur quand la société est indépendante. De même, l'acquisition ne sera profitable pour les actionnaires de l'entreprise acquéreuse A que si la valeur des deux entreprises réunies, diminuée du montant P déboursé globalement pour l'acquisition, est supérieure à la valeur initiale de leur société. Pour que ces deux conditions soient réunies, l'opération doit générer des synergies nettes de coûts (rémunération des intermédiaires...) positives.

Un exemple chiffré permet d'illustrer ce propos : supposons qu'initialement le capital social de A soit réparti entre 1 million de titres valant chacun 20 euros (soit une valeur boursière totale de 20 millions d'euros), que celui de B soit réparti entre 0,4 million de titres valant chacun 10 euros (soit une valeur boursière totale de 4 millions d'euros pour B) et que les synergies totales soient estimées à 3 millions d'euros (soit une valeur totale de A et B réunies de 27 millions d'euros). Chaque actionnaire de B exigera donc un prix supérieur à 10 euros ; du point de vue des actionnaires de A, le montant P payé globalement ne doit pas dépasser 7 millions d'euros (27 — P ≥ 20). Les conditions de rentabilité pour chaque groupe d'actionnaires conduisent ainsi à une fourchette allant de 4 à 7 millions d'euros globalement, soit un prix compris entre 10 et 17,5 (= 7/0,4) euros par action de B.

En reprenant les données de l'exemple précédent, supposons que la société A propose d'échanger deux actions de B contre une action de A. Cette parité égale à 1/2 semble a priori dépourvue d'intérêt pour les actionnaires de la société[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'économie et finance (E.S.S.E.C.), chercheur à l'unité mixte de recherche Théma (Théorie économique, modélisation et applications) C.N R.S.-université de Cergy-Pontoise
  • : docteur en sciences économiques, professeur agrégé des Universités, université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification

Pour citer cet article

Patricia CHARLÉTY et Saïd SOUAM. FUSIONS-ACQUISITIONS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Médias

Fusion d'entreprises - crédits : Encyclopædia Universalis France

Fusion d'entreprises

Prise de participation - crédits : Encyclopædia Universalis France

Prise de participation

Autres références

  • ASSURANCE - Évolution contemporaine

    • Écrit par , et
    • 5 341 mots
    ...branches accidents du travail et santé, branches d'assurances réservées dans d'autres pays, comme la France, à des organismes publics (Sécurité sociale). La France a connu à la fin de 1996, avec la fusion des groupes AXA et U.A.P., le premier mouvement de concentration de grande ampleur au niveau européen...
  • AVIATION - Histoire de l'aviation

    • Écrit par , et
    • 10 106 mots
    • 34 médias
    Compte tenu de l'ampleur des investissements à prendre en compte et de la recherche d'économies d'échelle indispensables à une bonne rentabilité,l'industrie aéronautique et spatiale a procédé, depuis les années 1990, à de multiples rationalisations qui se sont traduites par de nombreuses fusions...
  • BOURSE - Microstructure des marchés financiers

    • Écrit par et
    • 5 883 mots
    • 1 média
    La concurrence entre les places boursières pour attirer à la fois les entreprises émettrices de titres et les investisseurs a favorisé les alliances, partenariats et fusions. Parmi les opérations les plus représentatives peuvent être citées celles liées à Euronext, bourse paneuropéenne issue de la...
  • CAPITALISME - Sociologie

    • Écrit par
    • 3 521 mots
    • 2 médias
    ...de l'action de raiders pressés de créer de la plus-value par le simple jeu boursier. Avec les années 1990, le changement se précipite à nouveau. La décennie enregistre une extraordinaire explosion des opérations de fusions-acquisitions. Au nom de la chasse aux coûts, la concentration financière,...
  • Afficher les 17 références