FRIGG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À propos de Frigg, divinité du panthéon nordique, il faut d'abord remarquer qu'elle semble être la seule déesse qui ait été connue et vénérée de toutes les peuplades germaniques. Le vendredi (allemand, Freitag ; anglais, Friday ; suédois, Fredag) lui est consacré, tout comme il l'était dans le monde romain à Vénus, avec laquelle Frigg a plusieurs traits communs. Il existait chez les Lombards une tradition qui rappelle de façon frappante l'introduction en prose composée par Snorri Sturluson (sans doute) pour présenter le Grímnismál, dans son Edda, et où Frigg joue un rôle important. On doit admettre ensuite qu'il est extrêmement difficile de cerner le visage de cette déesse parce que, pour des raisons de paronymie sans doute, mais aussi vraisemblablement pour des motifs d'identité profonde de nature, elle a été de plus en plus confondue avec Freyja, dont le culte a pris dans le Nord une importance croissante avec les siècles. À ce titre, elle devint, si elle ne le fut de toujours, déesse de l'érotisme, plus ou moins incestueuse : elle aurait épousé les frères de son mari (Ódhinn), Vili et Vé, et été si infidèle qu'Ódhinn l'abandonna pour un temps. Selon un mythe des plus obscurs, elle aurait épousé alors un personnage énigmatique, Mithtotyn. C'est certainement cette confusion avec Freyja qui explique qu'elle paraisse assez peu dans le culte et la toponymie ; mais on ne peut en tirer de conclusions tranchées.

L'importance de Frigg a dû en effet être capitale aux origines. Tout un faisceau de mythes ou de précisions données au détour d'un texte laisse entendre qu'elle a joué un rôle de premier plan. Dans l'Edda, elle est l'épouse d'Ódhinn et la mère de Baldr, le dieu bon et beau qui représente peut-être l'idée de divinité en soi. Non seulement son nom peut signifier la bien-aimée, mais elle est premièrement donnée comme l'épouse et la mère, la protectrice du mariage et de la maternité, avec un luxe de détails et — ce qui est rarissime dans cet univers — sous des traits de tendresse et de soll [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  FRIGG  » est également traité dans :

BALDR

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 997 mots

Dans le panthéon nordique, le dieu Ase (appelé Baldr) détonne. Fils d'Ódhinn et de Frigg, aimable, pur, équitable, il impressionne par sa douceur, sa sagesse, sa miséricorde et sa serviabilité, toutes qualités qui ne correspondent pas exactement à ce qu'on peut savoir de l'éthique nordique ancienne, au moins à l'époque où on la découvre par les textes, c'est-à-dire à l'âge viking. Baldr est beau e […] Lire la suite

FREYJA

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 085 mots

Dans la mythologie du Nord, la déesse Freyja occupe une place centrale, mais il est difficile de cerner exactement sa personnalité : son caractère licencieux explique que les commentateurs du Moyen Âge, qui constituent nos sources principales et qui étaient chrétiens, se soient montrés discrets. De plus, pour des raisons philologiques évidentes, elle est souvent confondue avec Frigg, si bien qu'il […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « FRIGG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frigg/