CAPRA FRANK (1897-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idéalisme américain en question

Interprétées par Gary Cooper, par James Stewart ou, plus tard, par Spencer Tracy, les comédies « populistes » de Capra offrent un même schéma : un naïf, qui croit fortement aux idéaux de la nation américaine, et se trouve plongé dans le monde de la corruption politique où il s'apprête à sombrer. Dans un ultime sursaut, il le rejette pour retrouver ses principes fondamentaux et sauver à la fois lui-même, la femme qu'il aime et l'Amérique. Si Capra est un cinéaste social, ses idées politiques ne sont pas celles d'un révolutionnaire. Il croit aux vertus de l'Amérique profonde et de l'individu. Mais il sait s'engager quand il le faut (il réalise les séries « Pourquoi nous combattons » et « Know Your Ennemy », entre 1942 et 1945). Il ne croit pas seulement en l'homme, mais dans les utopies qu'il est capable d'imaginer, à condition qu'elles ne mènent pas à une manipulation totalitaire : L'Homme de la rue (Meet John Doe, 1941), The Power of the Press (1928), The Miracle Woman (1931)... En 1946, il fonde, avec George Stevens et William Wyler, la compagnie Liberty films, qui emprunte son nom à la cloche de la guerre d'Indépendance qui battait à toute volée dans le générique de la série « Pourquoi nous combattons ».

Si Capra adhère à une certaine vision christique, on ne saurait identifier l'innocence supposée de ses héros à sa vision propre. L'univers visuel de Capra, celui de la screwball comedy, justement, pris dans un tourbillon de vitesse et d'action trépidante, laisse derrière lui tout repère. Pour y établir un peu de stabilité, le verbe est nécessaire : d'où la fonction des grands discours sur la démocratie, le bon voisinage, l'entraide, etc. C'est alors l'écart de plus en plus grand entre le verbe et l'image qui donne aux films leur force singulière. Mais si l'on fait abstraction du discours, l'image de l'Amérique selon Capra est terrifiante. Les mobiles initiaux des héros de L'Homme de la rue ou de La vie est belle sont d'abord l'argent et la vengeance. Les foules sont des masses susceptibles de suivre le premier démagogue venu que seules les prouesses des héros remettent dans le droit chemin. L'optimisme de Capra s'enracine ainsi sur un fond de pessimisme radical dont témoigne le nombre de candidats au suicide qui peuplent ses films. Le traditionnel happy end hollywoodien revêt ici une puissance étrange : plus il est artificiel, plus il doit provoquer une sorte d'acte de foi de la part du spectateur dans les valeurs américaines, faute de quoi il devrait accepter l'horreur et l'absurde qu'imposent les images. Rien d'étonnant à ce que deux films « exotiques » se détachent de l'œuvre de Capra. L'étrange joyau qu'est La Grande Muraille (The Bitter Tea of General Yen, 1933) montre le raffinement et la grandeur d'âme d'une autre civilisation, tandis qu'à la fin d'Horizons perdus (Lost Horizon, 1937) le héros américain n'a de cesse de quitter la civilisation pour retrouver Shandri-La, la vallée de bonheur et de paix éternels où l'on ne vieillit pas.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra
Crédits : Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

Monsieur Smith au Sénat , F. Capra

Monsieur Smith au Sénat , F. Capra
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  CAPRA FRANK (1897-1991)  » est également traité dans :

ARTHUR JEAN, GLADYS GEORGIANNA GREENE dite (1905-1991)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 551 mots

Si l'avènement du cinéma parlant mit inexorablement fin à la carrière de nombreux comédiens, il favorisa par contre la trajectoire de Jean Arthur, née à New York en 1905, dotée d'une voix au registre voisin de celui que possédait Judy Holliday dans les années 1950. Très en avance sur l'époque, la comédienne allait populariser un personnage de Girl next Door (« Mademoiselle Tout-le-Monde ») en dés […] Lire la suite

BUCHMAN SYDNEY (1902-1975)

  • Écrit par 
  • Raymond MORINEAU
  •  • 410 mots
  •  • 1 média

Le scénariste et producteur américain Sydney Buchman a illustré une des formes les plus originales du cinéma américain d'entre les deux guerres, la comédie satirique légère à tendance sociale traitée avec beaucoup de vivacité et de brio. De 1932 à 1950, il fut une des gloires de la firme Columbia Pictures, à laquelle il imposa son style. Sydney Buchman, né à Duluth (Minnesota), écrit d'abord pour […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 453 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les films de commande »  : […] Que la commande soit ou non du mécénat déguisé, elle émane de quatre sources principales : – le secteur marchand, plus en quête d'une image de marque que d'une publicité directe, en général confiée à un autre secteur. Ainsi, le documentaire fondateur, Nanouk (1920-1921), résultait d'une commande de la maison de fourrures Révillon frères. Robert Flaherty sera soutenu par la Standard Oil pour Loui […] Lire la suite

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un instrument de propagande »  : […] La modernité du cinéma, son pouvoir de fascination ou de conviction, sa capacité à atteindre et à pénétrer les masses en ont fait un instrument dont Lénine (« De tous les arts, l'art cinématographique est pour nous le plus important », en 1919, lors de la nationalisation du cinéma russe) comme Mussolini (« La cinématographie est l'arme la plus forte », cette affirmation cent fois redite était affi […] Lire la suite

COLBERT CLAUDETTE (1903-1996)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 585 mots

Durant trois décennies, Claudette Colbert aura incarné le type même de la femme déterminée et indépendante, aussi rompue aux échanges verbaux de la screwball comedy (comédie loufoque) qu'aux embûches d'implacables mélos qu'elle surmontait toujours avec une rare élégance. D'origine française, elle s'établit très jeune à New York avec sa famille. Elle fait ses premiers pas dans le monde du théâtre […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 218 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie loufoque »  : […] Dans trop de ces classy comedies , le trait d'esprit relève plus souvent du dialogue que de la mise en scène. Ainsi de Private Lives (1931), Reunion in Vienna (1933), de Sidney Franklin, ou de The Devil to Pay ! (1930), de George Fitzmaurice, interprété par le très british Ronald Colman. C'est pourtant dans leur prolongement que se situent les grandes comédies de George Cukor, réputé être un i […] Lire la suite

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une humanité touchante »  : […] Gary Cooper a interprété des personnages héroïques et physiques qui lui ont valu de grands succès, sous la direction d'Henry Hathaway ( Lives of a Bengal Lancer [ Les Trois Lanciers du Bengale ], 1935), de Sam Wood ( For Whom the Bell Tolls [ Pour qui sonne le glas ], 1943) ou de Cecil B. DeMille ( The Story of Dr. Wassell [ L'Odyssée du Docteur Wassell ], 1944 ; Unconquered [ Les Conquérants d'un […] Lire la suite

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 082 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du film fantastique américain (1931-1939) »  : […] De 1931 à 1939, aux États-Unis, c'est véritablement l'âge d'or du cinéma fantastique. On y assiste à l'avènement des grands mythes inspirés des classiques de la littérature de l'étrange et de l'effroi. Dracula , réalisé par Tod Browning et présenté le 14 février 1931 aux États-Unis, est le premier film sonore d'épouvante. Adapté de l'œuvre de Bram Stoker qui avait inspiré Nosferatu , le Dracula […] Lire la suite

GABLE CLARK (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 733 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un charme facétieux et viril »  : […] William Clark Gable naît le 1 er  février 1901 à Cadiz (Ohio). Il est âgé d'à peine sept mois lorsque sa mère meurt. Sa tante et son oncle maternels, en Pennsylvanie, l'élèvent, jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de deux ans. Il rejoint ensuite son père, fermier puis chercheur de pétrole, à Cadiz. À seize ans, il quitte le lycée, travaille en usine, et décide de devenir acteur après avoir vu L'Oisea […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « CAPRA FRANK - (1897-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-capra/