DARLAN FRANÇOIS (1881-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On rappelle encore volontiers une « bonne histoire » qui courait pendant la guerre : « La France a trois amiraux : Esteva, qui n'a jamais connu l'amour ; Darlan, qui n'a jamais connu la mer, et le vrai loup de mer qui a bourlingué toute sa vie et qui, lui, n'a jamais connu Darlan. » Cette ironie est-elle justifiée ? Né à Nérac dans une famille de marins dans laquelle son père, ministre de la IIIe République, est une exception, François Darlan sort de Navale en 1901, bourlingue en Extrême-Orient, est commandant pendant la guerre de 1914-1918 et capitaine de vaisseau en 1926. Le général Catroux reconnaît en lui « un vigoureux homme de mer en même temps qu'un véritable chef d'état-major capable de concevoir, de construire et d'employer une force navale de haute qualité ». Lorsque la guerre éclate, la France dispose d'une flotte magnifique qu'elle doit à Darlan, lequel a été pendant dix ans chef de cabinet militaire au ministère de la Marine et vient d'être promu amiral de la flotte. Il ne joue qu'un rôle secondaire lors de l'armistice. Pourtant, c'est sur son ordre que la marine s'est affirmée hostile à la continuation du combat, alors que la flotte ne s'était pas battue et qu'elle était intacte. Après l'agression de Mers el-Kébir le 3 juillet, qui déchaîne son anglophobie, Darlan penche un moment pour une attaque de Gibraltar. Le maréchal Pétain renvoie Laval le 13 décembre 1940. Darlan ne joue aucun rôle dans cet événement ; il en est pourtant le bénéficiaire. À partir de janvier 1941, il conserve le commandement de la marine, cumule les fonctions de vice-président du Conseil des ministres et de ministre des Affaires étrangères, de l'Intérieur et de l'Information. Il est le dauphin désigné du maréchal Pétain, dont il s'affirme l'exécutant fidèle, prônant la révolution nationale à l'intérieur et la collaboration avec l'Allemagne en politique extérieure. Il installe bon nombre de ses amis, officiers de marine, dans les services publics aux lieu et place de fonctionnair [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  DARLAN FRANÇOIS (1881-1942)  » est également traité dans :

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 642 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « De Londres à Paris »  : […] à une brève résistance dont, venu pour des raisons fortuites de Vichy à Alger, l'amiral Darlan prenait la tête avant de se rallier au vainqueur. Mais, six semaines plus tard, alors que les Alliés installés en Afrique du Nord avaient lié partie avec lui, le plus proche lieutenant de Pétain était assassiné par des conjurés liés à des milieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-gaulle/#i_13784

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 587 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « Le débarquement américain en Afrique du Nord »  : […] de mettre fin aux combats, les Américains ont reconnu l'autorité de fait de l'amiral Darlan, un des responsables de la collaboration à Vichy, venu à Alger par hasard. C'est le début d'un long imbroglio politique, marqué par une rupture entre les Américains, suivis des Britanniques, et le général de Gaulle, qu'approuve la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-seconde/#i_13784

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 045 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Unité et diversité de la Résistance »  : […] la force du vichysme, en particulier en Algérie, ils préfèrent d'abord miser sur l'amiral Darlan, qui s'y trouve de façon fortuite et qui prend le titre de Haut-Commissaire de France en Afrique, puis, après son assassinat le 24 décembre 1942, sur l'un des généraux les plus prestigieux de l'armée française, le général Giraud. Tout en affirmant son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_13784

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La coupure de novembre 1942 et les pièges de la collaboration d'État »  : […] se saborde à Toulon (27 nov. 1942) pour éviter que les Allemands et les Italiens ne s'en emparent ; bien plus, l'Empire se rallie à Darlan, qui, alors qu'il était de passage à Alger lors du déclenchement de l'opération Torch, finit par jouer la carte américaine, tout en faisant faussement état d'un accord secret (ce qu'on dénomme « l'accord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-de-vichy/#i_13784

Pour citer l’article

Armel MARIN, « DARLAN FRANÇOIS - (1881-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-darlan/