DARLAN FRANÇOIS (1881-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On rappelle encore volontiers une « bonne histoire » qui courait pendant la guerre : « La France a trois amiraux : Esteva, qui n'a jamais connu l'amour ; Darlan, qui n'a jamais connu la mer, et le vrai loup de mer qui a bourlingué toute sa vie et qui, lui, n'a jamais connu Darlan. » Cette ironie est-elle justifiée ? Né à Nérac dans une famille de marins dans laquelle son père, ministre de la IIIe République, est une exception, François Darlan sort de Navale en 1901, bourlingue en Extrême-Orient, est commandant pendant la guerre de 1914-1918 et capitaine de vaisseau en 1926. Le général Catroux reconnaît en lui « un vigoureux homme de mer en même temps qu'un véritable chef d'état-major capable de concevoir, de construire et d'employer une force navale de haute qualité ». Lorsque la guerre éclate, la France dispose d'une flotte magnifique qu'elle doit à Darlan, lequel a été pendant dix ans chef de cabinet militaire au ministère de la Marine et vient d'être promu amiral de la flotte. Il ne joue qu'un rôle secondaire lors de l'armistice. Pourtant, c'est sur son ordre que la marine s'est affirmée hostile à la continuation du combat, alors que la flotte ne s'était pas battue et qu'elle était intacte. Après l'agression de Mers el-Kébir le 3 juillet, qui déchaîne son anglophobie, Darlan penche un moment pour une attaque de Gibraltar. Le maréchal Pétain renvoie Laval le 13 décembre 1940. Darlan ne joue aucun rôle dans cet événement ; il en est pourtant le bénéficiaire. À partir de janvier 1941, il conserve le commandement de la marine, cumule les fonctions de vice-président du Conseil des ministres et de ministre des Affaires étrangères, de l'Intérieur et de l'Information. Il est le dauphin désigné du maréchal Pétain, dont il s'affirme l'exécutant fidèle, prônant la révolution nationale à l'intérieur et la collaboration avec l'Allemagne en politique extérieure. Il installe bon nombre de ses amis, officiers de marine, dans les services publics aux lieu et place de fonctionnaires suspects de n'être pas favorables à la politique du gouvernement. La politique intérieure se teinte de couleur autoritaire : activité des partis suspendue ; création de « commissaires au pouvoir », chargés d'aider à la révolution nationale ; serment de fidélité au chef de l'État exigé des hauts fonctionnaires ; création de la Légion des combattants et du Service d'ordre de la légion (S.O.L.), qui donnera naissance à la milice ; approbation à la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (L.V.F.). Cette politique de collaboration liée à l'évolution de la guerre en Europe culmine avec les protocoles de Paris. En 1941, Darlan autorise l'escale technique en Syrie des avions allemands, puis accorde des facilités d'intendance aux Allemands à Bizerte et à Dakar.

Mais, au début de 1942, il oppose une série de refus aux exigences allemandes : refus d'entrer dans la guerre aux côtés de l'ennemi, protestation officielle contre les frais d'occupation, refus d'envoyer des travailleurs français en Allemagne. Convaincus que toute collaboration est désormais impossible avec Darlan, les Allemands exigent son départ et son remplacement par Laval sous la menace de faire gouverner la France par un gauleiter. D'ailleurs, les ministres de Vichy complotent aussi contre Darlan, détesté pour son autoritarisme et sa vanité, et qu'on accuse d'être de gauche et franc-maçon. Le 18 avril 1942, Laval revient à la tête du gouvernement. Darlan demeure le dauphin et devient chef des forces armées françaises. Lorsque les Américains débarquent au Maroc et en Algérie, le 8 novembre 1942, les troupes françaises respectent les ordres reçus : essayer de s'opposer au débarquement. Venu voir son fils malade, Darlan est à Alger. Traversant un jeu savant de négociations et de télégrammes envoyés et reçus qui n'ont pas le même sens à Vichy et à Alger, étant donné l'évolution rapide de la situation, il prend, au nom du maréchal Pétain et en accord avec les Américains, la direction de l'empire, qu'il fait entrer dans la guerre contre les puissances de l'Axe. Les Allemands occupent la Tunisie. La flotte française se saborde dans la rade de Toulon. C'est, après l'envahissement de la zone sud, la fin du régime de Vichy issu de l'armistice : seule une fiction demeure. Darlan jouit de la confiance des hommes de gauche : il avait préconisé, avant la guerre, une intervention française aux Baléares au bénéfice des républicains espagnols. Par sa carrière aux plus hauts postes, il a fait de la marine française un outil de combat remarquable. Puissance de travail, technicité, clarté d'esprit, esprit républicain, il s'est donné l'image d'un homme énigmatique, peu dogmatique, ayant confiné dans les cabinets ministériels successifs, loin des navires, sa carrure de loup de mer. Peu populaire en France, Darlan se voudra jusqu'au bout fidèle à Pétain. Mais il appartient « au temps des illusions » : le 24 décembre 1942, à Alger, il est assassiné par un jeune royaliste égaré au croisement des complots permanents qui commencent à fleurir en Algérie entre les tendances contraires.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification

Autres références

«  DARLAN FRANÇOIS (1881-1942)  » est également traité dans :

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 645 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « De Londres à Paris »  : […] Des mois durant, il est Charles-le-Seul, dans ce Londres d'où partent plus d'officiels français qu'il n'y en arrive. La destruction de la flotte française mouillée dans la rade de Mers el-Kébir, le 3 juillet, bien que de Gaulle ait su exprimer dignement « la douleur et la colère » du peuple français, accroît encore les amertumes et les méfiances. Il faudra bâtir la France libre avec des capitaine […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 598 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « Le débarquement américain en Afrique du Nord »  : […] Les relations entre Anglo-Saxons et Soviétiques, sans être mauvaises, ne sont pas bonnes. Staline réclame à cor et à cri l'ouverture d'un second front, Churchill ne peut répondre que par l'offre d'une alliance conclue pour vingt ans. Pour soulager l'U.R.S.S., pour préparer aussi l'attaque en tenailles du continent européen, les Américains, qui ont commencé à envoyer des troupes en Grande-Bretagne […] Lire la suite

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 046 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Unité et diversité de la Résistance »  : […] En Afrique du Nord passée sous leur contrôle, les Américains choisissent d'écarter de Gaulle dont ils se méfient. Tenant compte de la force du vichysme, en particulier en Algérie, ils préfèrent d'abord miser sur l'amiral Darlan, qui s'y trouve de façon fortuite et qui prend le titre de Haut-Commissaire de France en Afrique, puis, après son assassinat le 24 décembre 1942, sur l'un des généraux les […] Lire la suite

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La coupure de novembre 1942 et les pièges de la collaboration d'État »  : […] Bon gré mal gré, le régime de Vichy se vit contraint de cohabiter, vivre, négocier avec un occupant. Tout en bénéficiant d'un statut quasi unique dans l'Europe occupée, puisque la souveraineté française était maintenue sur une fraction du pays alors que celui-ci avait été vaincu, le régime de Vichy allait se retrouver, pour le grand malheur des Français, prisonnier d'un système de relations franco […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « DARLAN FRANÇOIS - (1881-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-darlan/