AMIRAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Venu du mot arabe amīr ou emīr (chef), le terme « amiral » désigne dès le xvie siècle, selon Jal (Glossaire nautique, 1848), « le chef des flottes, des armées et de la police navale d'un État ». Il s'applique, d'une part, à celui qui est revêtu de la charge d'amiral, d'autre part, à celui qui est investi du commandement à la mer.

La dignité d'amiral de France sous la royauté, ou de grand amiral sous l'Empire, était généralement réservée à des princes du sang ou à des personnalités importantes. Chef suprême de la marine en principe, l'amiral n'exerçait pas en fait de commandement à la mer, mais il était à la tête d'une administration portuaire responsable de nombreux aspects de la navigation et du commerce maritime. Définies et codifiées dans le dernier quart du xviie siècle par Colbert, ses responsabilités étaient administratives (délivrance de commissions de capitaines de la marine marchande, de commissions d'armer en guerre, de passeports ou lettres de mer, de congés, de sauf-conduits ; règlement des prises, des bris et des naufrages ; commandement des milices garde-côtes ; perception des redevances maritimes) et judiciaires (cours d'amirauté où étaient jugées les affaires relevant du droit et de la réglementation maritimes, notamment celles de la course et des prises). Les finances de l'amirauté provenaient de redevances variées et de la retenue du dixième de la valeur des prises condamnées par les juridictions françaises. La signature de l'amiral était aussi apposée aux ordonnances du roi relatives à la marine. L'Assemblée nationale supprima la charge d'amiral en 1791. Elle fut rétablie en 1805 par Napoléon, avec le titre de grand amiral de l'Empire, mais sans les prérogatives qu'y attachait l'Ancien Régime. Elle fut maintenue par la Restauration et supprimée à nouveau par la République.

Le grade de vice-amiral fut créé au xvie siècle. Sous la monarchie, les grades d'officiers généraux de la marine de guerre étaient en ordre ascendant : chef d'escadre, lieutenant général des armées navales, vice-amiral. Le grade de contre-amiral remplaça celui de chef d'escadre à la Révolution et, en 1830, les trois grades d'amiraux furent assimilés à celui de maréchal de France. En 1939, le titre d'amiral de la flotte fut décerné à l'amiral Darlan. De nos jours se trouvent au sommet de la hiérarchie navale les contre-amiraux, vice-amiraux, vice-amiraux d'escadre et amiraux. Quel que fût le grade de l'officier général commandant à la mer, on l'appelait amiral, et le vaisseau qu'il montait arborait son pavillon, sa « marque », et devenait ainsi le vaisseau amiral. Au temps des escadres à voile, le titre d'amiral fut donné aux officiers généraux commandant une escadre (par exemple, amiral de l'escadre bleue, voire par contraction amiral bleu). Dans les ports de guerre, l'amiral désigne aussi, par extension de langage, le vaisseau stationnaire où se tiennent services administratifs, inspections, conseils de guerre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AMIRAL  » est également traité dans :

MARINE

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 866 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'essor médiéval »  : […] L'Europe occidentale du haut Moyen Âge présente sur le plan naval deux aspects contrastés : tandis que la plupart des pays tournent le dos à la mer, les peuples nordiques fondent leurs jeunes États sur la puissance maritime. Une société vivant en économie de subsistance, non menacée de l'extérieur, et où l'État s'était décomposé, n'avait pas besoin de marine. Les invasions normandes ont secoué cet […] Lire la suite

Les derniers événements

5-16 juillet 2021 Belgique. Limogeage du chef du service de renseignement de l'armée.

l’amiral Michel Hofman, annonce le remplacement du général-major Philippe Boucké à la tête du SGRS. Cette décision suscite de nombreuses réactions d’incompréhension au sein de l’armée. […] Lire la suite

18 mai - 20 juin 2021 Belgique. Traque d'un policier d'extrême droite.

l’amiral Michel Hofman, admet que le SGRS a commis des « erreurs » dans le suivi du militaire, tandis que la présidente de la Chambre des représentants Éliane Tillieux annonce le lancement par l’organe de contrôle des services de renseignement d’une enquête sur la gestion du dossier. Le 16 juin, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder transmet […] Lire la suite

15-18 mai 2020 Turquie. Limogeage du chef d'état-major de la marine.

contre-amiral Cihat Yayci qu’il affecte à l’état-major général. Ultranationaliste et représentant du courant dit « eurasien » au sein de l’armée – favorable au rapprochement avec la Russie plutôt qu’avec l’Occident –, Cihat Yayci avait soutenu le président Erdogan au lendemain de la tentative de putsch de juillet 2016. Il était l’artisan de la politique […] Lire la suite

9-31 mai 2010 Israël – Autorité palestinienne. Arraisonnement violent d'un convoi maritime humanitaire à destination de Gaza

amiral de la flottille, les affrontements entre les commandos et certains passagers se soldent par la mort de neuf d'entre eux et plusieurs dizaines de blessés. Les navires sont convoyés vers le port israélien d'Ashdod et leurs occupants sont arrêtés. Les images de l'assaut, rendues publiques, illustrent autant la violence de la résistance des occupants […] Lire la suite

3-23 septembre 2008 Pakistan. Élection d'Asif Ali Zardari à la présidence et polémique sur les incursions américaines

l'amiral Michael Mullen, reconnaît avoir ordonné de bâtir une stratégie pour combattre les talibans «des deux côtés de la frontière» entre l'Afghanistan et le Pakistan. Le 20, un attentat au camion piégé contre l'hôtel Marriott d'Islamabad fait cinquante-cinq morts et deux cent soixante-six blessés. Quelques étrangers figurent parmi les victimes,  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ulane BONNEL, « AMIRAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amiral/