GUERRA ANTONIO, dit TONINO (1920-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et scénariste italien, Antonio Guerra est né à Sant'Arcangelo di Romagna le 16 mars 1920. Après avoir écrit plusieurs poèmes et romans, souvent en dialecte romagnol, il vient au cinéma en 1957 avec le scénario de Hommes et loups (Uomini e lupi), de Giuseppe De Santis, qu'il élabore en collaboration avec Elio Petri, futur cinéaste que Guerra secondera plus d'une fois. Guerra va vite devenir un des scénaristes les plus demandés du cinéma italien. Son sens du dialogue et des dialectes, son habileté de constructeur ainsi qu'une capacité somme toute rare à manier l'abstraction et la métaphore vont lui permettre de collaborer avec des cinéastes très différents.

Tonino Guerra

Tonino Guerra

Photographie

Poète et scénariste, Tonino Guerra a accompagné le travail de quelques-uns des grands cinéastes du XXe siècle: Antonioni, Fellini, Angelopoulos. 

Crédits : Meliksetyan Marianna / Shutterstock.com

Afficher

Tonino Guerra accompagne toute la carrière d'Antonioni (L'Avventura, 1960 ; La Nuit, La Notte, 1961 ; L'Éclipse, L'Eclisse, 1962 ; Le Désert rouge, Deserto rosso, 1964 ; Blow up, 1967 ; Identification d'une femme, Identificazione di una donna, 1982 ; Par-delà les nuages, Al dilà delle nuvole, 1995), en réussissant à donner une épaisseur humaine à des personnages évanescents et à cerner avec acuité la charge d'imaginaire de certains milieux (la bourse dans L'Éclipse, le « swinging London » dans Blow up). Francesco Rosi fait plutôt appel à la grande connaissance que possède Tonino Guerra des questions politiques et historiques (Les Hommes contre, Uomini contro, 1970 ; L'Affaire Mattei, Il Caso Mattei, 1972 ; Lucky Luciano, 1973 ; Cadavres exquis, Cadaveri eccellenti, 1976) et celui-ci, paradoxalement, réussit à révéler au cinéaste un lyrisme que jusqu'alors il contenait, à partir de La Belle et le cavalier (C'era una volta, 1967), conte de fées napolitain loin d'être mineur. Elio Petri, quant à lui, choisit Guerra pour son sens de la fable, qui se profile derrière des dehors faussement réalistes (L'Assassin, L'Assassino, 1961 ; I Giorni contati, 1962 ; Un coin tranquille à la campagne, Un tranquillo posto di campagna, 1968). C'est probablement grâce à son sens ancestr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, rédacteur à la revue Positif

Classification


Autres références

«  GUERRA ANTONIO, dit TONINO (1920-2012)  » est également traité dans :

PAR-DELÀ LES NUAGES (M. Antonioni)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 402 mots

La présentation de Par-delà les nuages , à la biennale de Venise en septembre 1995, prit les allures d'un événement national. Le président de la République italienne en personne se déplaça pour assister à la projection du film, tant il y avait quelque chose de miraculeux dans ce retour, après treize ans de silence, de Michelangelo Antonioni derrièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/par-dela-les-nuages/#i_85847

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « GUERRA ANTONIO, dit TONINO - (1920-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerra-antonio-dit-tonino/